Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le nouveau plan des Talibans pour capturer Kunduz

Publié le par Felli Bernard

Le nouveau plan des Talibans pour capturer Kunduz


Par Franz J. Marty – Le 28 mars 2017 – Source thediplomat.com

The Taliban's New Plan for Capturing Kunduz
Image Credit: REUTERS/Nasir Wakif

Les talibans semblent déterminés à améliorer leur stratégie de 2016, ce qui représente une menace pour les capitales provinciales.

KABOUL – Comme ils l’ont fait en 2016, les Talibans se concentrent de nouveau sur la domination des villes afghanes cette année. À la fin de février 2017, les talibans avaient déjà lancé une attaque contre Mehtar Lam, la capitale de la province de Laghman, à l’Est de l’Afghanistan. Et selon un rapport confidentiel obtenu exclusivement par The Diplomat, les Talibans ont modifié leur tactique, en raison d’une agression prétendument imminente contre la ville de Kunduz [Kondoz, au nord-est sur la carte, NdT], où des forces américaines et allemandes sont également déployées.

 

http://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/gif/afghanistan.gif
Le 28 février, des semaines avant l’offensive insurrectionnelle du printemps qui commence traditionnellement en avril, des militants ont attaqué Mehtar Lam, les combats atteignant les faubourgs de la ville à deux kilomètres du centre. Deux jours plus tard, le 2 mars, le gouverneur de Laghman a d’abord reconnu que les militants avaient réussi à prendre plusieurs avant-postes, mais il a ensuite assuré que ces avant-postes avaient été repris par les forces gouvernementales et que l’attaque avait été repoussée avec succès. Cependant, une déclaration du gouvernement provincial, publiée le 13 mars, a encore affirmé avoir déjoué le plan des Talibans pour capturer Laghman, ce qui implique que les combats se sont poursuivis au moins jusqu’à récemment. Et les rapports datés du 18 mars ont même indiqué que les insurgés étaient encore aux alentours de Mehtar Lam.

Ce n’est malheureusement pas une surprise. Puisque les talibans ont réussi à brièvement envahir Kunduz, la capitale de la province du nord du même nom, fin septembre et début octobre 2015 – ce qui a marqué le premier cas d’occupation de capitale provinciale depuis le renversement de leur régime en 2001 – ils ont depuis lors constamment gardé les villes dans leur viseur. En 2016, les insurgés ont exercé des pressions sur les capitales des provinces de Kunduz, Faryab, Farah, Helmand et Uruzgan. Alors qu’ils ont réussi à entrer temporairement dans Kunduz et Tarin Kot, la capitale d’Uruzgan, les combats se sont limités à la périphérie des autres villes.

Habituellement, la tactique des Talibans était de saisir les zones rurales environnantes, avant de lancer un assaut plus vaste sur les villes elles-mêmes [la tactique de Mao, NdT]. Cependant, selon un rapport confidentiel exclusivement obtenu par The Diplomat, les Talibans ont modifié cette tactique, tout en préparant une nouvelle attaque imminente contre Kunduz. Le rapport indique que cette fois, les insurgés se concentreront sur l’infiltration des forces de défense et de sécurité nationales afghanes, afin d’assaillir la ville de l’intérieur. En outre, le rapport indique que les insurgés se concentrent sur le blocage total des routes principales vers Kunduz, avant l’attaque prévue sur la ville elle-même. Alors que les insurgés avaient au moins partiellement bloqué les routes principales dans les assauts précédents sur Kunduz, le rapport suggère que les militants se préparent à le faire plus efficacement cette fois. En tout état de cause, le rapport affirme que les forces gouvernementales ont déjà mis en place des contre-mesures efficaces et que Kunduz ne s’effondrera pas.

Corroborant ce rapport, une source de haut rang au sein des forces de défense et de sécurité afghanes à Kunduz, parlant sous condition d’anonymat, a déclaré à The Diplomat qu’il y avait effectivement des infiltrés talibans parmi les forces de police de Kunduz. Cependant, il a également mentionné que cela avait été le cas dans le passé et que cela ne voulait pas dire que les infiltrations avaient augmenté. La même source a également reçu des rapports selon lesquels les militants ont l’intention de bloquer complètement les routes d’accès à Kunduz, mais ces rapports n’ont pu confirmer dans quelle mesure les Talibans avaient effectivement mis en place une telle tactique. Il a cependant indiqué que Qari Shafiq, connu sous le nom de Dawood, le nouveau commandant taliban d’Aliobod, un district directement au sud de la ville de Kunduz, a récemment commandé des attaques sur la route principale qui relie Kunduz au reste du pays. L’une de ces attaques concernait un avant-poste du gouvernement près de l’aéroport de Kunduz, qui se trouve juste à l’extérieur de la ville et accueille également la 20e division de l’armée nationale afghane. La source a ajouté que l’on s’attend à ce que les Talibans lancent une autre attaque contre Kunduz au début du mois d’avril (il a mentionné une date spécifique, que cet auteur a décidé de garder pour lui pour des considérations de sécurité).

D’autre part, une source au sein de l’Armée nationale afghane à Kunduz a insisté sur le fait que les services de contre-espionnage avaient empêché avec succès toute infiltration insurrectionnelle dans l’armée afghane (il n’avait aucune information sur la police), corroborant en partie les affirmations de contre-mesures efficaces mentionnées dans le rapport confidentiel. La même source allègue en outre que les Talibans à Kunduz ont été et continuent d’être pressés par des opérations gouvernementales et ont été considérablement affaiblis, ce qui les a laissés incapables de lancer une attaque réussie. À cet égard, il a également mentionné la disparition de Mullah Salam, le gouverneur taliban de l’ombre de Kunduz, cité comme le cerveau des assauts antérieurs sur la ville de Kunduz, mais qui a été tué lors d’une attaque aérienne américaine dans le district Dasht-i Archi de Kunduz, le 26 février.

Cependant, la source a également mentionné que des forces américaines et allemandes sont actuellement stationnées à Kunduz, ce qui pourrait indiquer que la situation n’est pas aussi bonne que celle décrite par l’ANA. Le capitaine Bill Salvin, directeur des affaires publiques de Resolute Support, la coalition internationale dirigée par l’OTAN, a confirmé le déploiement de forces de la coalition près de Kunduz, y compris des soldats allemands et américains. Selon Salvin, ces troupes effectuent des entraînements, du conseil et une mission d’assistance auprès des forces afghanes. Il est difficile de déterminer depuis quand, exactement, les forces de la coalition sont stationnées à Kunduz et leur rôle en cas de nouvelle offensive insurrectionnelle.

Apparemment en contradiction avec sa vision optimiste, l’observateur, qui a parlé anonymement, a déclaré à The Diplomat que les insurgés avaient déployé 200 combattants professionnels à Kunduz, pour une agression imminente. Cela a été en partie corroboré par la source de sécurité susmentionnée, qui a allégué qu’environ 150 combattants insurgés des provinces du sud de Helmand et Kandahar sont stationnés à Chahor Dara, encore un autre district de Kunduz. À cet égard, il faut noter cependant que, bien que de telles forces talibanes puissent constituer des combattants plus professionnels et mieux organisés, elles sont – bien que les rapports médiatiques les qualifient souvent de « forces spéciales talibanes » – loin des forces spéciales au sens de celles d’une armée moderne.

Quoi qu’il en soit, la concentration constante des talibans sur les villes pour les prendre d’assaut semble être, dans une certaine mesure, étrange. De nombreux analystes conviennent que les Talibans – tout en pouvant menacer ou peut-être encore contrôler une ville – ne peuvent pas tenir un centre urbain. En fait, cela a été corroboré par un exposé du Royal United Services Institute for Defence and Security Studies, basé sur les entretiens de novembre 2016 avec « sept personnages talibans bien connectés, représentant différentes circonscriptions au sein du mouvement ». Dans ce contexte, le briefing a également noté que « de nombreux commandants talibans craignent que les gains militaires ne soient pas durables » et que « les victoires tactiques soient très coûteuses », les Talibans interviewés ayant « souligné les lourdes pertes des talibans au cours des trois derniers mois [se référant apparemment à l’automne 2016] lors des combats à Farah, Faryab, Helmand, Uruzgan et Kunduz », « qui ont laissé beaucoup de combattants du mouvement se questionner sur l’utilité de ces sacrifices militaires« .

Par conséquent, cela soulève la question de savoir pourquoi les talibans se concentrent néanmoins sur l’assaut des villes. Bien sûr, l’effet de propagande de prendre une ville, même très brièvement, est immense. Cependant, d’un point de vue militaire, les coûts semblent l’emporter sur ces avantages.

Toutefois, compte tenu de l’année écoulée et des développements les plus récents de Laghman et Kunduz, il faut s’attendre à ce que les Talibans continuent à essayer de prendre les capitales provinciales tout au long de 2017. Et leur première opération majeure en 2017 pourrait très bien être lancée prochainement à Kunduz, affectant les forces américaines et allemandes qui y sont stationnées.

Franz J. Marty est un journaliste indépendant basé en Afghanistan. Il écrit sur un large éventail de sujets, mais se concentre sur la sécurité et les problèmes militaires. Il peut être suivi @franzjmarty sur Twitter.

Liens

chroniquesdugrandjeu.com : La nouvelle guerre perdue de l’oncle Sam

Commenter cet article