Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De l’hypocrisie au cynisme

Publié le par Felli Bernard

De l’hypocrisie au cynisme


Orlov
Orlov

Par Dmitry Orlov – Le 14 mars 2017 – Source Club Orlov

Notre univers merveilleux et mystérieux abonde en changements d’état soudains. On peut les observer à toutes les échelles : d’énormes étoiles s’effondrent brusquement dans des trous noirs ; des gouttelettes d’eau se transforment soudain en flocons de neige. Parfois, ces transitions presque instantanées sont induites à bon escient : le fer doux est transformé en martensite dure pour l’acier des outils ; le graphite souple est comprimé en diamants industriels super durs. Chaque fois que ces changements se produisent, ils affichent une propriété commune : leur timing exact est arbitraire et donc impossible à prédire. Ainsi, les sismologues peuvent prédire la direction et la distance d’un déplacement tectonique, mais pas quand cela se produira. Même les systèmes très simples, étudiés dans des environnements de laboratoire soigneusement contrôlés, comme de minuscules piles de sable, se comportent de façon imprévisible. L’événement déclencheur peut être suffisamment significatif pour être mesurable, ou il peut être infiniment petit et donc indétectable. Mais une observation est valable pour tous ces phénomènes : ils sont très courts, par rapport à la durée des états d’équilibre qui les précèdent.


Ces changements d’état ne se limitent pas aux systèmes mécaniques, mais affectent également le comportement des groupes d’animaux. Le bruit d’un seul coup de feu peut amener un essaim d’oiseaux à s’envoler ou un troupeau d’animaux de pâturage à démarrer une ruée. Les humains ne sont pas à l’abri d’un tel comportement non plus, et les foules en panique se poussent souvent vers les sorties, écrasant des gens sous leurs pieds. Mais c’est la société humaine, dans toute sa complexité, qui peut subir les changements d’état les plus dramatiques et impressionnants. Les gouvernements s’effondrent, les empires tombent, les pyramides financières s’évaporent et les gens restent là en se grattant la tête, parce qu’ils ne peuvent pas identifier l’événement déclencheur. Mais de même que cela n’a pas d’importance de savoir quel flocon de neige déclenche une avalanche, il n’est même pas pertinent de l’identifier : le déclencheur n’est pas la cause première.

Vérité

Au fur et à mesure que l’ordre social se désintègre, les arrangements précédemment équitables se transforment progressivement en flagrantes escroqueries. Les tensions sociales se forment. À un moment donné, un événement relativement insignifiant – ces jours-ci, il pourrait s’agir d’un tweet, d’une indiscrétion, de la mort d’une figure publique – déclencherait une réaction en chaîne à laquelle personne ne pourrait rester neutre, sans passer pour le dernier imbécile à croire en un mensonge, mais envers laquelle de nombreuses personnes opteraient spontanément pour une fin horrible du statu quo, la voyant comme préférable à une horreur sans fin.

Tout ce qui précède peut être qualifié d’ « analyse au doigt mouillé », à peine quelques mots justes. Mais j’ai l’intention d’aller au-delà et de proposer un modèle conceptuel et une technique pour analyser les différents aspects du statu quo sociétal, afin de mesurer à quel point la proximité de toute société d’un énorme effet peut résulter d’une cause minuscule et arbitraire. À cette fin, j’ai choisi d’employer des termes moralement et philosophiquement chargés, tels que l’hypocrisie, le scepticisme et le cynisme – mais j’ai l’intention de les dépouiller de toute signification morale et de les traiter comme des descripteurs purement fonctionnels des mécanismes psychologiques. Le modèle de la société que je vais utiliser peut sembler peu sophistiqué, mais je pense qu’il suffira à notre but ─ qui est de pouvoir repérer la situation où une société jusqu’alors stable, dérive vers un état « prêt à imploser », à tout moment et sans avertissement.

Continuons la lecture…

Par souci de simplicité, supposons que, à sa création, toute société donnée est une organisation gagnant-gagnant pour tous ses membres, qui peuvent prospérer en travaillant pour le bien commun. Au fil du temps, la société grandit, mûrit, devient mature puis pourrit, avec l’ensemble des organisations gagnant-gagnant qui la sous-tendent, qui dégénèrent en un ensemble de systèmes gagnant-perdant, où quelques gagnants se battent autour des restes, qu’ils extorquent ou confisquent à la multitude des perdants. Aux limites, cela exige que la multitude de perdants continue de coopérer avec les quelques gagnants ; s’ils refusent de coopérer en masse, l’ordre social s’effondre. Le mécanisme psychologique qui permet de déguiser une multitude de systèmes gagnant-perdant sous l’apparence de systèmes gagnant-gagnant est l’« hypocrisie ». Cela permet aux quelques vainqueurs de cacher leurs égoïstes motivations de base, en évidant de plus en plus leurs revendications de servir le bien commun. Et même si les vainqueurs parviennent à laver le cerveau de la grande multitude des perdants jusqu’à un point d’obéissance servile et à le faire sans scrupules, au fur et à mesure que le jeu des chaises musicales progresse, de plus en plus d’anciens gagnants rejoignent les rangs des perdants, et les gagnants deviennent incapables de cacher leur hypocrisie aux autres.

La tâche de ceux qui ont pour mission de défendre le statu quo devient celle de masquer, d’obscurcir ou, autrement dit, de dénaturer la vérité. Les techniques employées à cette fin sont nombreuses ─ de la simple omission (ne pas rapporter des nouvelles importunes) à des distractions (remplacer les nouvelles importunes par des bavardages sur les célébrités) ou à des inventions absolues (« Les Russes ont volé l’élection »). Ils cherchent à transformer le langage lui-même, en remplaçant le langage clair avec des circonvolutions tortueuses, des euphémismes édentés et un double langage politiquement correct. Ils tentent de donner la priorité aux sentiments sur les pensées et de proscrire les pensées qui pourraient blesser les sentiments de quelqu’un.

Ils fustigent ceux qui osent encore prononcer l’inexprimable, leur faisant honte avec une collection d’étiquettes déplorables telles que racistes, sexistes, homophobes, misogynes, fascistes et, de plus en plus, toutes ensemble en une succession rapide. Parlez contre l’idéologie politique de l’islam, et vous êtes accusé de racisme (bien que l’islam ne soit pas une race, mais une religion). Parlez en faveur des familles qui se composent d’une maman, d’un papa et de leurs enfants biologiques, et vous êtes accusé d’homophobie. Mais de tels efforts ne sont plus efficaces et, malgré eux, des termes tels que « pilule rouge » [référence au film Matrix, NdT] et « bombe de la vérité » sont souvent entendus. Le livre d’Orwell 1984 se vend très bien, dans des lieux improbables comme des magasins de ventes en gros. La vérité fuit de plus en plus, de tous côtés.

C’est à ce moment que l’hypocrisie cesse de fonctionner à l’égard de n’importe quel système gagnant-perdant comme auparavant, et hypocritement représenté comme gagnant-gagnant. L’acceptation généralisée de ce qui était auparavant considéré comme une réalité consensuelle se retourne très vite en scepticisme, puis se dirige directement vers le « cynisme ». La différence est que si un sceptique questionne la véracité des déclarations et des exigences pour pouvoir juger la preuve, le cynique conteste les motifs de la personne faisant la déclaration et la rejette donc en bloc ─ aucune preuve n’est plus nécessaire !

Cela ne veut pas dire que la preuve ─ ces choses fastidieuses appelées les faits ─ importe tout autant, en tout cas quand on considère les phénomènes sociaux à grande échelle. La plupart des gens ne fabriquent pas leurs propres pensées et recourent à la copie de celles d’autres personnes, qu’ils identifient comme représentatives, en se basant sur des signaux tels que la manière de prendre la parole, la manière de s’habiller, le comportement et ainsi de suite. Les rares personnes qui pensent par elles-mêmes sont susceptibles d’essayer d’attirer l’attention sur elles, en prenant des positions extrêmes. Les gens habitués à être pris au piège ─ par les politiciens, par les médias, par des meneurs sociaux ─ désirent toujours être rassemblés, mais maintenant ils suivent l’exemple de ceux qui prétendent principalement ne pas être des hypocrites. Bien sûr, cette affirmation est également fausse : leur arrière-pensée peut très bien être la recherche de l’attention autour d’eux, non pas la recherche de la vérité.

Cela ne veut pas dire que les positions extrêmes sont, en tout état de cause, dépourvues de motivation, car on peut argumenter, à l’aide de nombreux faits, que la société a dégénéré en une longue série de railleries et d’escroqueries. Néanmoins, il peut y avoir une gamme d’options plus ou moins raisonnables, à l’égard d’une question donnée. Toute discussion raisonnée sur ces options, cependant, tend à être rendue impossible parce que ce qui change, ce n’est pas l’opinion publique sur un sujet donné, mais toute sa mentalité. La mentalité des masses non pensantes, subordonnées et dociles est incontestable. La mentalité des sceptiques les amène à poser des questions et à demander des réponses. Mais l’état d’esprit du cynique est à nouveau incontestable : il a déjà la réponse, qui est que tout le monde tente de tirer la corde à soi. L’effet de ce changement sur la société est radical. Alors qu’avant la coopération pouvait être difficile, elle devient maintenant impossible, car la base de confiance sur laquelle toute coopération doit être fondée n’existe plus.

Une fois que la mentalité cynique s’empare de la société, le simple fait de proposer timidement une solution ouvre la porte à un lynchage en règle, ou pire encore. Comment peut-on « réformer » un système qui est devenu une entreprise criminelle géante basée sur des mensonges ? Si la mentalité cynique affirme que la fonction de l’instruction publique est de transformer les enfants en zombies, que le système médical est un racket d’extorsion, que le système judiciaire se vend au plus offrant, que la mission du complexe militaro-industriel est de défendre son budget, que la principale activité de la communauté du renseignement est de fabriquer de fausses nouvelles, que l’activité principale de l’industrie immobilière est de confisquer des portions de plus en plus importantes du revenu des gens, alors même que des millions de maisons sont vacantes, que la fonction des activistes autour des  questions environnementales est de rediriger l’argent public vers les corporations industrielles après un lifting en écoblanchiment… Quelles « réformes » peut-on proposer, sans être descendu en flammes ? Un tel système ne peut pas être réformé, dirait un cynique ; il ne peut être que nettoyé par des flammes purificatrices.

La société progresse d’un début rempli d’espoir à une fin inévitable et ignominieuse, en servant à ses membres des arrangements de plus en plus injustes et impopulaires : de gagnant-gagnant à un hypocrite gagnant-perdant et enfin à un cynique perdant-perdant. Dans la phase finale de la désintégration sociale, même les « gagnants », toujours moins nombreux, n’auront plus de coups gagnants. Essayez de vous faire votre propre idée, quant à l’endroit dans le processus où nous sommes, et si votre société est déjà « prête à imploser ». C’est peut-être déjà le cas. Il ne manque plus que les cris hystériques. Pardonnez-moi d’être un peu cynique, mais je ne vois pas le moyen d’en sortir en cherchant des signaux faibles, dans un discours public qui commence à sonner comme une pure folie. Pour tout ce que je sais, la fin pourrait n’être qu’un simple tweet outrageant et incendiaire ou un geste agressif.

Dmitry Orlov

Note du Saker Francophone

Contre les évènements soudains, il y a un palliatif ; les déclencher soi-même. Cette solution a déjà été testée avec succès. On peut imaginer qu'elle soit très tentante, pour ceux qui ont ou pensent avoir le contrôle.

Dmitry a rendu ses articles payants en anglais et nous fait la gentillesse de nous permettre de les traduire pour vous intégralement. N'hésitez pas à approfondir ses analyses croisées de l'URSS et des USA en matière de collapsologie.

 

Les cinq stades de l'effondrement

Traduit par Hervé, vérifié par Julie, relu par M pour le Saker Francophone

Commenter cet article