Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le discours de Poutine face aux agents du renseignement russe

Publié le par Felli Bernard

Le discours de Poutine face aux agents du renseignement russe


Vladimir Poutine a participé à une réunion élargie annuelle du Conseil du Service fédéral de sécurité (FSB) pour discuter des résultats du FSB pour 2016 et des tâches prioritaires pour assurer la sécurité nationale de la Russie.

Par Vladimir Poutine – Le 16 fevrier 2017 – Source Le site du Kremlin via The Saker

Le Président de la Russie Vladimir Poutine :

Bonjour.

Ces réunions annuelles du Conseil du FSB nous donnent la chance de nous rencontrer, en plus d’analyser en profondeur les résultats du travail de l’agence au cours de la période, mais aussi de discuter longuement de toutes les questions importantes de sécurité nationale en général et de définir les priorités pour le futur immédiat et celui à plus long terme.

 

Le FSB joue un rôle clé dans la protection de notre ordre constitutionnel, de la souveraineté de notre pays et dans la protection de nos populations contre les menaces qui pèsent sur le pays et à l’étranger.

Permettez-moi de commencer en disant que les résultats de l’année dernière ont été positifs et qu’ils montrent un bon développement. Cela concerne votre travail de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme, une série d’opérations de contre-espionnage réussies, vos efforts pour lutter contre la criminalité économique et dans d’autres domaines.

Vous avez assuré un haut niveau de sécurité pour les grands événements publics, dont l’élection à la Douma ainsi que les élections régionales et locales.

Je tiens à remercier les dirigeants et le personnel pour leur attitude consciencieuse dans leur travail et leur rendement rapide et efficace.

Mais en même temps, les exigences sur la qualité et les résultats de votre travail croissent constamment. La situation mondiale n’est pas devenue plus stable ou meilleure au cours de la dernière année. Au contraire, de nombreuses menaces et défis existants sont devenus encore plus préoccupants.

La rivalité militaro-politique et économique entre les décideurs mondiaux et régionaux et entre les différents pays a augmenté. Nous voyons des conflits sanglants se poursuivre dans un certain nombre de pays au Moyen-Orient, en Asie et en Afrique. Les groupes terroristes internationaux, essentiellement des armées terroristes, bénéficiant d’un soutien tacite et parfois même ouvert de certains pays, prennent une part active à ces conflits.

Lors du sommet de l’OTAN de juillet dernier à Varsovie, la Russie a été déclarée la principale menace pour l’Alliance, pour la première fois depuis 1989, et l’OTAN proclamait officiellement qu’endiguer la Russie était sa nouvelle mission. C’est dans ce but que l’OTAN poursuit son expansion. Cette expansion était déjà en cours avant, mais maintenant ils croient qu’ils ont des raisons plus sérieuses de le faire. Ils ont intensifié le déploiement d’armes stratégiques et conventionnelles au-delà des frontières nationales des principaux pays membres de l’OTAN.

Ils nous provoquent constamment et essaient de nous pousser à la confrontation. Nous voyons sans arrêt des tentatives de s’ingérer dans nos affaires intérieures dans le but de déstabiliser la situation sociale et politique en Russie elle-même.

Nous assistons également à une récente flambée de violence dans le sud-est de l’Ukraine. Cette escalade poursuit l’objectif clair d’empêcher les Accords de Minsk d’aller de l’avant. Les autorités ukrainiennes actuelles ne cherchent évidemment pas à trouver une solution pacifique à ce problème très complexe et ont décidé d’opter plutôt pour l’utilisation de la force. De plus, elles parlent ouvertement d’organiser des actes de sabotage et de terrorisme, en particulier en Russie. Évidemment, c’est une question qui nous préoccupe beaucoup.

Les événements et les circonstances dont j’ai parlé exigent que nos services de sécurité et de renseignement, en particulier le Service fédéral de sécurité, concentrent toute leur attention et leurs efforts sur la tâche primordiale de la lutte contre le terrorisme.

Nous avons déjà vu que nos services de renseignement ont porté de sérieux coups aux terroristes et à leurs complices. Les résultats de l’année dernière le confirment : le nombre de crimes liés au terrorisme a diminué.

Le travail préventif a également donné des résultats. Le FSB et les autres organismes de sécurité, sous la coordination du Comité national antiterroriste, ont empêché 45 crimes liés au terrorisme, dont 16 attaques terroristes planifiées. Vous méritez une gratitude particulière pour cela.

Vous devez poursuivre vos efforts pour identifier et bloquer l’activité des groupes terroristes, éliminer leur base financière, empêcher les soutiens de leurs émissaires de l’étranger et leur activité dangereuse sur Internet et prendre en compte pour ce travail l’expérience russe et internationale dans ce domaine.

Le meurtre de notre ambassadeur en Turquie a été un crime terrible qui a particulièrement mis en lumière la nécessité de protéger nos citoyens et nos missions à l’étranger. Je vous demande de collaborer avec le ministère des Affaires étrangères et le service des renseignements étrangers pour prendre des mesures supplémentaires afin d’assurer leur sécurité.

Vous devez également travailler à renforcer notre coopération antiterroriste avec des partenaires à l’étranger, malgré les difficultés que nous voyons dans différents domaines de la vie internationale. Bien sûr, il est prioritaire d’intensifier le travail avec nos partenaires au travers d’organisations telles que l’ONU, l’OTSC [Organisation du Traité de sécurité collective, NdT] et l’Organisation de coopération de Shanghai.

Il est de notre intérêt commun de rétablir le dialogue avec les services de renseignement américains et avec d’autres pays membres de l’OTAN. Ce n’est pas notre faute si ces liens ont été interrompus et ne se développent pas. Il est évident que tous les pays responsables et tous les groupes internationaux devraient collaborer pour lutter contre le terrorisme, car le simple fait d’échanger des informations sur les canaux de financement des terroristes et sur les personnes impliquées ou soupçonnées de liens avec le terrorisme peut considérablement améliorer les résultats de nos efforts communs.

Nos priorités consistent à supprimer fermement l’extrémisme. Les méthodes de sécurité doivent aller de pair avec des travaux de prévention constants. Il est essentiel d’empêcher l’extrémisme d’attirer les jeunes dans ses réseaux criminels et de montrer un rejet global du nationalisme, de la xénophobie et du radicalisme agressif. Dans ce contexte, le dialogue ouvert avec les institutions de la société civile et les représentants des religions traditionnelles russes revêt une grande importance.

Les services de contre-espionnage sont également confrontés à de plus grandes exigences aujourd’hui. Les données opérationnelles montrent que l’activité des services de renseignements étrangers en Russie n’a pas diminué. L’année dernière, nos services de contre-espionnage ont mis un terme aux activités de 53 officiers des renseignements étrangers et de 386 agents.

Il est important de neutraliser les efforts des services de renseignement étrangers pour accéder à de l’information confidentielle, en particulier aux informations concernant nos capacités militaires et techniques.

Il est donc prioritaire d’améliorer notre système de protection des informations classifiées comprenant les secrets d’État, en particulier pour les agences qui passent à un système électronique de circulation des documents.

Je voudrais vous rappeler que le nombre de cyberattaques sur les ressources d’information officielles a triplé en 2016, par rapport à 2015. Dans ce contexte, chaque agence doit développer sa partie du système étatique et détecter et prévenir les cyberattaques sur les ressources d’information qu’elle contient et en éliminer les conséquences.

Le public s’attend à des résultats plus importants dans des domaines clés tels que la sécurité économique et la lutte contre la corruption. Je vous demande d’être particulièrement minutieux dans le suivi des fonds alloués aux marchés de défense de l’État (un sujet dont j’ai parlé auparavant), aux grands projets d’infrastructure, à la préparation des grands événements internationaux et à la mise en œuvre de programmes fédéraux ciblés et socialement importants. Malheureusement, nous voyons encore de trop nombreux cas de fonds publics détournés ou mal utilisés.

Une protection fiable de nos frontières nationales contribue grandement à assurer la sécurité globale de notre pays. La priorité ici est de fermer les canaux par lesquels les membres des groupes terroristes et extrémistes internationaux entrent en Russie et d’arrêter fermement toutes les formes de contrebande, des armes aux drogues et aux diverses ressources biologiques.

Bien entendu, nous devons poursuivre les travaux visant à développer l’infrastructure frontalière où elle n’est pas encore suffisamment développée, en particulier en Extrême-Orient et dans l’Arctique.

Chers collègues, permettez-moi de souligner que nous continuerons de renforcer les directions centrales et régionales du FSB et de nous assurer que vous disposiez des armes et du matériel les plus avancés. Nous continuerons également à accorder notre attention aux prestations sociales du personnel du FSB et des membres de leurs familles.

Je souhaite que vous réussissiez à protéger nos intérêts nationaux et la sécurité de notre pays et de notre peuple. Je suis persuadé que vous continuerez à travailler pour la réalisation de vos objectifs avec dignité.

Merci de votre attention.

Vladimir Poutine

Commenter cet article