Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les relations américano-saoudiennes tournent-elles au vinaigre ?

Publié le par Felli Bernard

Les relations américano-saoudiennes tournent-elles au vinaigre ?

Par Gregory Copley – Le 17 Mars 2017 – Source oilprice.com

Trump and Mohammad
Le temps le dira, mais les cris de « victoire à Washington » par le vice-prince héritier et ministre de la Défense, Mohammed bin Salman, semblaient creux et peut-être même apocryphes. Il avait besoin d’un signe de succès quand il est sorti de sa réunion à la Maison Blanche avec le président américain Donald Trump, le 14 mars 2017 : l’Arabie saoudite est à court d’options et pousse ses alliés traditionnels ─ dont certains n’en sont pas satisfaits ─ à manifester de la solidarité, en particulier au sujet des guerres au Yémen, en Irak, en Syrie et en Libye. À une époque où les fortunes économiques du Royaume sont délicates et s’aggravent, cela présage de pressions politiques internes.

Le prince Mohammed semblait vouloir pousser le Président Trump dans le camp saoudien ─ et parler pour tous les musulmans et comment l’administration Trump serait bonne pour eux ─ mais il était, en fait, soucieux d’exorciser l’amitié apparemment florissante du président avec le président égyptien, Abdul Fattah al-Sisi, qui est maintenant la Némésis du prince Mohammed. L’animosité saoudo-égyptienne s’est donc étalée jusqu’à Washington, car il est devenu évident que la nouvelle administration américaine ne poursuivra pas automatiquement les politiques du Moyen-Orient de l’ancienne administration américaine.

Les enjeux sont d’une importance mondiale pour les États-Unis, mais si Washington devait choisir, elle choisirait le poids géopolitique (Méditerranée-Suez-Mer Rouge) et culturel de l’Égypte.

La récente rivalité de l’Arabie saoudite avec l’Égypte ─ ou plutôt, les tensions entre le vice-prince héritier Saoudien Mohamed et le président égyptien al-Sisi ─ a signifié que le gouvernement de chaque État a essayé d’influencer les États-Unis pour l’avoir à son côté, mais Washington n’a pas donné de signe fort de sa préférence. Il ne souhaite pas complètement s’aliéner l’Arabie saoudite à ce stade, ou son voisin le Qatar, état wahhabite, mais la position stratégique de l’Égypte ne peut être ignorée.

Ainsi, le Prince saoudien Mohammed bin Salman a rencontré le Président Donald Trump le 14 mars 2017, et a affirmé que la réunion était « un tournant historique » dans les relations américano-saoudiennes. Mais les sources de la Maison Blanche ont déclaré à la Défense et aux Affaires étrangères qu’il n’y avait rien de tel et que ─ le langage corporel de Trump pendant les réunions le montrait ─ Trump ne ressentait aucune alchimie avec le jeune officiel saoudien. Malgré cela, le Prince a autorisé une déclaration d’après réunion qui a déclaré que Donald Trump était « un véritable ami des musulmans qui servira le monde musulman d’une manière inimaginable », et que la réunion était « un énorme succès » et un « tournant historique » du point de vue des relations bilatérales entre les deux pays.

Les déclarations officielles de la Maison-Blanche étaient froides. L’équipe de Trump n’a pas été impressionnée par le vice-prince héritier. De l’autre côté, la première action du Président Trump le 23 janvier 2017 (son premier jour au bureau), a été d’appeler le président égyptien al-Sisi, et les deux parties ont commenté positivement cet échange. Le Président al-Sisi avait rendu visite à M. Trump avant que celui-ci ne prenne ses fonctions et il le rencontrera de nouveau lors d’une visite officielle à Washington du 1er au 4 avril 2017. Il est significatif que les dirigeants saoudiens et égyptiens aient tourné le dos à l’ancienne administration américaine du Président Barack Obama, mais pour des raisons différentes. Maintenant, l’administration Trump essaie de déterminer quelle serait probablement la stratégie la plus expéditive des États-Unis pour la région, et être contraint par l’Arabie saoudite (et la Turquie et les EAU) à un conflit plus large au Yémen et en Syrie / Irak n’est pas considéré comme bénéfique.

Mais le prince Mohammed a déjà engagé l’Arabie saoudite sur un chemin d’où il est difficile de faire marche arrière gracieusement. En conséquence, Riyad a poussé ses amis d’autrefois plus profondément dans un engagement à combattre dans ses guerres avec elle, ou pour elle. Le Prince Mohmamed continue d’exiger que le Pakistan entre en conflit au Yémen, bien que Riyad soutienne cette guerre comme une guerre contre la secte chiite de l’islam (et donc contre l’Iran), alors que le Pakistan a une part significative (20% ou plus) de chiites. Entrer en guerre au Yémen, pour le Pakistan, serait peut-être se précipiter dans une guerre civile chez lui. Pourtant, le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif, qui a bénéficié de sa longue amitié avec l’Arabie saoudite, a maintenant du mal à rejeter les revendications de Riyad.

Ainsi, non seulement à Washington, mais dans d’autres couloirs de pouvoir, les demandes d’aide de l’Arabie saoudite ne sont pas bien accueillies et sont perçues comme stridentes et désespérées. De plus en plus, Washington en particulier voit l’Arabie saoudite, la Turquie et le Qatar comme opposés aux USA dans les guerres contre Daesh (État islamique) aussi bien au Yémen qu’en Libye. Le Yémen est déjà largement revenu à au moins ses anciennes identités à deux États.

Le Pakistan doit également tenir compte de ses relations de longue date avec l’Iran, que l’Arabie saoudite s’est engagée à détruire.

En effet, il y a une compréhension graduelle, même à Washington, que, géopolitiquement, l’Iran est plus important que l’Arabie saoudite, en dépit de la réalité que les clercs iraniens ─ qui sont arrivés au pouvoir en 1979 à cause des mesures actives et délibérées de l’époque, du fait du président Jimmy Carter ─ se sont révélés être l’obstacle majeur au rétablissement d’une position stratégique iranienne stable, et la question des armes nucléaires iraniennes est politiquement (mais peut-être pas militairement) vexante pour les États-Unis.

Washington réexamine maintenant à quel point les États-Unis de Richard Nixon (1969-1974) avaient réussi à trouver un équilibre entre l’Iran et l’Arabie saoudite. Mais ensuite, les USA ont pu traiter avec le Shah d’Iran et le ministre des Affaires étrangères Ardeshir Zahedi d’une part, et le roi Faisal bin Abdel-Aziz al Saoud (1964-1975) de l’autre. Dans tout cela, sans parler de la Russie et de la République populaire de Chine, la mer Rouge, le golfe Persique et le Levant sont devenus un grand terrain de jeu, tout comme la Turquie.

Gregory Copley

Liens

Les chroniquesdugrandjeu l’ont aussi vu passer.

Traduit par Hervé, vérifié par Julie, relu par M pour le Saker Francophone

Commenter cet article