Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bruits de guerre

Publié le par Felli Bernard

Bruits de guerre

Bruits de guerre

20 Août 2016 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Moyen-Orient, #Caucase, #Ukraine, #Russie, #Chine, #Extrême-Orient

La chaleur de l'été semble avoir gagné les esprits, ça se frotte et se triture un peu partout sur la planète. Achtung : même si cela reste pour l'instant dans les limites du raisonnable, un dérapage est si vite arrivé...

En Syrie, où la Chine décide de s'impliquer davantage en soutenant l'effort de guerre syro-russe, les loyalistes avancent sur la majorité du territoire. La poche rebelle de Daraya dans la banlieue de Damas ne sera bientôt plus qu'un mauvais souvenir et la Ghouta ne lui survivra pas beaucoup plus longtemps. Au nord d'Homs, les jets russes viennent de décapiter l'état-major barbu.

Mais c'est à Alep que se décidera le sort de la guerre. Là, le Hezbollah et l'armée syrienne sont en train de lentement mais sûrement refermer la brèche ouverte par les coupeurs de tête modérés début août. Une partie des territoires a été récupérée et l'on commence à tâter et piquer les défenses djihadistes restantes. Une attaque d'envergure vient d'ailleurs d'être déclenchée il y a quelques minutes. Pendant ce temps, les enfants de Ben Laden se font KALIBRer le portrait, à partir de la Méditerranée cette fois.

Guère étonnant dans ces conditions que les barbus aient lancé une nouvelle opération de com' avec la complicité intéressée de la MSN occidentale. Comment s'appelle l'enfant cette fois ? Ah oui, Omran... Pauvre gosse utilisé à des fins de grossière propagande. A quand la photo des mômes de la zone gouvernementale bombardés par les salafistes ?

Tout au nord, la situation dégénère entre Kurdes et armée syrienne a Hassaké. Certes, ce n'est pas la première fois : des clashs éclatent tous les deux-trois mois, vite éteints par le grand-frère russe qui a l'oreille des deux camps. Mais cette fois, cela semble plus sérieux. Difficile de dire comment a commencé la querelle (coup de menton kurde face au rapprochement russo-turc ?) mais elle est suffisamment importante pour que l'aviation syrienne ait bombardé des positions kurdes dans la ville pour la première fois depuis le début de la guerre.

Ce faisant, des "conseillers" américains présents avec les YPG kurdes sont passés bien près de la grande faucheuse, ce qui fait les gros titres aux Etats-Unis. L'excellent Moon of Alabama démonte l'hypocrisie US : que font donc ces "conseillers" si loin du front contre Daech ? Washington a-t-il le droit de répondre quoi que ce soit aux avions syriens survolant leur propre pays ?

Franchissons la frontière turque où il se passe également bien des choses. Le PKK est tout feu toute flamme et multiplie les attentats contre les policiers et militaires turcs. Le dernier en date a fait entre 3 (source Ankara) et 105 (source PKK) morts. Erdogollum, déjà aux prises avec le gülénisme et le séparatisme kurde, doit passer par tous les sentiments en ce moment... Mes rebelles syriens se font dézinguer mais je dois être gentil avec Moscou... Ah oui, je vais aussi à Téhéran dans quelques jours pour m'aligner sur la position russo-iranienne... Oh, les Américains retirent leurs armes nucléaires de ma base d'Incirlik, supposément sous la menace "terroriste". C'est vrai que je n'ai plus confiance en eux et ils n'ont plus confiance en moi... Mais qui donc me reste-t-il comme allié ? La vie est dure...

Et voilà que ça reprend dans le haut Karabagh entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, et cette fois, le très occupé sultan n'y est sans doute pour rien. Erevan et Bakou s'accusent mutuellement d'avoir rompu le cessez-le-feu difficilement trouvé après la crise du mois d'avril.

Dans ces conditions, comment l'Ukraine pourrait rester à l'écart et ne pas y aller de sa clownerie ? Nous avons vu comment l'affaire a débuté et que Moscou avait peu à y gagner, au contraire de la junte maïdanite au bord du gouffre et paniquée que le gaz russe ne transite plus par l'Ukraine. C'est maintenant l'escalade, verbale et symbolique pour l'instant. Poutine s'est envolé pour la Crimée tandis que Chocochenko évoque, comme d'habitude, une invasion russe. Ca doit être la 97ème depuis deux ans...

L'estomac est repu de tant de conflits mais vous reprendrez bien une lichette de Mer de Chine où la guerre des nerfs pour contenir le Heartland / percer le containment (barrez la mention inutile) bat son plein entre l'empire du Milieu et l'empire tout court. La tension est montée tout au long de l'été, Pékin s'exerçant même en vue d'une guerre "courte, soudaine et cruelle" (!) La militarisation des deux mers de Chine, méridionale et orientale (où Tokyo est prêt à déployer des missiles contre Pékin), n'est guère rassurante même si une ligne spéciale a été établie entre la Chine et l'ASEAN.

Il n'y a décidément pas que le réchauffement climatique qui enfièvre la planète... L'automne sera-t-il plus calme ? Rien n'est moins sûr.

NB : Je vous fais grâce du Yémen - où la coalition wahhabite prend l'eau, les Houthis commençant d'ailleurs à multiplier les incursions et les bombardements en territoire saoudien - et de la Corée du Nord où Kim III redouble ses vraies-fausses menaces...

Commenter cet article