Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La balkanisation de l’Ukraine

Publié le par Felli Bernard

Alors que des volontaires croates rejoignent l’armée ukrainienne pour combattre les Novorossiens, l’Etats-unienne Kolinda Grabar-Kitarović est devenue, le 18 février 2015, présidente de Croatie. Son pays, qui se prépare à faciliter le démembrement de la Serbie en l’amputant de la Voïvodine, devrait logiquement s’impliquer officiellement dans la guerre en Ukraine. Rejouant le passé, les Croates s’allient à l’Empire du moment contre la Russie.
Alors que des volontaires croates rejoignent l’armée ukrainienne pour combattre les Novorossiens, l’Etats-unienne Kolinda Grabar-Kitarović est devenue, le 18 février 2015, présidente de Croatie. Son pays, qui se prépare à faciliter le démembrement de la Serbie en l’amputant de la Voïvodine, devrait logiquement s’impliquer officiellement dans la guerre en Ukraine. Rejouant le passé, les Croates s’allient à l’Empire du moment contre la Russie.

La balkanisation de l’Ukraine

par Miroslav Lazanski

La guerre qui ravage actuellement l’Ukraine s’internationalise. Les clivages qui apparaissent dans les Balkans ne sont pas nouveaux. Ils étaient là durant le démembrement de la Yougoslavie, et auparavant durant la Seconde Guerre mondiale. Pour Miroslav Lazanski, c’est une vieille partition que l’on rejoue.

Réseau Voltaire International | Belgrade (Serbie) | 25 février 2015

Lav Tolstoï a écrit, dans Guerre et paix, que « La veille de l’année 1812, il y eut une concentration des pouvoirs en Europe occidentale, partie de l’Ouest vers l’Est, vers les frontières de la Russie. » Je ne sais pas ce que ce grand écrivain et penseur dirait aujourd’hui s’il pouvait jeter un coup d’œil sur l’Europe du début du 21ème siècle. C’est comme s’il avait déjà prévu à son époque « l’otanaïsation », l’encerclement de la Russie et les pressions politiques et psychologiques sur les États neutres pour qu’ils rejoignent l’Alliance.

Ce qui a été commencé en Europe en 1999 lors des bombardements de la République fédérale de Yougoslavie, continue aujourd’hui avec la tragédie en Ukraine. Les images des immeubles et ponts détruits sont invraisemblables ; des maisons brûlées, des cadavres dans les rues. Tout cela dans l’Europe du 21ème siècle ! Et ce n’est pas un film, mais la cruelle réalité. L’Europe politique s’est tue à propos des mêmes images en Yougoslavie en 1999, et aujourd’hui elle est indifférente à la souffrance humaine en Ukraine.

L’Europe politique a imposé au peuple d’Ukraine un choix « soit / soit », et par là, la guerre. Après les Accords de Minsk 2 [1], certains pensent encore, en Europe et encore plus aux États Unis, que le fait d’envoyer de l’aide militaire à Kiev pourrait changer la situation militaire sur le terrain. Mais aucun missile antichar occidental ne pourra changer le rapport des forces parce que les soldats de Kiev n’ont pas été formés à les utiliser, ils auraient besoin d’au moins six mois d’entraînement et d’apprentissage. Les systèmes d’artillerie de l’Otan ne sont pas compatibles avec les systèmes en possession de l’armée ukrainienne. L’Occident peut fournir à l’Ukraine de simples véhicules blindés pour transporter l’infanterie, ce que les Britanniques ont déjà fait, de l’électronique pour les communications radio et des radars d’artillerie, ce qui a déjà été livré à Kiev.

Cependant, si l’Otan livrait à Kiev d’autres types d’armement, ou s’il envoyait ses propres spécialistes d’entraînement militaire, on pourrait voir apparaître dans le Donbass des chars T-80 et T-90 au lieu des T-72. On verrait alors quels missiles seraient efficaces. L’entrée d’une unité de l’Otan en Ukraine provoquerait l’entrée de l’armée russe sur le théâtre d’opérations. Dans un conflit conventionnel sur ce terrain, aucune armée occidentale, même pas celle des États-Unis, ne pourrait vaincre l’armée russe, parce que les généraux occidentaux oublient de toute évidence la doctrine du Maréchal Otarkov, toujours actuelle dans l’armée russe : vaincre pendant la première phase d’un conflit conventionnel par la destruction des cibles clés très profondément en territoire ennemi, dès les premiers moments de la guerre, et conquérir rapidement le territoire ennemi par l’avancement de l’armée de terre.

C’est une victoire totale pendant la première phase de la guerre, une victoire sans utilisation de l’armement nucléaire tactique. La stratégie de l’offensive, avec comme but la pénétration profonde dans le territoire ennemi sans utiliser des armes nucléaires, a été l’essence de la vision soviétique de la guerre en Europe. Les États-uniens ont essayé de faire mieux avec la doctrine de la « bataille air-terre 2000 ».

C’est précisément la raison pour laquelle ni les USA ni l’Otan n’enverront leurs forces en Ukraine, parce qu’ils n’ont aucune chance pour vaincre dans une guerre conventionnelle. En effet, si les troupes de l’Otan ou des USA se trouvaient en situation d’échec en Ukraine face à l’armée russe, Bruxelles et Washington devraient décider soit d’admettre la défaite avec toutes ses conséquences politiques et militaires, soit d’utiliser des lanceurs munis d’armes tactiques nucléaires.

Dans cette situation, sachant que des Tomahawks peuvent atteindre des cibles en Russie en cinq ou six minutes, le Kremlin aurait peu de temps pour décider, ordonner et exécuter une riposte nucléaire. Il devrait intervenir au bout de trois minutes maximum, faute de quoi, il ne pourrait pas lancer de contre-offensive, les missiles états-uniens ayant déjà atteint leurs cibles russes.

Autrement dit, la frontière entre l’utilisation tactique et stratégique de l’armement nucléaire est dangereuse. Le risque d’implosion est effrayant, l’une et l’autre partie pourrait interpréter l’utilisation de l’armement nucléaire tactique comme une introduction de l’utilisation de l’armement nucléaire stratégique. Dans ce cas, seul Dieu pourrait aider la planète. Selon l’opinion du professeur Lowell Wood du Laboratoire National de Livermore (États-Unis) datant de 1982, entre 500 millions et 1,5 milliards de personnes périraient. Et comme la technologie nucléaire a entretemps progressé, le nombre de morts serait beaucoup plus important.

Est-ce que ceux qui voudraient internationaliser le conflit ukrainien, pensent à cela ?

L’opinion publique en Russie est ces jours-ci surprise par l’arrivée de citoyens croates en renfort de l’armée de Kiev, du Pravyi Sektor et de la Garde Nationale d’Ukraine. Seuls ceux qui ne connaissent pas l’Histoire sont surpris. Les soldats de l’État indépendant croate se sont battus pendant la Seconde Guerre mondiale au côté d’Hitler à Stalingrad, tandis que sur le Front de l’Est il n’y eut aucun Serbe. L’État indépendant croate avait envoyé sur le Front de l’Est son aviation. Le général Franjo Dzal était l’un des pilotes qui abattait les avions russes. À l’époque de l’ex-Yougoslavie, la Croatie avait d’excellentes relations avec l’Ukraine et la Serbie avec la Russie. Dans quelle mesure la religion a influencé cela (en Ukraine il y a des catholiques et des uniates) est une longue histoire. Quoi qu’il en soit, les Croates se sont mis du côté de l’Ukraine, et les Serbes, d’après les volontaires, du côté de Donbass.

On a balkanisé l’Ukraine. On y continue la guerre que nous avons arrêté en 1945 …

Miroslav Lazanski

Miroslav Lazanski

Né en 1950 à Karlovac, Croatie. Diplômé de la Faculté de Droit à Zagreb, où il a débuté sa carrière de journaliste. Après avoir travaillé pour plusieurs journaux et magazines, en 1991 il commence à travailler pour le quotidien serbe Politika, où il travaille encore aujourd’hui. Il a été reporter de guerre en Syrie, Afghanistan, Tchétchénie, Congo, Irak, Iran, Liban, Yémen et Lybie. Il a réalisé des interviews de personnalités de l’OTAN, de l’URSS, et d’une cinquantaine de ministres des Affaires étrangères, de hauts militaires des armées russe, chinoise et japonaise. C’est le seul journaliste yougoslave qui a navigué à bord du sous marin atomique USS Tautog, qui a volé à bord d’un F-14, qui a visité le porte avions USS John F. Kennedy et qui a volé dans un Mig-29. Il a été l’invité des académies militaires en Russie, Japon, États-Unis, Australie, Italie, Grande-Bretagne, Allemagne, Roumanie, etc. Il a tenu une rubrique dans le journal grec Kathimerini, dans le journal japonais Securitarian, et The Diamond Weekly. Il est auteur de dix ouvrages.

Traduction
Svetlana Maksovic

Source
Politika (Serbie)

[1] « Paquet de mesures en vue de l’application des Accords de Minsk », Réseau Voltaire, 12 février 2015.

Voir les commentaires

Etat islamique : Destruction d’ « idoles » au...

Publié le par Bernard Felli

Etat islamique : Destruction d’ « idoles » au...

Etat islamique : Destruction d’ « idoles » au musée de Mossoul (vidéo )
http://ombre43.over-blog.com

Voir les commentaires

Etat islamique : Destruction d’ « idoles » au musée de Mossoul

Publié le par Felli Bernard

barbares
barbares

Etat islamique : Destruction d’ « idoles » au musée de Mossoul

Publié par Gilles Munier sur 27 Février 2015, 18:48pm

Catégories : #Irak

Par Gilles Munier /

La vidéo mise en ligne par l’Etat islamique montrant des djihadistes détruisant des statues antiques et découpant un taureau ailé assyrien m’a accablé. J’ai visité le musée et les sites archéologiques de la région – Ninive, Hatra, Khorsabad, Nimrod - à plusieurs reprises à la fin des années 90. A l’époque, il était quasiment fermé. Pendant la Première guerre du Golfe, l’armée irakienne avait monté la garde autour du bâtiment pour le protéger des risques de pillage. De nombreuses pièces archéologiques avaient été mises en sécurité. Sur les sites de Hatra et de Nimrod, j’avais vu des statues et des coupoles de temples détériorées par des tirs de missiles ou des passages du mur du son à faible altitude.

Dans mon Guide de l’Irak, publié en 2000* (photos de Erick Bonnier), j’écrivais à propos du musée :

« … les statues monumentales et les collections d’objets présentées égalent celles des grands musées occidentaux parmi les statues des dieux, les plus intéressantes pour les passionnés d’histoire religieuses sont celles de Marân, Martân et Bar-Marîn », c’est-à-dire, en araméen ancien : « Notre-Seigneur, Notre-Dame et le Fils-de-nos-Deux-Seigneurs ».

Ces trois divinités du panthéon hatréen pourraient avoir inspiré la Trinité chrétienne. Leurs statues provenaient du temple de Shamash, le dieu soleil assyrien.

Du temps où le royaume arabe de Hatra resplendissait, des bédouins venaient de toute l’Arabie pour effectuer à l’intérieur du temple de Shamash des rites de circumambulation, comme le font aujourd’hui les musulmans autour de la Qaaba, à La Mecque.

Aujourd’hui, on ne voit pas en quoi l’existence d’anciennes « idoles » mésopotamiennes exposées dans des vitrines a de gênant. Les statues du musée de Mossoul ne menacent pas les musulmans. Il ne viendrait à l’idée de personne de les adorer. Leur destruction avait un sens à l’époque du Prophète Muhammad et de la conversion de populations païennes à l’islam, mais le fait qu’elles aient été adorées il y a 7000 ans, bien avant la Révélation du Coran, fait partie d’une histoire qui ne peut être gommée.

Quant au taureau ailé découpé à la scie mécanique, qui selon mes souvenirs se trouve sous le tombeau du prophète Jonas, et qui faisait partie d’une entrée du palais d’Asarhaddon (681-669 av. J-C), fils d’Assourbanipal, il suffisait de le recouvrir de terre pour le cacher à la vue de la population.

La directrice générale de l'Unesco a demandé jeudi dernier la convocation d’une réunion de crise du Conseil de sécurité des Nations unies pour protéger le patrimoine archéologique irakien. C’est bien, mais un peu tard. Il eut mieux valu qu’elle s’en préoccupe sérieusement dès la Première guerre du Golfe… Depuis, il y a eu les pillages organisés du musée de Bagdad (avril 2003) et de nombreux sites laissés à l’abandon, ou occupés comme par hasard par les troupes américaines (Ur et Babylone, par exemple).

Outre les destructions imbéciles effectuées par l’Etat islamique : quid des dégâts provoqués sur certains sites par les bombardements actuels de la coalition américaine ? Il y a fort à parier que les opérations qui seront lancées pour reconquérir Mossoul, annoncées pour le printemps prochain, détruiront en grande partie la ville. L’Unesco va-t-elle demander aux Occidentaux et à leurs alliés de sauvegarder les édifices religieux anciens, ou les ruines de Ninive si des combats s’y déroulent ? J’en doute.

* « Guide de l’Irak », Jean Picollec Editeur (Paris)

* « Irak, an illustrated history », Interlink Group (Etats-Unis)

Photo : Destruction de statues mésopotamiennes par l’Etat islamique

Vidéo mise en ligne par l’Etat islamique :

Voir les commentaires

Yémen: attaque meurtrière au drone contre...

Publié le par Bernard Felli

Yémen: attaque meurtrière au drone contre...

Yémen: attaque meurtrière au drone contre Al-Qaïda, heurts dans le Sud
http://ombre43.over-blog.com

Voir les commentaires

Yémen: attaque meurtrière au drone contre Al-Qaïda, heurts dans le Sud

Publié le par Felli Bernard

MQ-1 Predator armed with an AGM-114 Hellfire missile
MQ-1 Predator armed with an AGM-114 Hellfire missile

28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 16:45

Yémen: attaque meurtrière au drone contre Al-Qaïda, heurts dans le Sud

MQ-1 Predator armed with an AGM-114 Hellfire missile

28 février 2015 45eNord.ca (AFP)

Une attaque menée par un drone vraisemblablement américaine a tué samedi au Yémen trois combattants présumés d’Al-Qaïda, alors que des heurts ont opposé soldats et séparatistes sudistes dans le sud du pays plongé dans le chaos.

Le Yémen, pays pauvre de la péninsule arabique, est en butte à de multiples conflits impliquant la puissante milice chiite des Houthis qui a pris le contrôle de la capitale Sanaa, le réseau Al-Qaïda implanté dans le Sud et le Sud-Est, et le mouvement séparatiste sudiste qui veut l’indépendance du Sud.

Le chef de l’Etat Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenu par la communauté internationale et un temps assigné à résidence par les Houthis à Sanaa, a fui la capitale et s’est installé le 21 février à Aden, la grande ville du Sud et fief de ses partisans.

Samedi avant l’aube, un drone -type d’appareil que les Etats-Unis sont les seuls à utiliser dans la région- a pris pour cible un véhicule transportant trois membres d’Al-Qaïda dans le village de Bijane dans la province de Chabwa, tuant les passagers dont les corps ont été carbonisés, selon une source tribale.

Malgré la situation très instable au Yémen, les Etats-Unis ont affirmé leur détermination à continuer à combattre Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) basée au Yémen et considérée par Washington comme la branche la plus dangereuse du réseau extrémiste.

Aqpa a admis début février la mort de l’un de ses chefs, Hareth al-Nadhari, dans un raid de drone américain le 31 janvier dans le sud du Yémen, pays allié des Etats-Unis dans la lutte contre Al-Qaïda.

Toujours dans le sud du pays, neuf soldats yéménites ont été blessés dans des heurts avec des hommes armés de la branche radicale du Mouvement sudiste dans la région de Hbayline dans la province de Lahej, selon des sources locales.

Les éléments séparatistes ont tiré sur trois véhicules militaires regagnant leur base et des échanges de tirs s’en sont suivis, a-t-on ajouté.

La situation est tendue dans cette localité depuis l’enlèvement de 12 soldats la semaine dernière par des séparatistes sudistes qui ont menacé de tuer leurs otages si l’armée ne leur remettait pas une base de la région.

La branche radicale du Mouvement sudiste estime que la prise du pouvoir des Houthis à Sanaa est une occasion pour tenter de faire de nouveau du Sud un Etat indépendant, mais l’arrivée de M. Hadi dans le Sud a brouillé les cartes, Aden étant devenue de facto la capitale politique et diplomatique du pays.

Plusieurs pays arabes ont d’ailleurs déplacé leurs services diplomatiques de Sanaa à Aden, le dernier étant le Koweït.

Entretemps à Sanaa, des dizaines d’hommes et de femmes ont manifesté contre le coup d’Etat des Houthis et appelé à la libération de la Française Isabelle Prime, enlevée mardi dans la capitale avec son interprète yéménite Chérine Makkaoui par des hommes déguisés en policiers.

Isabelle Prime travaillait pour une société sous-traitante d’un programme en partie financé par la Banque mondiale.

Des chefs tribaux et des miliciens chiites houthis ont été sollicités pour obtenir la libération des deux femmes, mais l’absence d’autorités légitimes à Sanaa et le départ des diplomates occidentaux compliquent les recherches.

D’autres manifestations anti-houthis ont eu lieu à Taëz et Ibb, au sud de Sanaa.

Enfin, les forces politiques restent en désaccord sur le lieu de la reprise du dialogue national après que M. Hadi a demandé son transfert hors de Sanaa. L’ex-président Ali Abdallah Saleh insiste pour sa tenue dans la capitale yéménite et les Sudistes veulent le transférer à l’étranger.

Partager cet article

Repost 0

Published by RP Defense - dans Gulf & Middle East AQPA Yemen drones USA UAV US Air Force Terrorisme Al-Qaïda Défense
commenter cet article

Voir les commentaires

@Plyrique vaste sujet .

Publié le par bernard felli

Voir les commentaires

Charlie Hebdo: La piste inexplorée

Publié le par Felli Bernard

Charlie Hebdo: La piste inexplorée

Charlie Hebdo: La piste inexplorée

Publié par wikistrike.com sur 28 Février 2015, 15:55pm

Catégories : #Politique internationale, #Religion - pensées, #Social - Société

Les frères Kouachi ont-ils été financés par Al-Qaïda Yémen comme ils l’ont affirmé et le répètent en boucle les médias ? Pas sûr.

Leurs connexions ouvrent de nouvelles pistes officiellement inexplorées. Ce documentaire explore une thèse alternative, mettant notamment en cause la politique extérieure de la France (sous influence) que le monde du Renseignement n’ignore pas mais sur laquelle il évite de communiquer pour des raisons que chacun comprendra à la fin de ces 10 minutes de révélations explosives.

Voir les commentaires

Revue de presse du 28/02/2015

Publié le par Felli Bernard

Revue de presse du 28/02/2015
Revue de presse du 28/02/2015

28

fév

2015

Revue de presse du 28/02/2015

13

Cette semaine dans la revue, comme un paradoxe en Allemagne ; via la Grande-Bretagne, l’OTAN officiellement en Ukraine ; pour la France, un spécial analyse de la loi Macron ; et dans le thème Vue D’Ailleurs, d’autres qu’on ne voit pas, plus Sarkozy et l’argent.

ALLEMAGNE

Allemagne : l'excédent des comptes publics au­-dessus des attentes

"Révision à la hausse. Les comptes publics de l'Allemagne ont enregistré en 2014 un excédent légèrement plus marqué que prévu, à 18 milliards d'euros soit 0,6% du produit intérieur brut (PIB), selon un chiffre définitif publié mardi 24 février par l'Office fédéral des statistiques Destatis. Lors d'une première estimation mi­-janvier, l'office de statistiques attendait en effet un excédent légèrement moins important, de l'ordre de 0,4%. La croissance du PIB en l'Allemagne a quant à elle atteint comme prévu 0,7% au quatrième trimestre et 1,6% pour l'ensemble de l'année 2014. Ces chiffres sont similaires à de premières estimations fournies plus tôt dans le mois. Le commerce extérieur a contribué à hauteur de 0,2 point de pourcentage à la croissance du quatrième trimestre, tout comme les investissements en bien d'équipement, et la demande intérieure à hauteur de 0,5 point."

Source : La Tribune

Le salaire minimum s'avère impuissant face à un niveau de pauvreté record en Allemagne

" La pauvreté a atteint un niveau jamais atteint en Allemagne, selon un rapport réalisé par l'organisation d'aide sociale Paritätischer Wohlfahrtsverband. Le rapport indique qu'environ 12,5 millions de personnes étaient touchées par la pauvreté en 2013, soit une augmentation de 15 % à 15,5 % comparé à l'année précédente. « Depuis 2006, on observe clairement une dangereuse tendance d'augmentation à la pauvreté », a déclaré Ulrich Schneider, directeur général de l'organisation Paritätischer Gesamtverband. Durant cette période, le rapport montre que le nombre de pauvres en Allemagne a augmenté de 11 %. « La pauvreté en Allemagne n'a jamais été aussi élevée et la fragmentation régionale n'a jamais été aussi sévère qu'aujourd'hui », s'inquiète Ulrich Schneider. Au vu du dernier rapport sur la pauvreté, le gouvernement allemand certifie que l'écart entre les riches et les pauvres diminue, une affirmation qui pour Ulrich Schneider est « tout simplement fausse ». En effet, l'Allemagne s'approche de la moyenne européenne en terme de pauvreté. Les statistiques européennes révèlent que près d'un quart de la population de l'UE était menacée de pauvreté ou d'exclusion sociale en 2013."

Source : Euractiv

CRISE BANCAIRE

Le modèle des géants bancaires est sous pression

"Faut-il démanteler les géants bancaires tels que JPMorgan et HSBC? La question refait surface alors que les contraintes en fonds propres des banques systémiques ne cessent d'augmenter et que les scandales, comme celui des Swiss Leaks, mettent en cause la capacité des dirigeants à mener ces paquebots. Le nombre de banques aux ambitions mondiales est voué à se réduire. Dernier exemple en date: celui de RBS, qui devrait annoncer ce matin son retrait des deux tiers des pays où le groupe britannique est présent."

Source : AGEFI

DÉMOCRATIE

Citizenfour : le documentaire sur Edward Snowden remporte un Oscar

"C'est la consécration pour Laura Poitras. Neuf ans après avoir manqué de peu l'Oscar du meilleur film documentaire avec My Country, My Country, qui aborde l'occupation de l'Irak par les États­Unis, la réalisatrice américaine vient enfin de voir son travail couronné de succès au cours de la 87ème cérémonie des Oscars. Son dernier documentaire, Citizenfour, a en effet remporté la prestigieuse récompense. Projeté dans les salles américaines l'automne dernier, Citizenfour s'intéresse à Edward Snowden au moment où il s'apprête à révéler les activités de la NSA au monde entier, avec l'aide de deux journalistes du Guardian, Glenn Greenwald et Ewen MacAskill. De fait, l'action du film se déroule surtout dans une chambre de l'hôtel Mira, à Hong Kong, où vivait provisoirement Edward Snowden."

Source : Numerama

L’ancien chef de la CIA contrôle la plupart des médias en Serbie

"Le Fonds américain “KKR investment”, dirigé d’octobre 2013 à ce jour par le général David Petraeus, ancien chef de la CIA, a mis sous son contrôle, en moins d’un an et demi, une partie importante des médias serbes, selon le portail internet “Vaseljenska”."

Source : Arrêt sur Info

En direct sur BFM, Ruth Elkrief censure la déclaration d’allégeance de Valls à Israël

"Le journaliste Ronald Guintrange a jugé bon de rappeler la formule du premier ministre prononcée lors d’une conférence filmée organisée par radio judaïca en 2011: « par ma femme, je suis lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël ». [...] Une citation qui ne s’est pas révélée du goût de son homologue Ruth Elkrief, qui d’emblée, coupa court au débat que la citation de cette déclaration pouvait légitimement susciter, pour donner l’injonction à son collaborateur d’embrayer sur la réaction de Manuel Valls aux propos de Roland Dumas."

Source : Cercle des Volontaires

Netanyahu est­-il un méga­boulet pour Israël ?

"Le premier ministre israélien s'invite de force dans le monde chaque fois que l'occasion se présente. Et s'il desservait la cause qu'il défend ? Le Premier Ministre israélien en fait­il de trop ? La question semble de moins en moins incongrue à en juger par les réactions que suscitent dans le monde depuis décembre dernier, les gesticulations du partisan de la manière forte au Moyen Orient. En guise d'échauffement, on se souvient de son coup de semonce du 2 décembre, lorsqu'il a ouvert la voie d'élections législatives anticipées en Israël – elles auront lieu le 17 mars 2015 ­ en limogeant sans ménagement ses rivaux et ministres « centristes » de sa coalition, à savoir Yair Lapid et Tzipi Livni. "

Source : Bakchich

EUROPE

De quoi Syriza est­-il le nom ?

"La Troïka restant aux commandes, son fanatisme économique imposant un excédent primaire irréaliste, on voit mal dans ces conditions, comment Syriza pourrait trouver les marges de manœuvre lui permettant de lutter contre la crise humanitaire artificiellement provoquée, qui ravage le pays. Le premier sentiment étant donc le bon : un Dogme ne se remet pas en cause, ne s’amende pas, même à la marge. Les Grecs doivent continuer à souffrir dans la zone euro. S’ils en sortent, tout (et cela implique probablement le retour des barbouzeries pour provoquer chaos et coups d’État), devra être fait pour qu’ils souffrent encore plus. Pour que leurs malheurs persuadent Espagnols, Portugais et autres Irlandais, de bien voter. Il ne saurait y avoir de sortie heureuse de la zone euro. La mort est la seule option laissée par la Religion Féroce à ceux qui ne veulent pas, ne veulent plus, se soumettre. C’est ainsi qu’agissent toutes les sectes : quelle meilleure méthode que la peur et la souffrance, pour garder ses disciples et les dissuader de réfléchir ?"

Source : Blog de Paul Jorion

La part illégitime de la dette grecque : environ 70% ?

"Le point d’interrogation s’impose, mais l’ordre de grandeur est vraisemblable. J’ai consacré un billet précédent à montrer que l’explosion de la dette de ce pays entre 2007 et 2014, d’environ 100% à 175% du PIB, pouvait être imputée pour l’essentiel à la purge qui lui a été imposée de l’extérieur par la Troïka et par le niveau excessif des taux d’intérêt subis. Mais comment expliquer le niveau très élevé atteint avant même la crise de 2008 ? Qu’est-ce qui explique qu’on soit passé d’un endettement très faible en 1980 (environ 20% du PIB) à 103% en 2007 ?"

Source : alternatives-economiques/blogs

Gazoduc South Stream : discussions stratégiques entre Grèce et Russie

"Les liens entre Grèce et Russie ? Pas simplement politiques… Comme on pouvait s’y attendre, règne entre les deux protagonistes une forte odeur de pétrole et de gaz. Le conseiller diplomatique du chef de l’Etat russe Iouri Ouchakov a ainsi déclaré jeudi dernier que le président russe Vladimir Poutine et le nouveau premier ministre grec Alexis Tsipras avaient examiné par téléphone la situation en Ukraine et la décision récemment prise par Moscou d’abandonner le projet de gazoduc South Stream. Un dossier qui concerne là aussi l’Union européenne toute entière… sa dépendance énergétique étant en jeu. L’Ukraine pesant fortement dans la bataille"

Source : Le Blog Finance

EVASION FISCALE

Nos dirigeants politiques sont complices actifs de l’évasion fiscale massive

"Avec ce nouveau foisonnement d’informations qui scandalisent le grand public, nous allons encore entendre les banques nous dire que tout ceci, c’était avant, qu’elles ont mis de l’ordre dans tout ça, qu’elles ont même sanctionné quelques dirigeants. Nous allons entendre des gouvernements faire les surpris, les étonnés, les scandalisés. Et annoncer que, dorénavant, ce ne sera plus possible."

Source : alternatives-economiques/blogs

FRANCE

La loi Macron/Medef ou l’ultralibéralisme sous couvert de modernisme (1) : faciliter les grands projets, faire entrer les associations dans le marché

"J’ai déjà consacré deux billets à certains aspects de cette loi qui frappe tous azimuts avec un dénominateur commun : « libérer » encore plus le pouvoir déjà gigantesque des grandes entreprises contre des droits et des protections collectives encore existantes. Il est temps de présenter un bilan plus complet des menaces qu’elle représente et qui en font LA PLUS GRAVE DES REGRESSIONS SOCIALES, DEMOCRATIQUES ET ECOLOGIQUES DE CES DERNIERES DECENNIES. Il me faudra deux billets successifs pour justifier ce jugement."

Source : alternatives-economiques/blogs

La loi Macron/Medef (2) : « faciliter » l’évasion fiscale et les privatisations, prendre hardiment parti pour les grandes entreprises

"Avant d’aborder de nouveaux thèmes, je reviens sur la « facilitation » des projets immobiliers ou de grands travaux contestables via l’article 28 de cette loi dont l’objectif affiché est la « modernisation du droit de l’environnement ». Modernisation, que de crimes on commet en ton nom ! C’est à la fois l’environnement et la « loi Duflot » qui sont en ligne de mire."

Source : alternatives-economiques/blogs

Le cadeau caché de la loi Macron : une réduction d'impôts de 900 millions d'€uros pour les plus riches

"Officiellement, l'allègement de la fiscalité sur les actions gratuites est censée favoriser le développement des start up qui ont recours à ce dispositif. Mais pour Le Canard enchaîné, ce sont surtout les cadres des entreprises du CAC 40 qui vont remporter le jackpot. « La distribution d'actions gratuites a complètement supplanté les stock­-options, dont la fiscalité a été alourdie ces dernières années », explique l'hebdomadaire. Et les chiffres sont éloquents : « Les conseils d'administration des entreprises du CAC 40 ont voté, en 2014, l'attribution d'actions gratuites pour un montant de 6,4 milliards. Et, dans l'immense majorité des cas, à leurs cadres dirigeants les mieux payés », précise Le Canard enchaîné. Malgré toutes ces réserves, le gouvernement a décidé de maintenir cet article de loi. Dont le coût est estimé à 200 millions d'euros par Macron. Un chiffre sous-­estimé par plusieurs cabinets privés qui évaluent plutôt à 900 millions d'euros le manque à gagner pour le fisc."

Source : Politique

GÉOPOLITIQUE

L’engrenage : la Grande­-Bretagne envoie ses premiers soldats en Ukraine

"Officiel : la Grande­-Bretagne vient d’envoyer ses premiers soldats en Ukraine (source : le Premier ministre David Cameron himself). Oh bien sûr, ils n’y vont pas officiellement pour se battre, mais pour "conseiller et éduquer" l’armée ukrainienne. Oh bien sûr, la voie diplomatique (et les sanctions contre la Russie) doivent prévaloir (PM Cameron dixit). Qu’importe si, en même temps, les accords de Minsk sont rejetés par l’armée ukrainienne qui refuse le retrait prévu des armes lourdes. Qu’importe si les néonazis de "Secteur droit" (en ukrainien : Пра́вий се́ктор, Pravyï sektor), alliés de circonstance du gouvernement de Kiev, jugent unilatéralement ces accords inconstitutionnels. Qu’importe si cette dangereuse escalade confirme la déroute des armées du président Porochenko devant les forces rebelles. Aujourd’hui, n’en déplaise à quelques esprits illuminés, nous n’avons toujours aucune confirmation sérieuse de l’implication des forces russes sur le terrain des combats. Mais nous sommes officiellement informés de l’engagement désormais direct de l’Otan."

Source : Politis

Ukraine : la culture OGM, monnaie d’échange de banques occidentales et FMI pour accorder des prêts ?

"Le conflit en Ukraine, une aubaine pour les banques occidentales et Monsanto via la vente de surfaces agricoles destinées à la culture OGM ? Information très peu relayée par les medias internationaux, et pourtant… : si l’on en croit certains députés allemands, le conflit qui frappe actuellement l’Ukraine pourrait être associé à d’importants enjeux liés à la vente de terres arables. Opérations pour le moins fructueuses qui impliqueraient des sociétés et consortiums étrangers, soutenus par la Banque mondiale (BM), la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et le groupe allemand Bankengruppe KfW. Le but final ? acquérir des surfaces agricoles en vue de disposer de terrains pour cultiver des plants OGM… Un dossier qui pourrait faire du bruit… bien au delà de Landerneau…"

Source : Le Blog Finance

LIBERTÉS

Dans le chaudron des apprentis-­sorciers : Lustre, écoutes a­légales et autres ingrédients

"Il est temps d’enclencher le compte à rebours. Dans les deux mois à venir, les apprentis-­sorciers de gauche et de droite auront fignolé leur drôle de recette. Un projet de loi sur le renseignement est annoncé pour avril. Au menu de cette soupe à la grimace, on facilitera les écoutes des services de renseignement et l’on renforcera, dit­on, le contrôle de ces écoutes. Comme nous l’avions dit peu après les attentats de janvier dans notre émission de radio sur le terrorisme, ce sont surtout les écoutes illégales qui deviendront très probablement légales. Dans le jargon des zélateurs de l’écoute massive, on appelle ces écoutes, des écoutes a-­légales. Pas légales, mais pas non plus illégales. Elles sont a­-légales. Cherchez l’erreur, car tout étudiant de première année de droit sait, lui, que quelque chose est soit légal, soit illégal."

Source : Reflets

Yahoo place la NSA devant ses contradictions

"Lors d'un échange avec le directeur de la NSA, Michael S. Rogers, le responsable de la sécurité informatique chez Yahoo s'est attaqué aux arguments plaidant pour des backdoors. Si Yahoo accède à cette demande, pourquoi le portail ne devrai-t­il pas satisfaire aussi les demandes des agences étrangères ? Après tout, Yahoo a une audience mondiale et chaque pays peut brandir le péril terroriste comme argument. Ce n'est pas une surprise, la mission première de la NSA est le renseignement. En conséquence, l'agence américaine a élaboré au fil des ans de nombreux programmes pour avoir accès à un maximum de données d'origine électromagnétique. Cette surveillance couvre en particulier les moyens modernes de communication, comme les téléphones portables et Internet (mails, etc). Comme tout service fondé sur l'intelligence, le secret est le mot d'ordre au sein de la NSA. Les techniques de surveillance sont classifiées, tout comme les activités de l'agence. Il a fallu l'intervention d'Edward Snowden pour savoir ce qui se trame à Fort Meade, le QG de la NSA. Et pourtant, aujourd'hui encore, les contours et la portée de cet espionnage de masse sont encore mal connus."

Source : Numerama

Superfish : un recours collectif émerge contre Lenovo

"Les ennuis judiciaires commencent pour Lenovo. Aux États­-Unis, des clients du constructeur chinois ont déposé un recours collectif la semaine dernière afin d'obtenir des dédommagements dans l'affaire Superfish. Le site PC World explique que l'industriel asiatique est poursuivi pour ses pratiques commerciales, qualifiées d'illicites, et pour le risque qu'il fait courir à sa clientèle. Superfish est le nom d'un publiciel ("adware") qui est préinstallé par Lenovo sur ses ordinateurs portables. Celui-­ci permet d'injecter de la publicité contextuelle sur les pages web visités par les internautes, même chiffrées. Or, les pages sécurisées avec le protocole SSL sont censées assurer la confidentialité et l'intégrité des données échangées entre l'usager et le serveur sur lequel se se connecte."

Source : Next Inpact

MARCHÉS FINANCIERS

Trois banques françaises accusées de spéculer sur la faim dans le monde

" L'ONG Oxfam France vient de publier la seconde édition de son rapport lancé en 2013 sur les établissements bancaires français qui spéculent sur la faim dans le monde à travers des fonds de placement spécialisés dans le secteur des matières premières agricoles. Parmi les quatre établissements financiers pointés du doigt en 2013, le Crédit Agricole « semble bien avoir respecté ses engagements et cessé toute activité spéculative sur les marchés agricoles, mais refuse toujours de prendre des engagements fermes dans la durée », note Oxfam dans son dernier rapport sur ce sujet. En revanche, « trois groupes bancaires français proposent toujours à leurs clients des outils permettant de spéculer sur les prix des matières premières agricole s: BNP Paribas, Société Générale et BPCE via Natixis, toujours selon Oxfam. Le montant total des fonds gérés par celles-ci s'élève aujourd'hui à au moins 3,561 milliards d'euros », contre 2,58 milliards en 2013. Un montant en augmentation de 38% en 2 ans malgré le retrait du Crédit Agricole. En France, la Société Générale « est aujourd'hui la banque française qui spécule le plus sur la faim» et ce malgré «un important effort de transparence », a indiqué Clara Jamart, d'Oxam France ce lundi matin sur France Info. L'établissement gère selon elle un montant total de fonds actifs dans ce domaine estimé à 1,359 milliard d'euros."

Source : Le Figaro

Métaux précieux : soupçons de manipulations chez 10 grandes banques

"Forts soupçons de manipulations. Le département de la Justice et la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) américaine enquêtent sur au moins 10 grandes banques pour manipulation présumée des prix des métaux précieux, rapporte lundi 23 février le Wall Street Journal, qui cite des personnes proches de l'enquête. L'enquête porte sur le processus de fixation des cours de l'or, de l'argent, du platine et du palladium à Londres, précise le quotidien économique. Les banques concernées sont HSBC, Bank of Nova Scotia, Barclays, Crédit Suisse, Deutsche Bank, Goldman Sachs, J.P. Morgan, Société Générale, Standard Bank et UBS."

Source : La Tribune

MATIÈRES PREMIÈRES

Pétrole : La Revue d'infos mi-février

"Le pétrole joue au yoyo et varie entre 45 et 57$ le baril à Londres. En prenant les prévisions des experts, dont pas un seul n'a vu arriver le crash, l'évolution de prix du baril devrait varier entre 20 et 200$ dans les mois à venir. Ce serait ballot si le baril descendait à 19$! Des USA, où le pétrole de schiste subit de plein fouet les prix bas, la Chine qui diminue de 40% sa consommation de charbon, la France qui va voir sa facture d'électricité augmenter, les majors pétrolières qui se débrouillent à merveille, voici les dernières nouvelles pour ce début de mois de février 2015 !"

Source : 2000 WATTS

RÉFLEXION

« Rebâtir, à partir de Keynes » : Les riches transfèrent aux pauvres le risque lié aux incertitudes de l’avenir

"Les membres en surnombre d’un groupe issu de la division sociale du travail sont dans un rapport de force défavorable vis­à­vis des membres des autres groupes. Y aurait­-il à cela en arrière­-plan une objectivité fondant cela ? Une telle objectivité existe : c’est celle qu’impose la problématique du risque imprégnant la totalité des activités humaines en raison de l’imprévisibilité des événements contingents de notre monde en devenir, facteur sur lequel Keynes insista dans l’entièreté de son œuvre et dès son Treatise on Probability de 1921. Le membre surreprésenté d’une classe sera en général rémunéré à un niveau déprécié et sa loyauté sera dès lors restreinte à l’égard de son employeur, faiblesse intrinsèque qui trouvera à s’exprimer si une meilleure offre devait lui être faite. L’employeur devra alors remplacer le travailleur démissionnaire ou défaillant. Ce risque de reconduction de l’emploi offert pour l’employeur est équivalent à ce qu’on désigne en finance du nom de risque de réinvestissement : le risque de celui qui, prêtant à court terme, se retrouve périodiquement et à brève échéance devant la nécessité de replacer son argent dans des conditions qui risquent de ne pas être aussi favorables que celles qui avaient prévalu lors du placement qui vient d’arriver à échéance."

Source : Blog de Paul Jorion

VUES D’AILLEURS

Bientot les élections dans la Police !

"La mafia des syndicats de Police. C'est la profession la plus syndiquée. Pour tenir la police, le ministre de l'Intérieur se doit de pactiser. Les syndicats policiers, c'est l'arrière-cuisine de la police."

Source : You Le Parisien

La République des filles et fils de…

« Si la France est en panne d’idées, c’est aussi – surtout ? – le fait d’une élite sclérosée qui s’oppose à tout renouvellement. Une République de filles et fils de… »

Source : Actuchomage

L’étrange Monopoly financier du président Sarkozy

"Parvenu à l'Elysée, attentif à marquer son désengagement du cabinet d'avocats qu'il avait cofondé en 1987, l'associé Sarkozy a tout de même pris part à un montage financier avantageux."

Source : Le Nouvel Obs

6,2 millions euros pour le silence des anciens présidents sur le Franc CFA : les français découvrent un aspect de la monnaie Nazie

"Nicolas Sarkozy est en colère, une fureur incommensurable, disent les journaux. Une fureur justifiée car le contrat sur le prix du silence qui lie les anciens présidents français et le gouvernement français vient d'être rompu d'une manière unilatérale par les journalistes bien instruits. Il est surtout furieux parce que des hauts dirigeants ont informé la presse de sa présence aux émirats, et surtout cette presse prétend que la république lui accorde déjà près de 2,4 millions d'euros par ans au titre d'ancien président."

Source : Cameroonvoice

ÉCONOMIE

Cartel des camions : vers une amende de 4 milliards d'euros ?

"La Commission européenne pourrait infliger aux grands constructeurs européens de camions une amende de plus de 4 milliards d'euros pour entente illicite, a rapporté mardi le quotidien allemand des affaires Handelsblatt. MAN et Scania, tous deux propriétés du groupe allemand Volkswagen, mais aussi l'allemand Daimler, le néerlandais DAF, l'italien Iveco et le suédois Volvo sont accusés de s'être entendus sur les prix et les conditions de livraison entre 1999 et 2011, rappelle le journal."

Source : La Tribune

Cartel du yaourt : l'Autorité de la concurrence s'apprête à sanctionner une dizaine de fabricants

"Nouvelle affaire de cartel en France ? L'Autorité de la concurrence enquête depuis trois ans sur plusieurs fabricants de produits laitiers frais vendus sous marque de distributeurs (MDD), dont Novandie, Senoble, Lactalis et Yoplait, soupçonnés de s'être concertés sur les prix et la répartition du marché, révèle mardi 24 février Le Figaro. Réunions dans des hôtels ordinaires de région parisienne ou en province, carnet secret, téléphone souscrit au nom de la compagne d'un des participants : plusieurs indices font soupçonner la constitution d'un "cartel du yaourt", détaille le quotidien qui a consulté un document recensant les griefs reprochés aux producteurs par l'Autorité de la concurrence."

Source : La Tribune

ÉTATS-UNIS

Eddie Ray Routh, l’anti-American sniper

"Il aurait peut-être valu un film lui aussi mais ç’aurait été un opus assez glauque, pas le genre à recevoir des Oscars à Hollywood. Un film sur l’impossible retour de la guerre, mais vu du coté des perdants. Un éclairage sur la faillite du système de santé mentale aux États-Unis. Quand il a été arrêté au Texas, quelques heures avoir tué le Navy Seal Chris Kyle, le tireur d’élite au palmarès le plus meurtrier de l’armée américaine, Eddie Ray Routh était hirsute, barbu, le regard aux abois. Deux ans plus tard, il est méconnaissable. Le cheveu ras, comme dans les rangs militaires. Barbe et moustache ont disparu. Il porte des lunettes épaisses. Son visage est bouffi par les médicaments."

Source : Le Monde

{C}

22 réponses à Revue de presse du 28/02/2015

pour lire les 22 réponses,cliquez sur le lien :http://www.les-crises.fr/revue-de-presse-du-28-02-2015/

Voir les commentaires

@Plyrique oh combien !!!

Publié le par bernard felli

Voir les commentaires

Assassinat de Boris Nemtsov : à qui profite le crime ?

Publié le par Felli Bernard

?????????????????????
?????????????????????

Assassinat de Boris Nemtsov : à qui profite le crime ?

Publié par wikistrike.com sur 28 Février 2015, 10:38am

Catégories : #Politique internationale

Boris Nemtsov était l'un des opposants les plus farouches au régime du Président Vladimir Poutine. Il est tombé cette nuit, assassiné dans les rues de Moscou non loin du Kremlin. L'assassin l'a abattu de quatre balles dans le torse et s'est enfuit sans avoir pu être appréhendé. Depuis quelques heures la presse occidentale et surtout la presse de Kiev s'acharne médiatiquement sur cet événement, les uns en appuyant sur l'opposition de ce personnage politique d'importance en Russie, les autres en indiquant qu'il a été assassiné par Poutine.

Mais à qui profite le crime ? Croire que le Président Poutine, dans l'état actuel de la très forte popularité où il se trouve, avec un soutien populaire inédit de l'ordre des 75 % de popularité, pourrait s'avancer à ordonner un acte aussi terrible est mal connaître et la Russie et les Russes. Les médias occidentaux citent la participation de Nemtsov au ministère de Boris Eltsine, un homme désormais détesté en Russie et considéré comme l'une des plaies de la période noire de l'après effondrement de l'Union soviétique. Si en Occident il fait référence, malgré son alcoolisme internationalement reconnu, en Russie, il est plutôt vu comme l'homme qui mena la Russie dans un état proche de l'anarchie, période où la mafia était toute puissante et la corruption galopante.

Ce serait insulter l'intelligence et l'habileté du chef de l'Etat de la Fédération de Russie, de penser qu'il aurait besoin d'un tueur pour supprimer un opposant politique qui ne représentait qu'une infime frange de la population russe et qui ne représentait plus guère que lui-même, même s'il devait prendre la tête d'une marche de protestation dans quelques jours. Rappelons que lors des dernières marches de ce genre, à Moscou, les médias occidentaux avaient repris des images des manifestations de 1991, où se trouvait plus d'un million de personnes dans les rues, pour faire croire à l'opposition massive qui aurait été celle des années 2012 et 2013. En réalité, ces marches ont rassemblé entre 5 à 30 000 personnes, dans une ville de plus de 15 millions d'habitants alors que la Manif Pour Tous était capable à Paris de rassembler plus d'un demi-million de Français (un million selon les sources).

© Inconnu
L’assassinat de Jean Jaures

En deuxième lieu, le crime profitera grandement aux puissances occidentales qui dans le sillage des États-Unis sont engagés profondément dans le conflit ukrainien. Les USA sont à la manœuvre en Ukraine depuis le début des années 1990. Madame Timochenko et la femme du président Iouchtchenko étaient et sont sans doute restés des agents des USA zélés, les Américains se retrouvant de manière notable dans les « triturations » de la Révolution orange, puis du mouvement Euromaïdan. Les opérations de la CIA et les meurtres commis pendant la Guerre froide par les agents américains sont légions. Il est évident qu'ils ont le cynisme et l'infrastructure pour l'organisation d'une telle opération. Elle profitera aussi par effet boomerang également à l'Union européenne. Dans l'affaire de l'avion malaisien, les enquêtes européennes avaient été classées secret défense, avec interdiction de divulgations, il est facile d'en comprendre la raison, les éléments des enquêteurs n'ayant pas mené vers la Russie, il devenait difficile de communiquer sur une « Russie coupable ». L'événement fut toutefois exploité au maximum par les médias européens, mais retomba bien vite. Les médias européens auront donc du grain à moudre et pourront noircir des pages sans fin.

© Inconnu

Il n'était pas possible de faire plus de mal à la Russie et par répercussion à la Novorossia, que de tuer Boris Nemtsov. Les médias occidentaux avaient déjà enfoncé dans la tête des Européens que des journalistes étaient assassinés par centaines en Russie, bientôt ils penseront que les politiciens russes tombent comme des mouches sous le poignard du Président Poutine. Le citoyen lambda qui réfléchira, se demandera bien pour quelle raison, le président russe aurait donné l'ordre d'assassiner en pleine rue, un homme qui assassiné deviendrait un chancre pour son gouvernement, exploitable à grande échelle par cette presse propagandiste dégoulinante que nous possédons en Occident. Nous devons nous attendre, à un acharnement sans précédent. Le Président Poutine avait fait un sans-faute dans la gestion de la crise ukrainienne. Boris Nemtsov est un cadavre qui sera difficile à digérer par Vladimir Poutine. Le coup porté est magistral, car même si Poutine a déclaré mettre tout en œuvre pour que l'enquête soit menée à son terme et le ou les assassins mis sous les verrous, la procédure, les résultats resteront sujet à caution. Montré du doigt, le coupable tout trouvé de l'Occident sera mis en porte-à-faux même si le ou les coupables étaient arrêtés. Il pourra aussi motiver une relance de l'opposition « démocratique » pilotée de l'Occident et visant à abattre Poutine.

© Inconnu

L'événement est un réel coup dur pour Poutine et la Russie. Il va permettre dans les semaines à venir une dangereuse montée de la russophobie en France. Déjà, il y a quelques semaines, nous ressentions déjà son augmentation dans les médias français, mais la population était clairement en train de pencher en faveur du Président Poutine et de la Russie. La bataille médiatique était en train d'être perdue, à cause du caractère ignoble des bataillons de tueurs nazis en Ukraine, les nombreux faux pas des médias. Comme en novembre dans le magazine Elle qui présentait une néo-nazie de 19 ans comme une blanche colombe, ou encore hier dans les ondes de France Info où les soudards racistes et antisémites du bataillon Azov étaient présentés comme des héros. Cette sauce ne prenait pas ou mal. Avec ce meurtre, qui sera indubitablement mis sur le dos du président russe, toute la donne des cartes internationales vole en éclat. Elle donnera raison au régime de Porochenko, aux va-t'en guerre nationalistes nazis de Svoboda et du Pravy Sektor et à toute la horde des Je Suis Charlie de France et d'ailleurs qui sera lancée et poussée par une propagande savamment menée dans une hystérie de russophobie. Lorsque Jean Jaurès tombait frappé à mort sur une terrasse de café parisien, c'était le dernier rempart vers la haine viscérale « du boche » qui chancelait. Vous pouvez imaginer ce que cela donnera pour la mort de Boris Nemtsov.

© Inconnu

Un esprit éclairé verra bien que la mort de l'opposant ne pouvait en rien profiter à Poutine. Or si elle ne pouvait pas lui profiter, à qui profite-t-elle le plus ? Il suffit de réfléchir un tant soit peu à cette question pour se faire une idée de ceux qui en tireront les dividendes. Cette mort ne menace certainement pas la paix entre l'Union européenne et la Russie. Nous n'en sommes pas là. Mais elle va faire peser une menace nouvelle sur la Novorossia. Fragilisée, la trêve pourrait très bien voler en éclat, sous la pression des « alliés » nationalistes d'extrême droite de Porochenko qui se débarrassera ainsi d'une pression palpable sur son régime. En lâchant à nouveau les loups sur la Novorossia, il pourrait ainsi satisfaire la fraction la plus extrême de son pays. Ce sont des gens bien armés et formés en bataillons. En reprenant, la guerre pourrait devenir très chaude. Notamment dans le cas d'une victoire encore plus nette des insurgés. Une option qui signifierait sans doute un engagement plus concret des USA et de l'Union européenne avec la fourniture massive d'armes, voire l'envoi de troupes. Même si la Russie comme l'a reconnu l'OTAN en personne n'entretient pas de troupes aux côtés des insurgés, un revirement de situation en faveur des Ukrainiens plus soutenus par l'Occident pourrait faire revoir sa copie au Président Poutine, soit qu'il doive « se coucher » partiellement, soit qu'il soit forcé d'intervenir directement dans le conflit. Nous serions alors non loin d'une guerre dès lors dangereuse pour toute l'Europe.

Il faudra beaucoup de persévérances demain aux Européens russophiles et qui aiment la Russie pour faire front aux avanies qu'ils reçoivent déjà, comme c'est souvent notre cas, par le biais des réseaux sociaux et des commentaires divers sur internet. Souhaitons, à tous les Russes, à tous les gens du Donbass, de pouvoir faire face avec dignité et succès dans ce nouveau coup du sort qui les frappe. L'âme de Boris Nemtsov n'est pas prête de reposer en paix.

Source

SANS PAROLE

SANS PAROLE

SANS PAROLE

SANS PAROLE

Propagande anti-russe

Propagande anti-russe

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>