Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’attaque de l’État islamique contre Palmyre: Bachar el-Assad et Sergeï Lavrov expliquent

Publié le par Felli Bernard

 

L’alliance américaine au Moyen-Orient lance des attaques tous azimut pour empêcher la reconquête totale d’Alep par les alliés de la Syrie et son armée contre les coupeurs de têtes, alors que Sergeï Lavrov vient de déclarer que « la résistance des terroristes à Alep durera encore deux ou trois jours ».

Aux moyens de mensonges propagandistes massifs les médias du Système accusent la Syrie et ses alliés de pratiquer des exécutions sommaires de civils à Alep, et les États occidentaux de la coalition US déposent recours sur recours à l’ONU. Tandis que les troupes irakiennes de l’État islamique passent massivement de l’Irak à Mossoul contre Palmyre en Syrie, sans que la coalition américaine, sensée combattre l’EI à Mossoul en Irak, ne se soit alarmée de ce fort mouvement de troupes [5000 hommes avec des blindés, du gros matériel de guerre, etc.], qu’elle semble plutôt avoir commandée.

Ces manœuvres cousues de gros fil qui ont quelque temps connu un certain succès auprès des âmes sensibles sont désormais largement éventées. Bachar-el-Assad, le président Syrien, et Sergeï Lavrov, le chef de la diplomatie de Russie, chacun de leurs côtés, ont réagi. 

Bachar el-Assad explique ainsi: « C’est une réponse à ce qui se passe à Alep, à l’avancée des troupes syriennes. Ils cherchaient à empêcher la victoire à Alep et à détourner l’attention des militaires, mais ça n’a pas marché », a-t-il indiqué.

Le président syrien a rejeté toute éventualité de trêve qui «stopperait la progression de l’armée syrienne» déplorant  que les médias détournent les yeux quand «les terroristes tuent des civils à Palmyre»«Si l’on traduit cette déclaration, il s’agit d’un appel à stopper la progression de l’armée syrienne face aux terroristes», a-t-il estimé, jugeant que la préoccupation principale des pays occidentaux était de «sauver les terroristes».  «Si nous libérons Alep, les politiques occidentaux et les médias mainstream s’inquiéteront alors du sort des civils, alors qu’ils ne s’en préoccupent pas lorsque la situation inverse se produit, lorsque les terroristes tuent des civils et s’emparent de Palmyre.»

Le Président syrien s’est exprimé sur l’après-Alep:
« L’opération de libération d’Alep ne se terminera pas par la prise de la ville, il importe de la sécuriser de l’extérieur (…). Nous renforçons nos positions dans chaque quartier libéré des terroristes pour éviter des contre-attaques, d’autant plus que les terroristes bénéficient du soutien de plusieurs pays », a indiqué le président, cité par la chaîne de télévision Rossia 24.  
 .
« Nous menons les opérations militaires en accordant tous les jours aux civils la possibilité de quitter les quartiers occupés par les terroristes. Les terroristes munis d’armes légères peuvent eux-aussi quitter les zones de combat ou se rendre aux autorités et bénéficier d’une amnistie », a noté le chef de l’État syrien.
 .
« La prochaine ville (où l’armée syrienne arrivera après Alep, ndlr.) sera désignée en fonction de la plus grande concentration de terroristes qui reçoivent une aide logistique de l’étranger. A l’heure actuelle, il y a une voie de communication directe entre Alep et Idlib parce que le Front al-Nosra se trouve à Alep et hors de la ville, tout comme à Idlib. Mais nous répondrons à cette question après avoir libéré Alep. Nous le déciderons dans le cadre d’un dialogue avec le commandement russe, qui nous aide à mener ces opérations, ainsi qu’avec les dirigeants iraniens », a conclu M. Assad (source des citations Sputnik)
Aujourd’hui même l’ONU a reconnu que c’était les islamistes-coupeurs de têtes « modérés » qui retenaient les civils. Et pourquoi empêchent-ils les civils de quitter les dernières poches d’Alep qu’ils tiennent encore, sinon pour s’en servir de boucliers humains ?

«Étant donné les progrès réalisés sur les territoires où patrouille l’aviation de la coalition menée par les États-Unis, tout cela donne l’impression que [cette action] est orchestrée et coordonnée afin de donner un répit aux bandits d’Alep-Est», a noté le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Sergeï Lavrov intervient dans la vidéo ci-dessous:

Les diverses manœuvres de la coalition occidentale

La semaine dernière la France, le Royaume-uni, les USA, le Canada, l’Italie et l’Allemagne avaient présenté une résolution de cessez-le-feu au Conseil de l’ONU. Résolution qui a été rejetée par les vétos chinois et russe le 5 décembre afin que ce répit ne profite pas une nouvelle fois aux terroristes. Mais alors qu’Alep est quasiment libérée de la plaie des gangsters islamistes, les mêmes pays occidentaux tentent une opération de diversion sur Palmyre, par État islamique interposé, tendant ainsi le piège aux forces alliées de la Syrie de s’affaiblir en se divisant sur deux fronts. Piège dans lequel ils ne sont pas tombés. Et comme la coalition syro-russe n’est pas tombée dans ce piège, Jean-Marc Ayrault, le brillant ministre des Affaires étrangère nommé par Manuel Valls, l’accuse d’être de mèche avec l’État islamique. Ce qui montre jusqu’à quel degré de mensonge et d’inversion de la réalité ces gens sont capables d’aller pour tromper l’opinion publique! Et dans le même temps une nouvelle opération diplomatique auprès de l’ONU est lancée appuyée par une opération de propagande médiatique massive. Les terroristes internationaux qui combattent à Alep auront ainsi eu le maximum d’appuis imaginables de la part de la coalition US, pour qu’Alep ne revienne pas dans l’État syrien et sorte du quotidien des coupeurs de têtes.
 .
Les Occidentaux savent que deux écueils les guettent en cas de victoire définitive à Alep:
 .
d’une part la ville va devenir une base solide de reconquête pour le reste de la Syrie, alors que leurs objectifs étaient d’éliminer, après Saddam Hussein en Irak, et Mouamar Kadafi en Libye, Bachar-el-Assad en Syrie. 
et d’autre part,  Donald Trump qui devrait prendre ses fonctions présidentielles en janvier, a exprimé la volonté de se détourner du Moyen-Orient… Sauf en ce qui concerne l’Iran, cependant. Pour les faucons du Congrès et du Pentagone, il y a urgence, d’où leur hargne!
 .
emiliedefresne@medias-presse.info

Commenter cet article