Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Assad : les Etats-Unis cherchent la domination du monde et mènent la guerre à ceux qui s'y opposent

Publié le par Felli Bernard

Bachar el-Assad
Bachar el-Assad

Assad : les Etats-Unis cherchent la domination du monde et mènent la guerre à ceux qui s'y opposent

5 oct. 2016, 16:40

© SANA Source: Reuters

Bachar el-Assad

AddThis Sharing Buttons

Share to FacebookShare to TwitterShare to TelegramShare to WhatsAppShare to Google+Share to Plus d'options...Share to ImprimerShare to Email

Pour le président syrien, la soif d'hégémonie des Etats-Unis provoque ravages et effondrements des Etats de par le monde. Leur ingérence dans le conflit syrien vise à «sauver ce qui reste» de la prédominance mondiale américaine, estime le dirigeant.

Dans une interview au magazine iranien Tehran Foreign Policy Studies Quarterly ce mercredi 5 novembre, le président syrien Bachar el-Assad a affirmé que les Etats-Unis recouraient à la force chaque fois qu'ils craignaient qu’un défi à son influence et à sa capacité de contrôler l'agenda international unilatéralement n'apparaisse.

«Les Etats-Unis se basent sur un principe de prédominance sur les autres Etats et c’est ainsi depuis qu’ils ont profité de l'effondrement de l’URSS en mettant en place un contrôle unilatéral qu’ils exercent jusqu'à ce jour sur ce monde », affirme Bachar el-Assad.

Lire aussi

Ce qui se passe en Syrie est une tentative de sauver ce qui reste de l'hégémonie américaine

«Aujourd'hui, les Etats-Unis mènent des guerres dans le seul but de consolider leur projet de contrôle total, en lançant des attaques contre tous ceux qui s’opposent à sa domination», a déclaré Assad, en soulignant que Washington rejetait et refusait de reconnaître le nouveau rapport des forces dans les affaires mondiales, et la montée en puissance des autres Etats. Une politique qu'on retrouverait donc en premier lieu en Syrie : «Ce qui se passe en Syrie est une tentative de sauver ce qui reste de l'hégémonie américaine et occidentale dans le monde.»

Selon le président syrien, «la seule chose que les Américains ont réussi de faire est la création de problèmes et la destruction d'Etats, rien d'autre» et ils ont recours à tous les moyens pour infliger des défaites à ses rivaux idéologiques, en recourant entre autres au «terrorisme», aux opérations psychologiques et pressions économiques. Cependant, le leader syrien pense que c’est la couverture biaisée du conflit réalisée par les médias traditionnels qui porte l'un des coups les plus importants aux rivaux de l’Amérique : «Ici, nous ne parlons pas seulement de l’état d'esprit des fonctionnaires, mais [aussi] de celui des gens, de l'analyse erronée de ce qui se passe et du fait que les choses sont présentées d'une manière déformée».

Lire aussi

Il est inutile d'analyser la politique des Etats-Unis avec du sens commun, elle est guidée par les intérêts des différentes factions

Si la Syrie parvenaitt à résister à la pression et à déraciner le terrorisme de son sol, cela ouvrirait la voie à la «diffusion d'idées de développement indépendant dans le monde – ce que l'Occident craint le plus», estime Assad, ajoutant que «ce qui se passera en Syrie aura un impact sur le plan politique».

Le président syrien ne croit pas que la politique étrangère américaine puisse changer de façon de faire dans un avenir proche, étant donné que les guerres servent l'intérêt de puissants groupes de pression américains, notamment les lobbies des armes et du pétrole : «Il est inutile d'analyser la politique des Etats-Unis avec du sens commun, comme elle est guidée par les intérêts des différentes factions.»

Plus tôt, Moscou a évoqué ses préoccupations au sujet de l'impact possible de la tentative des Etats-Unis de renverser le président syrien en ayant recours à une agression militaire directe. La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova a averti qu'une telle entreprise conduirait à un «mouvement tectonique terrible non seulement dans le pays, mais dans toute la région».

Lire aussi

Pour sa part, la Russie aide le gouvernement syrien dans la lutte contre le terrorisme à la demande d'Assad depuis le mois de septembre 2015. L'ambassadeur de Russie à l'ONU et actuel président du Conseil de sécurité Vitali Tchourkine a déclaré au Conseil lundi 3 octobre qu'il croyait que «si [l'intervention russe] en Syrie n’avait pas eu lieu, les drapeaux noirs auraient très bien pu flotter au-dessus de Damas».

Malgré la fin de la coopération américano-russe en Syrie, Washington a indiqué qu'il n’allait pas attiser les tensions en détruisant des cibles du gouvernement syrien, craignant que cela mettrait les forces russes et américaines au bord de la confrontation militaire directe.

«Le président [Barack Obama], étant donné qu’il réfléchit à ces options, va bien penser aux conséquences de différentes actions», a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche John Earnest le 4 octobre.

La coalition américaine a mené un raid aérien contre les troupes gouvernementales syriennes à Deir Ez-Zor le 19 septembre, tuant 62 militaires et blessant plus d'une centaine de personnes. Après cette attaque, le président Bachar el-Assad a annoncé la fin du cessez-le-feu en Syrie récemment négocié par la Russie et les Etats-Unis.

Lire aussi : Moscou : les Etats-Unis sont prêts à un accord avec le diable pour renverser Assad

International

Commenter cet article