Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Syrie : une première grande victoire due à l’accord de cessation des hostilités

Publié le par Felli Bernard

Moon of Alabama
Moon of Alabama

Syrie : une première grande victoire due à l’accord de cessation des hostilités

Le 24 février 2016 – Source Moon of Alabama

L’accord syro-russe de cessation des hostilités en Syrie peut être considéré comme problématique d’un point de vue militaire. Il aurait été préférable de profiter de l’élan actuel pour continuer à se battre au lieu de donner un répit à l’ennemi.

Mais l’accord a un avantage énorme. Il exclut État islamique et Jabhat al-Nusra. Chaque fois que les médias occidentaux parlent de l’accord et de la probabilité de sa mise en œuvre immédiate, ils doivent reconnaître ce qu’ils ont longtemps nié. A savoir que les imaginaires rebelles modérés soutenus par les Américains sont profondément liés à al-Qaïda.

Même la dame grise, le New York Times, reconnaît maintenant que

de nombreux groupes anti-Assad alignés sur les États-Unis se battent aux côtés du Front al-Nusra.

Les lecteurs de cet article constatent que les États-Unis soutiennent en fait les terroristes contre lesquels ils prétendent se battre depuis treize ans. Il y a quelque chose qui cloche. Cela va mettre beaucoup de pression sur l’administration Obama. Elle peut difficilement accuser la Russie et la Syrie de poursuivre leur campagne contre al-Qaïda, même pendant la trêve avec les modérés soutenus par les États-Unis. Ces derniers se félicitent d’avoir tué des partisans présumés d’al-Qaïda dans des frappes de drones partout dans le monde. Comment pourraient-ils reprocher à la Russie de faire de même en Syrie ?

Les médias occidentaux sont mis à nu, mais ce n’est pas tout. La nouvelle situation oblige ceux qui sont derrière al-Nusra/al-Qaïda à révéler leurs positions :

«On soutient le PYD parce qu’il se bat contre ISIL. Le Front Nusra se bat également contre ISIL. En quoi serait-il mauvais ?», a demandé [le président turc Erdogan].

«Le SIDA tue aussi ISIL ? En quoi serait-il mauvais ?»

Juste à temps, la BBC rapporte ce que tous ceux qui observent la guerre contre le Yémen savent déjà. Al-Qaïda participe avec l’Arabie saoudite et d’autres troupes du Golfe à l’assaut de la ville de Taiz.

Depuis le 9 septembre, le public occidental a été conditionné à voir al-Qaïda comme l’incarnation du mal. Je ne pense pas qu’il soit possible de changer cela en l’espace de quelques semaines ou de quelques mois.

Avec la pression pour aboutir à la cessation des hostilités, le camp russo-syrien a fait une grande percée dans le domaine des relations publiques. Il devient clair, même au lecteur occidental moyen, que les Syriens et les Russes se battent contre les vrais terroristes tandis que les États-Unis et leurs alliés soutiennent, sinon les terroristes eux-mêmes, du moins les alliés des terroristes.

Traduction : Dominique Muselet

Commenter cet article