Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Theresa May appelle les chefs d'Etat du monde entier à protéger leurs frontières

Publié le par Felli Bernard

Theresa May
Theresa May

Theresa May appelle les chefs d'Etat du monde entier à protéger leurs frontières

20 sept. 2016, 08:00

© Lucas JacksonSource: Reuters

AddThis Sharing Buttons

Share to FacebookShare to TwitterShare to TelegramShare to WhatsAppShare to Google+Share to Plus d'options...Share to ImprimerShare to Email

A l'occasion de son discours lors du sommet de l’ONU sur les réfugiés, le Premier ministre britannique a déclaré qu'il fallait s’opposer aux flux migratoires non-contrôlés et a appelé les pays à protéger leurs frontières.

«Nous devons dire clairement que tous les pays ont le droit de contrôler leurs frontières et protéger leurs citoyens, et qu'ils ont le devoir de contrôler leurs frontières, réduire des flux de migration illégale et non contrôlée», a déclaré Theresa May lors du sommet de l’ONU sur les réfugiés à New York.

Lire aussi

En s’adressant aux leaders du monde entier, le Premier ministre a appelé à établir une plus grande distinction entre les réfugiés et ceux qui voudraient entrer dans un pays pour des raisons économiques. Concédant qu’il n’y avait rien de mal à émigrer en étant à la recherche d’une vie meilleure, elle a mis en garde contre la «migration non-contrôlée» qui n’est pas, selon elle, dans l'intérêt des pays d'accueil ou dans celui des réfugiés eux-mêmes.

La locataire de Downing street est d'avis que les réfugiés demandent asile dans le premier pays sûr où ils arrivent, tels que la Grèce, l’Italie ou la France. Ainsi, les migrants ne pourront pas aller plus loin en Europe et atteindre le Royaume-Uni. Theresa May a justifié cette position en invoquant le danger auquel doivent faire face les réfugiés lors de leur traversée de l'Europe.

Le Royaume-Uni se dit être prêt à accueillir 20 000 réfugiés syriens d’ici à 2020. Pour le moment, 2 800 d’entre eux ont bénéficié de l'asile en Grande-Bretagne, a fait savoir Theresa May. Ce chiffre est somme toute assez peu impressionnant si il doit être comparé à d’autres pays européens : l’Allemagne a par exemple accueilli un million de réfugiés en 2015, dont quasiment une moitié (484 000) provient de Syrie.

Selon les estimations de l’ONU, un nombre record de personnes aurait été déplacé en raison des actuels conflits armés. Fin 2015, 65,3 millions de personnes étaient classées soit comme réfugiés, soit comme demandeurs d’asile. C'est cinq millions de plus qu'à la fin 2014.

C'est la première fois qu'un sommet de l’ONU porte sur la question des réfugiés, marquant le début des négociations sur une nouvelle politique globale concernant les migrants et les réfugiés. Elles devraient durer deux ans. Cette semaine, les chefs d'Etat signeront une déclaration les engageant, eux et leurs pays, à protéger les droits des migrants et réfugiés.

International

Commenter cet article