Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Frappe sur un convoi humanitaire près d’Alep : faute de coupable, Moscou pointé du doigt par les USA

Publié le par Felli Bernard

© Ammar AbdullahSource: Reuters
© Ammar AbdullahSource: Reuters

Frappe sur un convoi humanitaire près d’Alep : faute de coupable, Moscou pointé du doigt par les USA

20 sept. 2016, 09:30

© Ammar AbdullahSource: Reuters

AddThis Sharing Buttons

Share to FacebookShare to TwitterShare to TelegramShare to WhatsAppShare to Google+Share to Plus d'options...Share to ImprimerShare to Email

Si personne n’est pour l'heure reconnu coupable de l'attaque aérienne sur un convoi humanitaire à l'est d’Alep qui a causé la mort de volontaires du Croissant rouge syrien, le département d’Etat n’a pas tardé à faire allusion à Damas et Moscou.

Un convoi humanitaire de 31 camions de l’ONU et du Croissant rouge a été bombardé dans ce qui pourrait être cinq frappes aériennes alors que des livraisons étaient en train d’être effectuées dans la ville d’Urem al-Kubra, à l'est d'Alep, en Syrie. Au moins 18 véhicules auraient été touchés, selon l’ONU.

Lire aussi

Le chef de la mission et plusieurs autres employés ont été gravement blessés dans l’attaque, a confié un témoin à Reuters. Le convoi transportait de l'aide humanitaire à destination d'environ 78 000 civils. Aucune des parties impliquées dans le conflit n’a revendiqué l’attaque.

Les informations concernant le nombre de victimes sont pour l'heure contradictoires. Selon Elhadj As Sy, secrétaire général de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, 14 volontaires de la branche syrienne du Croissant Rouge seraient morts dans l’attaque. Les Nations unies, de leur côté, n’ont pu confirmer le nombre exact de victimes, estimant seulement que l’attaque a fait «nombreux» morts.

Stephen O'Brien, en charge des opérations humanitaires au sein de l'ONU, a qualifié la frappe d'«attaque impitoyable» qui ne peut être expliquée ou excusée, le convoi ayant été «clairement identifié comme humanitaire» et cette information ayant été diffusée «à toutes les parties du conflit». Le haut responsable de l’ONU a appelé à ouvrir une enquête «immédiate, impartiale et indépendante».

L’envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, a lui aussi fortement condamné l’attaque sur ce convoi qui devait «aider des civils isolés». «Notre indignation face à cette attaque est énorme», indique-t-il dans son communiqué.

La France a également condamné l'attaque. «C'est une destruction qui illustre l'urgence d'un cessez-le-feu», a déclaré le porte-parole du ministère française des Affaires étrangères, Romain Nadal.

Aucun coupable avéré, mais les USA ciblent la Russie

Dans un communiqué publié par le département d’Etat, le porte-parole John Kirby a pu déclarer que les Etats-Unis étaient «indignés» par cette attaque, s’abstenant d’accuser tout pays en particulier mais ajoutant que «le régime syrien et la Fédération de Russie connaissaient la destination de ce convoi et [que] ces travailleurs humanitaires [avaient] été tués dans leur tentative de soulager au peuple syrien».

«Les Etats-Unis soulèveront cette question directement avec la Russie. Compte tenu de la violation flagrante du cessez-le-feu, nous réévaluerons les perspectives de la coopération avec la Russie», a indiqué John Kirby.

Cette attaque intervient alors que le Front al-Nosra avance sur les positions de l’armée syrienne dans le sud-est d’Alep et dans des quartiers résidentiels à grand renfort de chars, missiles et mortiers.

Un peu plus tôt, le gouvernement syrien avait annoncé la fin du cessez-le-feu conclu par la Russie et les Etats-Unis en septembre en raison de violations permanentes de cet accord par les rebelles. Face à cette nouvelle attaque, Moscou et Washington entendent convoquer une réunion urgente pour discuter des conséquences de cet incident sur le processus de rétablissement de la paix en Syrie.

International

Commenter cet article