Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aides publiques à un projet de « faculté islamique » à Saint-Denis…

Publié le par Felli Bernard

Aides publiques à un projet de « faculté islamique » à Saint-Denis…

Nous avons déjà ici présenté les activités de l’IESH un organisme de formation islamique implanté à Saint-Denis dirigé par Ahmed Jaballah, ancien président de l’UOIF, proche de la confrérie des « Frères Musulmans » : http://www.saintdenismaville.com/iesh-une-faculte-islamique-a-saint-denis/

Mais l’IESH en ce mois de décembre 2016 se fait plus précis sur son projet de campus qui serait sur deux sites qui couvrent au total 8 000 m². Le premier site demeure à Saint-Denis, sur le lieu même de l’établissement, où va se construire deux bâtiments sur cinq et neuf étages qui devraient coûter respectivement 7,5 et 8 millions d’euros. Le lancement des travaux est annoncé pour l’année 2017. Sont prévus aussi un centre médical, une salle de sport, une librairie, un restaurant ou encore la location de bureaux et de logements, le tout devant générer des revenus pour l’IESH. Et, en effet, le second site, situé à La Courneuve, est constitué d’une résidence étudiante de 25 studios, sur un terrain dont l’IESH est déjà propriétaire, pour un montant de 1,5 millions d’euros.

Le permis de construire aurait été obtenu en novembre 2015  auprès de la municipalité de Saint-Denis. S’agit-il de l’accompagnement des projets de l’IESH qui était à l’ordre du jour de la réunion de l’ancien maire et du directeur de l’IESH le 24 juin 2011 ?

Quant aux formes de financement, elles impliquent que l’Etat y participe indirectement en accordant des déductions fiscales aux donateurs à hauteur de 66% ! D’ailleurs voici comment l’IESH présente cette aide. On ne peut être plus explicite dans la confusion entre invocations religieuses et intérêt à payer moins d’impôts grâce à la complaisance de l’Etat !

https://www.youtube.com/watch?v=ttP-UikRIYc&feature=youtu.be

« « Lorsque le Fils d’Adam meurt, ses œuvres cessent à l’exception de trois d’entre elles : une aumône dont les effets se perpétuent,une science dont on tire profit et un enfant vertueux qui prie en sa faveur » Rapporté par Bukhari »

« 1 M² = 2220 € (Soit en une seule fois, ou sur plusieurs mois, par chèque, virement, espèce, prélèvement mensuel… Un don de 2220€ vous permet de réduire 1465€ de vos impôts (réduction de 66% des impôts) »

Ce projet, tel que le rapporte le site islamique « saphir news » dans un article du 19 décembre 2016 ( http://www.saphirnews.com/Victime-de-son-succes-l-IESH-de-Paris-a-la-recherche-d-une-perennite-financiere_a23253.html ),  a été présenté très officiellement lors d’une réunion à l’IESH le 1er décembre 2016 :

« Une cérémonie en l’honneur des imams et des personnes ayant mémorisé intégralement le Coran (hoffaz) issus des formations de l’IESH de Paris a été organisé, jeudi 1er décembre, dans les locaux de l’établissement, basé à Saint-Denis et dirigé par Ahmed Jaballah. Pour l’occasion, de nombreuses personnalités ont fait le déplacement. Etaient présents des représentants d’organisations musulmanes à l’instar d’Amar Lasfar, président de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) à laquelle est liée l’IESH, Anouar Kbibech, président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Djelloul Seddiki, directeur de l’institut Al Ghazali et représentant de la Grande Mosquée de Paris, et Ayse Senol, représentante du Millî Görüş en Ile-de-France. Des représentants de l’Institut Catholique de Paris mais aussi du bureau des cultes du ministère de l’Intérieur étaient des leurs, ainsi que Jean Courtaudière, délégué diocésain en charge des relations avec les musulmans en Seine-Saint-Denis. »

Un oubli dans cette longue liste d’invités, un oubli de taille au vu de la photo publiée par « saphir news » où cet invité est au centre des festivités :

Il s’agit d’Hakim Rebiha, maire-adjoint de Saint-Denis, et qui semble avoir joué un rôle très actif dans cette remise de certificats religieux :

Permis de construire, aides fiscales, élus participant à des manifestations religieuses… La loi de 1905 séparant l’Etat et les institutions religieuses et organisant la neutralité des pouvoirs publics à l’égard des cultes semble avoir été oubliée à Saint-Denis !

Commenter cet article