Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La tentative de l’État profond de réprimer la demande d’or en Inde

Publié le par Felli Bernard

La tentative de l’État profond de réprimer la demande d’or en Inde


Par Stewart Dougherty – Le 28 novembre 2016 – Source  investmentresearchdynamics.com

Résultats de recherche d'images pour « inde or image »
L’objectif premier de la démonétisation de la monnaie indienne était de réduire fortement la demande d’or sur le marché au détail le plus important au monde, l’Inde, contrôlée par l’oligarchie de l’État Profond par l’intermédiaire d’un agent à eux, son Premier ministre [Modi]. La façon dont la démonétisation a été réalisée indique une sorte de désespoir… – Stewart Dougherty

La démonétisation indienne dénote un stress important sur le marché mondial de l’or… – Stewart Dougherty

Il est clair que la démonétisation de la monnaie indienne est en fait une attaque planifiée contre la demande d’or indienne, lancée pour perturber les prix de l’or et discréditer ce métal comme catégorie d’actif. L’attaque a été nécessaire pour atténuer le stress sévère sur le marché mondial de l’or, qui est de plus en plus difficile à contenir pour les contrôleurs du Deep State.

Depuis deux décennies, l’or physique migre de l’ouest vers l’est en quantités croissantes. De nombreux rapports confirment que les principales raffineries du monde fonctionnent à leur maximum de capacité pour convertir l’or occidental en kilos demandés par les acheteurs asiatiques. Les raffineurs confirment également que l’approvisionnement en or de l’Occident est devenu problématique, car les fournitures se raréfient face au monde vorace, et en particulier face à la demande orientale.

Les banquiers centraux de l’Occident et leurs gestionnaires du Deep State ont clairement indiqué qu’ils avaient l’intention de passer à une société sans numéraire. Cependant, ils ne sont pas encore prêts à faire cette transition. Par conséquent, leur objectif actuel est d’entamer le processus en éliminant les devises de forte valeur nominale, telles que les billets de 500 euros et les billets de 50 et de 100 dollars. Dans le même temps, ils travaillent à la numérisation de l’infrastructure de paiement, une condition préalable à l’élimination de la trésorerie.

Leur problème est la constante prise de conscience du peuple, quant aux implications inquiétantes d’une société sans numéraire, et à l’assaut sur les libertés humaines qu’elle représente. Les oligarques de l’État profond doivent mettre en œuvre leur ordre du jour avant que les gens ne se mobilisent pour les empêcher de le leur imposer.

Les oligarques de l’État profond comprennent que les gouvernements occidentaux qu’ils réquisitionnent sont en faillite. Pour continuer leurs opérations, ils doivent tirer parti de la richesse privée du peuple pour le financement. En fait, le FMI a produit un document recommandant un « prélèvement unique sur le capital de 10 % » (un impôt sur la fortune de 10%) pour faire face aux problèmes budgétaires insolubles des gouvernements occidentaux. Les auteurs de cet article affirment que le « prélèvement » doit être imposé de nuit et par surprise totale, pour empêcher les citoyens de prendre des mesures pour l’éviter.

Ce type d’embuscade est exactement ce qui s’est passé en Inde, avec sa démonétisation de choc.

La proposition du FMI ne modifie en rien la trajectoire actuelle des gouvernements en matière de déficits et d’endettement. L’argent recueilli serait simplement utilisé pour le service de la dette existante. Cela signifie que ce prélèvement de capital ne sera d’abord que le premier de nombreux à l’avenir. La seule solution des gouvernements est d’exproprier la richesse privée du peuple, ce qui est exactement ce que le FMI a admis.

Si les gens ont de la trésorerie et d’autres avoirs monétaires privés en dehors du système bancaire lorsque le « prélèvement de capital » sera imposé, les gouvernements vont en perdre une partie. C’est l’une de leurs principales motivations pour éliminer les liquidités : pour maximiser le produit de la taxe sur le capital, ils ont besoin du montant le plus élevé possible dans le système bancaire, sous forme numérisée, non retirable, lorsque le prélèvement sera exécuté.

Ce n’est pas dans l’intérêt des gouvernements que les gens pensent qu’il vaut mieux être leurs propres banquiers, en privatisant leurs avoirs monétaires plutôt que de les remettre aux banquiers commerciaux, qui sont devenus des gardiens et des agents de l’État. Par conséquent, une campagne à grande échelle est en cours pour diaboliser l’argent liquide et rendre les métaux précieux dangereux dans l’imaginaire, en pulvérisant régulièrement leurs prix.

Dans l’intervalle, les réserves de métaux physiques à l’Ouest ont constamment diminué et sont maintenant au plus bas. Cela signifie que les activités de baisse des prix du papier LBMA et Comex des banques de lingots doivent progressivement augmenter, pour qu’elles puissent maintenir le contrôle d’un marché qui sort de leur contrôle. Contrairement aux investisseurs de l’Est, les investisseurs de l’Ouest ont tendance à acheter lors de hausse des prix, car ils recherchent la dynamique. La hausse des prix peut conduire à une ruée d’achat. Si une ruée d’achat devait éclater sur le marché actuel des métaux précieux soumis à l’offre, les prix augmenteraient, ce qui serait contraire à l’ordre du jour des oligarques de l’État profond.

Étant donné que les opérateurs du Deep State ne peuvent rien faire pour augmenter l’offre d’or à l’Ouest, leurs seules options sont de découvrir d’une façon ou d’une autre des fournisseurs ailleurs, et / ou d’écraser la demande d’or.

Le « d’une façon ou d’une autre » est l’Inde, une nation dont le peuple possède une estimation de 20 000 tonnes d’or, et qui achète des centaines de tonnes de plus chaque année. Le Premier ministre Modi, le politicien docile et contrôlé de l’establishment de l’État profond, a été chargé de tenir le contrôle de l’offre et de la demande de l’or en Inde et il a fait des heures supplémentaires pour atteindre les deux objectifs depuis son élection.

Premièrement, Modi a lancé un programme d’or papier, dans lequel les Indiens ont été invités à verser leurs avoirs d’or personnels à l’État, en échange de « billets » et d’« obligations » rapportant des taux d’intérêt inférieurs à l’inflation sur la valeur de l’or qu’ils fourniraient. Les billets ne sont pas remboursables en or pendant au moins cinq ans, au moment où l’or aura depuis longtemps disparu de l’Inde et aura été utilisé sur le marché de gré à gré des banques de lingots et autres opérations à but lucratif. Le schéma de l’or papier de Modi a échoué, parce que les Indiens n’ont pas confiance en lui, et c’est très bien ainsi.

Ensuite, Modi a imposé un droit à l’importation de 10 % sur l’or (l’Inde ne produit presque pas d’or, donc presque tout est importé). Cela s’est traduit par une grève de plusieurs semaines des bijoutiers, ce qui a permis de réduire la demande, l’un des deux objectifs du plan des oligarques de l’État profond.

Mais bientôt, ce système a échoué parce que la contrebande a augmenté, permettant aux Indiens d’obtenir l’or qu’ils souhaitent à des prix d’environ 5% au-dessus du prix mondial, ce qui est raisonnable vu les circonstances.

Dans un effort pour limiter la demande, Modi a promulgué un règlement spécial. Édicté en 2015, il exige que toute personne qui achète des bijoux ou des métaux précieux d’une valeur de 200 000 roupies ou plus (l’équivalent d’environ 2 900 dollars US) présente une carte indienne PAN. PAN signifie Numéro de Compte Permanent, un numéro alphanumérique à dix chiffres, délivré par le Département fiscal de l’Inde aux particuliers et aux entreprises. Le PAN permet au personnel des impôts de suivre toutes les transactions financières d’un détenteur de carte pendant toute leur durée de vie.

Seuls 17% de la population de l’Inde ont obtenu un nombre PAN à ce jour, ce qui signifie que 83% de la population est incapable d’acheter 2 900 dollars ou plus de bijoux ou de lingots en une seule transaction. Sans carte PAN, il est illégal de le faire. Ce règlement a réduit les achats de bijoux et de lingots par les Indiens de haut niveau qui ont un PAN, mais ne veulent pas que leurs transactions personnelles soient enregistrées en permanence. Alternativement, il les a conduits à faire des achats plus petits, qui ne nécessitent pas la présentation d’une carte PAN.

Alors que la réglementation PAN a freiné la demande haut de gamme du marché (les plus de $3 000), elle n’a rien fait pour répondre au marché actif au comptant. Les petits achats de bijoux et de lingots sont traditionnellement payés en espèces, en utilisant des billets de 500 et 1 000 roupies. C’était le talon d’Achille du Deep State en Inde, et ils ont décidé de s’en occuper.

En conséquence, le 8 novembre 2016, Modi a « éteint » toutes les coupures de 500 et 1 000 roupies indiennes. Les détenteurs des anciens billets ont été tenus de les échanger contre de nouveaux, mais le processus a été extrêmement difficile et a pris beaucoup de temps. En outre, il y a des restrictions sévères sur le montant de la nouvelle monnaie que les citoyens peuvent obtenir. Les retraits sont plafonnés à 40 000 roupies par semaine, environ $575. Après avoir payé pour les frais de subsistance (90% des achats indiens sont effectués avec de l’argent), il reste très peu pour les achats discrétionnaires comme les bijoux en or. Étant donné que la démonétisation a été spécifiquement programmée pour se produire au milieu de la saison des noces, la réduction de la demande a été prononcée. Les bijoutiers de Mumbai, le plus grand marché de détail au pays, rapportent des ventes en baisse de 90%.

Nous croyons que l’objectif premier de la démonétisation de la monnaie indienne était de réduire fortement la demande d’or sur le marché de détail le plus important au monde, l’Inde, contrôlée par l’oligarchie de l’État par l’intermédiaire d’un agent docile, son Premier ministre. La manière dont la démonétisation a été réalisée indique une sorte de désespoir, parce qu’elle défie toute prudence économique, toute logique même humanitaire et tout bon sens. L’Inde est le seul pays où ce type d’attaque contre la demande aurait pu être mené à bien, et c’est pourquoi il s’est produit là. Il nous indique que la cabale bancaire est en train de se heurter au mur et que le marché mondial de l’or est en train de devenir très difficile à maîtriser. Des temps désespérés produisent des mesures désespérées de la part des manipulateurs.

Il est essentiel de noter que le gouverneur de la Banque de réserve de l’Inde jusqu’à mi-2016, Raghuram Rajan, a décliné un deuxième mandat de trois ans. Rajan était un ancien économiste en chef du Fonds monétaire international, un des gars derrière le « prélèvement de capital ». Il est également membre du Groupe des Trente, ainsi que Larry Summers, chef des pom-pom girls pour l’élimination des billets de 100 dollars aux États-Unis, et des espèces en général. Beaucoup plus important encore, Rajan est maintenant devenu vice-président de la Banque des règlements internationaux, la « banque centrale des banques centrales », longtemps considérée comme le principal architecte et facilitateur de la manipulation mondiale de l’or et de l’oppression des prix. Il a été caractérisé dans la presse comme étant « un défenseur pour une coordination accrue entre les banques centrales ». Il est évident qu’un important programme global de l’État profond est maintenant en jeu.

Le Brexit et la victoire de Trump ont démontré que le peuple ne peut être poussé si loin, mais les oligarques de l’État profond sont beaucoup trop accros à l’argent facile et au pouvoir divin pour entendre le message. Ils poussent en avant, comme si rien n’avait changé dans le monde. La conservation par le peuple de sa liberté financière est beaucoup plus importante pour lui que le Brexit ou Trump, et nous croyons qu’il va défendre ce droit, car les peuples sont en train de s’éveiller à l’ensemble des implications de la tyrannie.

À mesure que la demande se rétablit, suite au choc de la réduction de la demande qui s’est produite en Inde, nous croyons que le marché des métaux précieux deviendra plus fort que jamais. Premièrement, l’Inde a discrédité le précieux produit de monopole des gouvernements : la monnaie fiduciaire. Deuxièmement, le choc de la demande d’or dû à la démonétisation en Inde n’a aucun effet sur la demande de la Russie, de la Chine et du reste de l’Asie, qui est plus forte que jamais. Troisièmement, les réalités fiscales et monétaires des gouvernements occidentaux continuent de s’aggraver, renforçant l’idée déjà convaincante en faveur des métaux précieux. Quatrièmement, et comme nous l’avons souligné dans des articles précédents, la fourniture de l’or ne peut résister à un redéploiement même d’une fraction des actifs personnels en liquide dans les métaux, sans que les prix soient forcés d’être beaucoup plus élevés qu’aujourd’hui. Et cinquièmement, les banques de lingots et les intrigants de l’État profond sont à court de coups tordus contre la population. En fait, l’acrobatie qu’ils viennent de faire en Inde pourrait être leur dernière, du moins de cette ampleur. Bien que nous n’excluions rien de leur côté, y compris le dumping désespéré des avoirs de métaux restants des banques centrales de l’Ouest (qui pourraient même ne plus exister à ce stade tardif) et des interdictions que les gens doivent ignorer s’ils veulent avoir une chance de rester financièrement libres. Il semble clair pour nous qu’ils vont être rapidement à court d’options.

Stewart Dougherty

P.S. Une conclusion supplémentaire que nous tirons des événements en Inde est qu’ils prouvent presque certainement que la réserve d’or des États-Unis a disparu. Ce qui s’est passé en Inde indique qu’il existe un déséquilibre essentiel de l’offre et de la demande dans l’or, qui exigeait une «solution» sans précédent, draconienne et imprudente. En fait, cela n’a rien résolu. Cela a juste acheté aux oligarques un peu de temps, mais probablement pas beaucoup. Si des réserves d’or occidentales et surtout américaines étaient disponibles, elles auraient presque certainement été déployées avant qu’une démonétisation monétaire massive et destructrice dans la deuxième nation la plus importante du monde, en terme de population, ait été ordonnée.

Stewart Dougherty est le créateur d’Inferential Analytics (IA), une méthode de prévision qui s’applique à des événements exclusifs, les principes de l’instinct humain, le désir et l’action. À son avis, il est peu probable que les méthodes de prévision fondées sur les principes de l’action humaine soient fiables dans le temps. Il est diplômé de l’Université Tufts (BA) et de la Harvard Business School (MBA). Il est aussi un vétéran de plus de 35 ans dans les tranchées du monde des affaires et a développé en IA sur une période de 15 ans et plus.

Commenter cet article