Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un système éducatif dépassé.

Publié le par Felli Bernard

Un système éducatif dépassé.


Par James Howard Kunstler – Le 10 février 2017 – kunstler.com

Résultats de recherche d'images pour « Star Chamber images »
Court of Star Chamber

Par ses déclarations publiques, Betsy DeVos semble spectaculairement incapable de diriger l’entreprise bureaucratique appelée US Department of Education. Mais vous devriez vraiment vous demander : peut-elle faire pire que les mandarins exaltés de la bureaucratie éducative qui l’ont précédée ?


Il y a si peu de droiture dans l’éducation publique de nos jours que ce pourrait être la tête d’affiche pour l’effondrement institutionnel de l’Amérique. Certes, en termes d’argent dépensé par étudiant, cela illustre parfaitement la dynamique d’effondrement classique de Joseph Tainter, qui consiste à sur-investir dans la complexité avec des rendements décroissants. Les jeunes adultes se débattent à l’école secondaire ou sont « diplômés » en tant qu’analphabètes fonctionnels malgré l’application répandue de la « technologie » informatique. Ils peuvent surfer sur Instagram sur un téléphone cellulaire, mais ils ne peuvent pas lire un questionnaire de permis de conduire. Et la manie de la « diversité et du multiculturalisme » a laissé les enfants sans l’armature d’une culture commune américaine pour les propulser vers le succès dans leur vie.

Cette culture commune, soit-dit en passant, est exactement ce qui a permis aux vagues d’immigrants du début du 19ème siècle jusqu’à la Seconde Guerre mondiale de trouver une place et de prospérer dans une vie américaine qui était nouvelle pour eux. Cela a également permis aux fils et aux filles d’anciens esclaves d’entrer dans des professions et le business, en dépit même des lois ségrégationnistes de Jim Crow. Aujourd’hui, selon le diktat officiel du ministère de l’Éducation et la propagande du corps enseignant politisé, les mécanismes mêmes qui ont permis le succès antérieur sont essentiellement interdits ou bannis au-delà d’un consensus fonctionnel. Par exemple, apprendre à parler anglais correctement.

Je l’ai déjà dit sous le mépris et la dérision de mes auditeurs : la première mission de la scolarité est d’enseigner aux enfants comment parler un anglais grammaticalement correct et intelligible. Sans cette capacité, ils ne peuvent pas être en mesure d’apprendre beaucoup d’autre chose. Que ce ne soit pas considéré comme très important est une honte incroyable. Cela nous amène également à l’horrible question de la race dans la scolarité américaine. (Oui, cela fait partie de cette « discussion sur la race » dont les professionnels de l’establishment sur les relations raciales parlent constamment mais ne veulent pas vraiment avoir.)

Les échecs de l’éducation sont particulièrement importants parmi les enfants des centre-villes − code poli pour dire noir. Les problèmes scolaires de ce groupe peuvent être attribués à un éventail d’autres problèmes, à commencer par un système de services sociaux qui paie les adolescentes pour avoir des bébés sans père présent dans la maison, et la parentalité absurde qui suit avec ses relations chaotiques. On pourrait soutenir que les enfants produits dans ces conditions sont tellement endommagés par le temps qu’ils arrivent en maternelle avec déjà un retard irrécupérable.

Sous la direction d’Arne Duncan, secrétaire à l’éducation de Barack Obama, une politique appelée d’« équité raciale » a été conçue pour atténuer le problème embarrassant des étudiants noirs suspendus ou indisciplinés de façon disproportionnée pour un comportement « atroce » en salle de classe. La « solution » à cela était de cesser simplement d’imposer des normes comportementales. La politique a placé le blâme pour le comportement perturbateur des étudiants sur « l’insensibilité culturelle » des professeurs et du personnel, et plus généralement sur le « privilège blanc ». Le résultat, naturellement, est un plus grand chaos et des dysfonctionnements dans les salles de classe. Il est intéressant de lire l’article de Katherine Kersten dans City Journal sur la façon dont cela a fonctionné dans le district de St. Paul, Minnesota.

Arne Duncan était également responsable de la mauvaise application de la loi fédérale intitulée « Titre 9 » sur les campus universitaires (initialement conçue pour équilibrer le financement des sports masculins et féminins). Cette loi a été utilisée pour promouvoir les poursuites extrajudiciaires concernant des allégations de viols traitées par des « kangaroo court » [Parodie de tribunal, NdT] sur des campus, traversés par des idéologies non contraintes par la procédure régulière. Cela a produit, dans tout le pays, à un climat de persécution comme dans les anciennes Star Chamber, en harmonie avec les coercitions officiellement sanctionnées des maoïstes culturels qui détruisent la vie intellectuelle de l’enseignement supérieur américain.

L’école américaine de la maternelle au post-doctorat est entrée dans une phase d’échec épique sous la surveillance de plusieurs générations d’experts de la politique fédérale. Elle souffre de plusieurs autres maladies que celles que j’ai déjà mentionnées, à savoir la tragique sur-centralisation des districts scolaires dans des écoles géantes, et le racket odieux des prêts étudiants qui sont le moteur de l’enseignement en collège. Betsy DeVos a beaucoup de dommages à défaire, conçus par ses exquis prédécesseurs très qualifiés.

James Howard Kunstler

Note du Saker Francophone

Pour ceux qui pensaient que l'on avait touché le fond en matière d'éducation, détrompez-vous, le pire est à venir si on laisse les choses se faire.

Commenter cet article