Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chronique d’une attaque chimique annoncée

Publié le par Felli Bernard

Chronique d’une attaque chimique annoncée

Par Elijah Magnier – Le 28 juin 2017 – Source son compte Twitter

Note du Saker Francophone
Sur son compte Twitter, Elijah Magnier, analyste politique et correspondant de guerre qui compte plus de 30 ans d'expérience à son actif, répond à trois questions bien précises au sujet d'une attaque éventuelle des USA contre la Syrie, qui est accusée de préparer une (autre) attaque à l'arme chimique.

Pourquoi les USA veulent–ils accuser Assad de recourir à des armes chimiques ?

Assad et ses alliés ont stoppé les forces étasuniennes à al-Tanaf, en faisant fi de leur avertissement et en leur bloquant la route. Ces forces et leurs mandataires inefficaces sont dorénavant isolés.

 

– Assad et ses alliés ont imposé un lien entre leurs forces armées et les Forces de mobilisation populaire (FMP) irakiennes, de l’autre côté de la frontière. C’est justement pour empêcher ce lien que les USA ont occupé al-Tanaf.

– Assad et ses alliés veulent continuer leur poussée vers Deir Ezzor, afin de libérer entre 100 000 et 150 000 civils encerclés par Daech. Les USA n’objecteraient pas à ce que Daech prenne Deir Ezzor, pour pouvoir plus tard la « libérer » de Daech avec leurs mandataires kurdes (Forces démocratiques syriennes/Unités de protection du peuple kurde – FDS/YPG).

– Assad et ses alliés se sont imposés dans le sud et ont déjoué les tentatives d’Israël d’amener al-Qaïda (AQ) à prendre le dessus. Les USA ont intérêt à ce que Daraa tombe aux mains d’AQ afin d’imposer des « forces de maintien de la paix », au grand dam de la Russie et de Damas.

– Les USA ont sommé le Premier ministre irakien Haidar al Abadi d’empêcher les FMP d’atteindre la frontière syrienne. Abadi n’arrivera pas nécessairement à imposer sa volonté aux FMP, car la sécurité de l’Irak ne peut être assurée tant que Daech peut passer librement d’un pays à l’autre. Si cela arrive, les USA seront furieux.

– Les USA veulent imposer une nouvelle règle d’engagement, car leurs messages (bombarder l’armée syrienne et ses alliés à répétition et abattre un avion) ont été entendus et ignorés par Damas.

Pourquoi Assad utiliserait-il des armes chimiques ?

– L’Armée arabe syrienne (AAS), la Russie et leurs alliés l’emportent sur tous les fronts contre Daech et l’Armée syrienne libre (ASL, mandataires des USA) à al-Badiyah (Jaych Ossoud al-Charkiya, etc.).

– L’AAS et ses alliés ont bloqué la route aux forces étasuniennes à al-Tanaf, les ont contournées et ont fermé la route vers le Nord-Est.

– L’AAS et ses alliés progressent rapidement dans les territoires occupés par Daech, en poussant leurs forces vers al-Sukhnah et sur d’autres fronts dans le but d’atteindre Deir Ezzor, afin de briser le siège que Daech impose à cette ville depuis 30 mois.

– L’AAS tire profit d’un cessez-le-feu généralisé dans bon nombre de villes et de zones, ce qui permet à ses forces et à ses alliés de consacrer plus de troupes à la lutte contre Daech.

– L’AAS a stoppé al-Qaïda dans le sud de la Syrie malgré l’aide militaire israélienne.

– L’AAS utilise l’aéroport de al-Shua’yrat qui se trouve au cœur de toutes les opérations militaires dans la région rurale de Homs et à al-Badiya (steppe syrienne).

Conclusion – L’utilisation d’armes chimiques ne ferait que nuire aux progrès d’Assad et à son avantage sur tous les fronts, y compris sur le plan politique à Astana (dont les pourparlers reprendront le mois prochain).

Que se passera-t-il si la Russie décide de rétorquer à un bombardement de l’armée syrienne ou de sa force aérienne par Trump ?

– De Damas et Hmeimim, les forces aériennes russes et syriennes attaquent le sud (Daraa).

– De l’aéroport militaire de al-Shuay’rat, l’AAS et la Russie attaquent Daech.

– Trump accuse Assad de « préparer une attaque chimique à partir de Shuay’rat ». Au nord de la Syrie, il y a cessez-le-feu tacite avec al-Qaïda, Ahrar al-sham et autres.

– Trump va-t-il bombarder l’armée syrienne ou sa force aérienne pour défendre « l’État islamique » ?

– Assad « se prépare à utiliser des armes chimiques » contre quelles forces au Nord ?

Conclusion – Le bombardement de l’armée syrienne par Trump ne repose sur aucun motif. Il en a donc inventé un. Mais ce sera un véritable casse-tête pour la Russie. Si Moscou ne réagit pas ou qu’Assad ne lance pas des missiles antiaériens, les deux paraîtront très faibles.

Trump a-t-il réfléchi à l’autre possibilité ? (Qu’arrivera-t-il si la Russie réagit ?).

Traduit par Daniel, relu par Catherine pour le Saker Francophone

Commenter cet article