Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Record pour l’armement français, les coulisses du « contrat du siècle ».

Publié le par Felli Bernard



 

Record pour l’armement français, les coulisses du « contrat du siècle ».

 

 

Publié par Flore Jammet le 23 Mars 2017

 

Les chiffres sont connus : l’année 2016 fût un véritable succès pour l’armement français. Le bilan s’élèverait à plus de 20 milliards d’euros de prises de commandes. Parmi celles-ci, deux contrats représentent plus des trois quarts du montant : 36 avions de combats Rafale pour l’Inde, et 12 sous-marins Shortfin Barracuda à destination de l’Australie, chacun estimé à 8 milliards d’euros. Ce dernier, surnommé le « contrat du siècle », illustre la spécificité des décisions stratégiques prises en matière d’armement. Retour sur une négociation aux enjeux multiples.

 

 
 
 
Afin de fournir à la Royal Australian Navy 12 sous-marins à propulsion diesel électrique ayant des capacités océaniques, le gouvernement australien lançait un appel d’offres auquel avaient répondu l’Allemand ThyssenKrupp Marine System (TKMS), le français DCNS, et, profitant de l’assouplissement récent des règles d’exportation de matériel militaire, les industriels japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI) et Kawazaki Heavy Industriels (KHI).  

Le 20 décembre 2016 à Adelaïde, Jean Yves Le Drian et Malcolm Turnbull, le premier ministre australien, signent finalement un accord intergouvernemental qui valide cette commande auprès du Français DCNS. Alors que les Japonais étaient initialement pressentis, pour quelles raisons l’Australie a-t-elle choisi la France pour ce « contrat du siècle » ?

Depuis deux ans, les dépenses militaires mondiales sont reparties à la hausse pour plusieurs raisons : la guerre contre l’organisation Etat Islamique, le conflit entre la Russie et l’Ukraine, mais aussi en réaction aux tensions en mer de Chine et à la menace nucléaire nord-coréenne. Dans le cas du programme australien Sea 1000 (officialisé en 2007 pour remplacer toute la classe Collins, soit 6 sous-marins de près de 3300 tonnes en plongée), la commande des 12 sous-marins représentait un enjeu à la fois technique et financier. Dès le début, Canberra avait précisé que le système d’arme serait attribué aux Etats-Unis, seule la coque et la propulsion resteraient à la charge du vendeur. Il a donc fallu que les candidats se différencient sur d’autres critères.
 
L’Allemagne, le Japon ou la France ?

L’Allemagne a rapidement été évincée de la course pour plusieurs raisons. Les navires français de plus de 4000 tonnes de déplacement très adaptés à la haute mer et aux franchissements océaniques répondaient tout à fait à la demande Australienne alors que les Allemands proposaient un modèle deux fois plus petit. Par ailleurs, l’excellence technique française était déjà reconnue notamment grâce aux différents transferts de savoir-faire au Pakistan, à l’Inde, et au Brésil, et a pesé dans la décision face à la proposition du constructeur allemand qui n’était encore qu’à l’état de projet.

Concernant le Japon, pour Shinzo Abe, premier ministre et complice de l’ancien Premier ministre australien Tony Abbott, la partie semblait gagnée d’avance. En procurant des sous-marins de type Soryu, il pensait asseoir la grande alliance stratégique entre Tokyo et Canberra dans la région Asie-Pacifique, de plus en plus concernée par l’expansion territoriale de Pékin en Mer de Chine. C’était sans compter l’arrivée du successeur de Tony Abbott, Malcolm Turnbull, du Parti libéral pour qui les contreparties proposées par la France eurent davantage de valeur.
 
Le choix français

Ainsi, pour la construction du modèle Shortfin, version raccourcie hybride (diesel – électrique) du sous-marin à propulsion nucléaire Barracuda, qui débutera en 2023, des infrastructures dédiées seront construites sur le chantier naval d’Adelaïde, où des travailleurs australiens assembleront de l'acier australien. Cette option représente une opportunité pour la capitale de l’Australie Méridionale qui connait alors le plus fort taux de chômage du pays. Ainsi, grâce à la création de près de 2800 emplois, Malcolm Turnbull s’assurait les voix d’une large partie de son électorat.

D’un point de vue politique également, signer avec le français représentait un compromis acceptable face à une équation stratégique complexe : ne froisser ni les Etats-Unis, ni la Chine. En effet, si la construction, la maintenance et la formation sont les affaires du partenariat France-Australie, l’armement des sous-marins est bien, quant à lui, confié aux Etats-Unis. Concernant la Chine, l’Australie aurait eu peur de braquer Pékin en offrant au Japon un contrat très important et à forte charge symbolique. Dans la rivalité entre la Chine et le Japon, la question de la suprématie maritime est extrêmement sensible. Un tel contrat remporté par Tokyo aurait très certainement contribué à la montée en puissance de la marine nippone dans le contexte d'une révision constitutionnelle lui autorisant notamment une posture nettement plus "expéditionnaire". 

La conclusion de cet appel d’offres et le revirement de situation dépeignent la complexité des marchés de l’armement. Si les qualités des produits français sont universellement reconnus, il n’est pas toujours question de technologie ou de rapport qualité/prix, en matière d'armements, il convient aussi, voire surtout, d’étudier le contexte géopolitique dans lequel se déroule le marché. 


 

Commenter cet article