Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La Légion étrangère commémore Camerone (vidéo )

Publié le par bernard felli

Voir les commentaires

La Légion étrangère commémore Camerone

Publié le par Felli Bernard

CAMERON
CAMERON

La Légion étrangère commémore Camerone


29/04/2015 Armée de Terre

La cérémonie de commémoration du combat de Camerone se déroulera le jeudi 30 avril 2015 au quartier Vienot à Aubagne (Bouches-du-Rhône).

Placée sous l’autorité militaire du général de division Jean Maurin, commandant la Légion étrangère, la prise d’armes sera présidée par le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées. Pour le défilé final, la Patrouille de France survolera la cérémonie.
Les portes du quartier Vienot seront ensuite ouvertes à tous. Des aubades de la Musique de la Légion étrangère, des stands, animations et attractions foraines vous seront proposés l’après-midi et la soirée du 30 avril, ainsi que le 1er mai de 10h30 à 22h. L’élection de Miss Képi Blanc aura lieu quant à elle le 30 avril à 21h.

Considéré comme le fait d’armes le plus célèbre de la Légion étrangère, le combat de Camerone symbolise la force d’intégration de la Légion étrangère et consacre ses valeurs : caractère sacré de la mission, la fidélité à la parole donnée et le destin choisi et accepté par tous.
Ces mêmes festivités auront lieu dans tous les régiments de la Légion étrangère et partout où un légionnaire se trouve sur la planète, en régiment ou en opération, ce combat sera commémoré.

Pour plus d’information sur les festivités : http://camerone.legion-etrangere.com

inShare4

Repost 0

Published by RP Defense dans france légion etrangère camerone foreign legion fremde legiondéfense aubagne defence
commenter cet article

Voir les commentaires

Chine : bientôt la fin des droits sur les exportations de terres rares

Publié le par Felli Bernard

Un tas de terres rares au Port de Lianyungang, dans la province du Jiangsu, prêtes à être exportées vers le Japon. [Photo / IC]
Un tas de terres rares au Port de Lianyungang, dans la province du Jiangsu, prêtes à être exportées vers le Japon. [Photo / IC]

Chine : bientôt la fin des droits sur les exportations de terres rares

( Source: le Quotidien du Peuple en ligne )

Une mesure qui devrait stimuler les expéditions de minéraux essentiels pour le secteur de la technologie

Un tas de terres rares au Port de Lianyungang, dans la province du Jiangsu, prêtes à être exportées vers le Japon. [Photo / IC]

Les droits d'exportation sur les terres rares seront éliminés le 1er mai, a déclaré le ministère des Finances dans un communiqué le 24 avril, un mouvement qui selon les analystes pourrait stimuler les exportations chinoises de la ressource limitée.

Les terres rares - un groupe de minéraux cruciales pour les industries de la technologie et de la défense ainsi que le tungstène et le molybdène - seront exemptées de droits de douane, et les produits en aluminium forgé pourront également profiter d'un taux zéro, selon le communiqué..

Selon Du shuaibing, analyste chez Baichuan information, un cabinet de conseil en ressources naturelles, le mouvement permettra de réduire les prix des terres rares de 20 à 25%.

« Les volumes d'exportation de terres rares devraient augmenter considérablement, ce qui aidera les producteurs à digérer les stocks », a dit Du.

Cette mesure aura également un impact sur les prix internationaux de terres rares, parce que les exportations à prix bas en provenance de Chine auront une incidence sur les ventes de terres produites dans d'autres pays et régions.

Les métaux sont utilisés dans des produits aussi variés que les iPhones et les éoliennes.

En 2014, les exportations de terres rares ont atteint 28 000 tonnes métriques, en hausse de 27,3% en glissement annuel. Le prix moyen à l'exportation a été de 83.000 yuans (environ 12 300 euros) par tonne métrique, en baisse de 47,8%.

Toutefois, Du a confié que les impôts sur les ressources et l'environnement, qui ont causé des coûts de production et donc une hausse des prix, sont encore la principale préoccupation dans le marché.

Il est également crucial de punir lourdement l'exploitation minière illégale et la contrebande, des facteurs qui conduisent à une offre excédentaire, selon Du..

Les six grands groupes chinois de production de terres rares, qui dominent les exportations, sont attendus pour compléter la plupart des travaux nécessaires à l'intégration des petites mines et des fonderies d'ici la fin de 2015.

La Chine est le plus grand producteur et exportateur mondial de minéraux. L'industrie est cependant en proie à des problèmes, y compris l'exploitation minière illégale, la contrebande et un manque de compétitivité due à la recherche et le développement faibles.

Le pays a augmenté ses tarifs et imposé des quotas de production strictes en 2010 dans le but non seulement de protéger ses ressources limitées, mais aussi de réduire l'impact environnemental de l'extraction. Les importateurs au Japon, en Europe et aux États-Unis ont plaint que la mesure avait violé les règles commerciales.

Les actions de producteurs de terres rares ont bondi jeudi dernier après l'annonce. Mais d'après Du, les participants à l'industrie auront une vue plus mesurée des changements de politique.

Des mouvements clés pour l'industrie

Avant 2003: les exportations sont encouragées avec des promotions.

2003 - 06: les exportations sont limitées, avec des remises supprimées.

2006-14: les plafonds sur les exportations sont élevés, les tarifs d'exportation s'élève chaque année.

1 janvier 2015: le plan de mise en oeuvre de tarifs appliqué.

Voir les commentaires

Forte explosion dans l'est de la Syrie: 25 morts au sein de Daesh

Publié le par Felli Bernard

30 avril 2015

Forte explosion dans l'est de la Syrie: 25 morts au sein de Daesh

30 avril 2015 Romandie.com (AFP)

Beyrouth - Quelque 25 membres du groupe Etat islamique ont été tués par une puissante déflagration survenue dans une usine d'explosifs de la province de Deir Ezzor (est de la Syrie), a indiqué mercredi soir l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

L'OSDH a indiqué ne pas connaître pour l'instant la cause de l'explosion, accidentelle ou provoquée par un missile.

Une forte explosion a eu lieu ce soir dans une usine d'explosifs de l'EI dans la ville de Al-Mayadine dans la province de Deir Ezzor. Plusieurs autres explosions ont suivi et secoué toute la ville. Vingt-cinq combattants de l'EI sont morts, une vingtaine d'autres ont été blessés, a poursuivi l'Observatoire.

L'EI contrôle depuis l'été dernier la quasi- totalité de la province de Deir Ezzor fontaliere avec l'Irak, à l'exception d'une partie de la ville de Deir Ezzor elle-même, ainsi que d'autres petites zones moins stratégiques.

inShare

0

Published by RP Defense dans gulf & middle east syrie syria daesh terrorisme défensedefence deir ezzor

Voir les commentaires

Des milliers de Frères Kouachi ravagent le Nord...

Publié le par bernard felli

Voir les commentaires

Des milliers de Frères Kouachi ravagent le Nord syrien avec l’aide de l’Occident

Publié le par Felli Bernard

Le cheikh saoudien Abdallah al Mouhaysni et l’émir Al Muslim le tchétchène, 2 des commandants de la bataille de Jisr al Choughour

Le cheikh saoudien Abdallah al Mouhaysni et l’émir Al Muslim le tchétchène, 2 des commandants de la bataille de Jisr al Choughour


Bahar Kimyongür

|

28 avril 2015

Article en PDF :

Plus personne ne met en doute le soutien apporté par les USA au terrorisme djihadiste en Afghanistan du temps de l’URSS et à l’un de ses chefs, le Saoudien Oussama Ben Laden. Cette vérité fait partie de ces généralités que Monsieur tout le monde sort volontiers dans une discussion de comptoir ou au coin du feu sans que cela ne choque. Aujourd’hui, la collaboration machiavélique entre les barbares de Washington, leurs alliés « sunnites » du Conseil de coopération du Golfe, Ankara et Al Qaeda est accueillie avec le même flegme. Mais attention au retour de flamme. Car la Syrie n'est qu'à mi-chemin entre Paris et Kaboul.



Le cheikh saoudien Abdallah al Mouhaysni et l’émir Al Muslim le tchétchène, 2 des commandants de la bataille de Jisr al Choughour

Un "tout petit carnage" à Charlie Hebdo de 12 morts, tout petit comparé aux dizaines de milliers d’Arabes victimes du terrorisme et de la guerre au Moyen Orient, et le président Hollande déclarait la France "touchée dans son coeur".

Depuis 4 ans, le coeur des Syriens est chaque jour criblé de balles, des mêmes balles que celles qui ont décimé la rédaction de Charlie Hebdo. Rien que ces dernières semaines, des centaines de soldats et de civils syriens ont été massacrés à Alep et Idlib au Nord, à Hama au centre et à Deraa au Sud. Depuis un mois, le coeur des Yéménites saigne aussi. Ce pays du bout de la Péninsule arabique est pris en étau entre une "coalition sunnite" aérienne conduite par l’Arabie saoudite et une "coalition sunnite" au sol conduite par Al Qaeda.

Les auteurs du carnage de Paris, les frères Kouachi, se revendiquaient précisément d’Al Qaeda au Yémen, cette organisation terroriste appuyée par le Conseil de Coopération du Golfe (CCG) lui-même allié de l’OTAN contre les forces patriotiques yéménites.

Au même moment, une autre "coalition sunnite" conduite par le Front al Nosra, branche syrienne d’Al Qaeda lançait une offensive sans précédent dans le Nord syrien depuis le territoire turc.

En moins d’un mois, cette coalition qui se fait nommer "l’Armée de la Conquête" (Jaysh al Fath) s’est emparée de deux villes stratégiques situé à quelques kilomètres seulement de la Turquie : Idlib et Jisr al Choughour.

Des milliers de Frères Kouachi ont ainsi déferlé depuis la province d’Antioche en territoire turc sur la province d’Idlib armés de missiles anti-tanks américains TOW et de MANPAD anti-aérien américains.

Rien ne semble pouvoir arrêter cette armada terroriste qui ravage tout sur son passage à coup d’attaques kamikazes de masse.

Seule la noria d’ambulances turques évacuant les combattants terroristes vers les hôpitaux de la ville turque d’Antakya semble témoigner du degré d’implicaton d’Erdogan dans les batailles faisant rage à Idlib.

Mais il y a aussi des indices clairs d’une implication US directe tant du point de vue de la logistique que de la stratégie. L’invasion du Nord de la Syrie par le Front al Nosra depuis la Turquie survient en effet au moment du lancement par Washington et Ankara d’un programme d’entrainement sur mesure pour les "rebelles syriens modérés" ("modérés" par rapport à Daech, c’est dire...) dans les casernes de la gendarmerie turque.

Ce programme appelé en turc ’Egit-Donat’ (Formation et Equipement) a suscité la colère de la population d’Antioche qui a manifesté ce samedi en arborant des drapeaux syriens et des portraits d’Assad.

Les experts en stratégie militaire sont unanimes sur un point : "l’Armée de la Conquête" pro-Al Qaeda doit son succès dans le Nord syrien à la réconciliation entre le sultan turc Erdogan, le Roi saoudien Salmane et l’émir qatari Tamir. Cet aveu révèle les liens profonds qui existent entre l’organisation de Ben Laden et les alliés "sunnites" de l’Occident. (*)

Il banalise l’idée que l’organisation barbare qui a abattu les tours jumelles à New York en 2001, ensanglanté Madrid en 2004, Londres en 2005 et Paris en 2015 est l’allié de l’Occident contre tous les Etats et entités non alignés du Moyen-Orient : la Syrie, l’Iran, le Yémen et le Hezbollah.

Un simple rappel à toutes les belles âmes qui considèrent Al Qaeda comme un moindre mal en Syrie : les terroristes qui occupent aujourd’hui Jisr al Choughour se sont livrés à des exécutions publiques et autres scènes d’horreur dans toute la campagne de la province d’Idlib.

Ces mêmes terroristes ont envahi la côte syrienne le 4 août 2013, massacrant et prenant en otage des centaines de villageois alaouites de la province de Lattaquié. L’ONG HRW a publié un rapport accablant à ce sujet intitulé : "On peut encore voir leur sang".

Au printemps 2014, ils ont occupé et pillé le village arménien de Kessab dans la province de Lattakieh avant d’être repoussés par l’armée syrienne et les Forces de défense nationale (NDF).

Il y a quelques jours, le village d’Ichtibraq dans la province d’Idlib a subi un raid terroriste. Les survivants de ce village aujourd’hui désert évoquent le massacre d’une trentaine de civils, vieillards et enfants inclus, par le Front al Nosra (Al Qaeda en Syrie). Le crime des suppliciés ? Simplement être des alaouites, des "mécréants noussayris" selon la rhétorique de leurs bourreaux. Bienvenue dans la Syrie "libérée" par Al Qaeda !

(*) Le mot "sunnite" est placé entre guillemets pour 2 raisons : 1. Tous les Etats sunnites ne se sentent pas forcément représentés par la coalition saoudienne. L’Algérie sunnite et le Sultanat d’Oman, membre du CCG, n’en font pas partie de la coalition anti-Yemen. 2. Les cibles visées par les différentes coalitions pro-Saoud sont elles aussi sunnites : l’armée syrienne est majoritairement composée de soldats sunnites et la rébellion houthie au Yémen est elle aussi alliée à plusieurs tribus sunnites.

Bahar Kimyongür

Source : Investig’Action

Voir les commentaires

Des milliers de Frères Kouachi ravagent le Nord syrien avec l’aide de l’Occident

Publié le par Felli Bernard

Le cheikh saoudien Abdallah al Mouhaysni et l’émir Al Muslim le tchétchène, 2 des commandants de la bataille de Jisr al Choughour

Le cheikh saoudien Abdallah al Mouhaysni et l’émir Al Muslim le tchétchène, 2 des commandants de la bataille de Jisr al Choughour

Des milliers de Frères Kouachi ravagent le Nord syrien avec l’aide de l’Occident
Bahar Kimyongür

|

28 avril 2015

Article en PDF :

Plus personne ne met en doute le soutien apporté par les USA au terrorisme djihadiste en Afghanistan du temps de l’URSS et à l’un de ses chefs, le Saoudien Oussama Ben Laden. Cette vérité fait partie de ces généralités que Monsieur tout le monde sort volontiers dans une discussion de comptoir ou au coin du feu sans que cela ne choque. Aujourd’hui, la collaboration machiavélique entre les barbares de Washington, leurs alliés « sunnites » du Conseil de coopération du Golfe, Ankara et Al Qaeda est accueillie avec le même flegme. Mais attention au retour de flamme. Car la Syrie n'est qu'à mi-chemin entre Paris et Kaboul.





Un "tout petit carnage" à Charlie Hebdo de 12 morts, tout petit comparé aux dizaines de milliers d’Arabes victimes du terrorisme et de la guerre au Moyen Orient, et le président Hollande déclarait la France "touchée dans son coeur".

Depuis 4 ans, le coeur des Syriens est chaque jour criblé de balles, des mêmes balles que celles qui ont décimé la rédaction de Charlie Hebdo. Rien que ces dernières semaines, des centaines de soldats et de civils syriens ont été massacrés à Alep et Idlib au Nord, à Hama au centre et à Deraa au Sud. Depuis un mois, le coeur des Yéménites saigne aussi. Ce pays du bout de la Péninsule arabique est pris en étau entre une "coalition sunnite" aérienne conduite par l’Arabie saoudite et une "coalition sunnite" au sol conduite par Al Qaeda.

Les auteurs du carnage de Paris, les frères Kouachi, se revendiquaient précisément d’Al Qaeda au Yémen, cette organisation terroriste appuyée par le Conseil de Coopération du Golfe (CCG) lui-même allié de l’OTAN contre les forces patriotiques yéménites.

Au même moment, une autre "coalition sunnite" conduite par le Front al Nosra, branche syrienne d’Al Qaeda lançait une offensive sans précédent dans le Nord syrien depuis le territoire turc.

En moins d’un mois, cette coalition qui se fait nommer "l’Armée de la Conquête" (Jaysh al Fath) s’est emparée de deux villes stratégiques situé à quelques kilomètres seulement de la Turquie : Idlib et Jisr al Choughour.

Des milliers de Frères Kouachi ont ainsi déferlé depuis la province d’Antioche en territoire turc sur la province d’Idlib armés de missiles anti-tanks américains TOW et de MANPAD anti-aérien américains.

Rien ne semble pouvoir arrêter cette armada terroriste qui ravage tout sur son passage à coup d’attaques kamikazes de masse.

Seule la noria d’ambulances turques évacuant les combattants terroristes vers les hôpitaux de la ville turque d’Antakya semble témoigner du degré d’implicaton d’Erdogan dans les batailles faisant rage à Idlib.

Mais il y a aussi des indices clairs d’une implication US directe tant du point de vue de la logistique que de la stratégie. L’invasion du Nord de la Syrie par le Front al Nosra depuis la Turquie survient en effet au moment du lancement par Washington et Ankara d’un programme d’entrainement sur mesure pour les "rebelles syriens modérés" ("modérés" par rapport à Daech, c’est dire...) dans les casernes de la gendarmerie turque.

Ce programme appelé en turc ’Egit-Donat’ (Formation et Equipement) a suscité la colère de la population d’Antioche qui a manifesté ce samedi en arborant des drapeaux syriens et des portraits d’Assad.

Les experts en stratégie militaire sont unanimes sur un point : "l’Armée de la Conquête" pro-Al Qaeda doit son succès dans le Nord syrien à la réconciliation entre le sultan turc Erdogan, le Roi saoudien Salmane et l’émir qatari Tamir. Cet aveu révèle les liens profonds qui existent entre l’organisation de Ben Laden et les alliés "sunnites" de l’Occident. (*)

Il banalise l’idée que l’organisation barbare qui a abattu les tours jumelles à New York en 2001, ensanglanté Madrid en 2004, Londres en 2005 et Paris en 2015 est l’allié de l’Occident contre tous les Etats et entités non alignés du Moyen-Orient : la Syrie, l’Iran, le Yémen et le Hezbollah.

Un simple rappel à toutes les belles âmes qui considèrent Al Qaeda comme un moindre mal en Syrie : les terroristes qui occupent aujourd’hui Jisr al Choughour se sont livrés à des exécutions publiques et autres scènes d’horreur dans toute la campagne de la province d’Idlib.

Ces mêmes terroristes ont envahi la côte syrienne le 4 août 2013, massacrant et prenant en otage des centaines de villageois alaouites de la province de Lattaquié. L’ONG HRW a publié un rapport accablant à ce sujet intitulé : "On peut encore voir leur sang".

Au printemps 2014, ils ont occupé et pillé le village arménien de Kessab dans la province de Lattakieh avant d’être repoussés par l’armée syrienne et les Forces de défense nationale (NDF).

Il y a quelques jours, le village d’Ichtibraq dans la province d’Idlib a subi un raid terroriste. Les survivants de ce village aujourd’hui désert évoquent le massacre d’une trentaine de civils, vieillards et enfants inclus, par le Front al Nosra (Al Qaeda en Syrie). Le crime des suppliciés ? Simplement être des alaouites, des "mécréants noussayris" selon la rhétorique de leurs bourreaux. Bienvenue dans la Syrie "libérée" par Al Qaeda !

(*) Le mot "sunnite" est placé entre guillemets pour 2 raisons : 1. Tous les Etats sunnites ne se sentent pas forcément représentés par la coalition saoudienne. L’Algérie sunnite et le Sultanat d’Oman, membre du CCG, n’en font pas partie de la coalition anti-Yemen. 2. Les cibles visées par les différentes coalitions pro-Saoud sont elles aussi sunnites : l’armée syrienne est majoritairement composée de soldats sunnites et la rébellion houthie au Yémen est elle aussi alliée à plusieurs tribus sunnites.

Bahar Kimyongür



Source : Investig’Action

Voir les commentaires

Une crise, quelle crise ?al-Quaida prend le...

Publié le par bernard felli

Voir les commentaires

Une crise, quelle crise ?al-Quaida prend le contrôle en Syrie

Publié le par Felli Bernard

Neil Clark
Neil Clark

Une crise, quelle crise ?
al-Quaida prend le contrôle en Syrie

Par Neil Clarck – Source Russia Today

Comme tout le monde, vous avez pu voir aux infos que les rebelles affiliés à al-Qaida avaient pris le contrôle de presque toute la dernière ville encore tenue par le gouvernement dans la province d’Idlib, au nord de la Syrie.

C’est une nouvelle très importante car cela veut dire que les régions côtières encore sous contrôle du gouvernement, dont le port de Lattaquié qui est une place forte baathiste, sont directement menacées. C’est une avancée majeure pour la cause islamiste mais le plus frappant dans cet événement est l’absence totale d’inquiétude et de réaction de la part des gouvernements occidentaux.

On pourrait penser que ces gouvernements soient alarmés par les avancées d’al-Qaida, vu le nombre d’Occidentaux tués dans la guerre contre la terreur en Afghanistan.

En fait, le manque d’inquiétude envers les avancées des militants en Syrie montre l’hypocrisie totale de la politique étrangère occidentale. Ses élites prétendent combattre l’islamisme radical alors qu’en Syrie, ils font tout ce qu’ils peuvent pour que celui qui combat contre cet islamisme radical, le gouvernement laïque syrien, soit affaibli et finalement vaincu.

Le mois dernier, le président syrien Assad a attiré l’attention sur la prétendue guerre occidentale contre le groupe État islamique. Il a fait remarquer que qu’il n’y avait que dix raids aériens par jour contre ce groupe de la part de pays qui se disent riches et modernes. «L’armée de l’air syrienne, qui est faible en comparaison de celle de la coalition, conduit en une seule journée beaucoup plus de raids aériens que la coalition qui regroupe soixante pays. Cela n’a pas de sens. Cela montre leur manque de sérieux… Il n’y a aucun effort sérieux pour vaincre le groupe terroriste État Islamique. » a dit Assad.

Au lieu d’essayer de vaincre le terrorisme, l’Occident et ses alliés le soutiennent.

Israël, le pays dont nos propagandistes nous répètent à l’envi qu’il est sur la ligne de front de la guerre contre la terreur, agit en tant qu’allié d’al-Qaida sur le front syrien. Il a lancé une dizaine de raids aériens sur la Syrie depuis 2012 mais pas un seul n’était dirigé contre le groupe islamiste combattant l’armée d’Assad; tous ces raids visaient soit des cibles gouvernementales soit des groupes se battant aux cotés d’Assad contre les terroristes, comme, par exemple, le raid qui a tué un général iranien et six combattants du Hezbollah. (Aujourd’hui, on apprend qu’une autre frappe aérienne a tué quatre militants sur la frontière israélo-syrienne, mais il n’est pas précisé à quel groupe appartiennent ces militants.)


En mars, il a étét annoncé qu’Israël avait ouvert ses frontières avec la Syrie pour fournir une assistance médicale aux militants d’al-Nusra, groupe affilié à al-Qaida, et, après les avoir soignés, qu’Israël les avait ramenés à la frontière syrienne pour qu’ils continuent leur combat contre un gouvernement syrien séculaire qui protège les chrétiens et autres minorités religieuses.

L’aide apportée par les forces de défense israéliennes aux rebelles syriens sur le plateau du Golan a été documentée par toute une série de rapports de l’ONU.

Mais Israël ne veut visiblement pas que ses activités en Syrie soient mises en lumière.

Un druze syrien qui postait sur internet des informations détaillant la coopération d’Israël avec le front al-Nusra a été arrêté, plus tôt dans l’année, sur la partie du Golan occupée par Israël.

Évidemment, aucune campagne Je Suis Sidqi al-Maqt n’a encore été lancée par les moralistes de la liberté d’expression en Occident. Comme l’a fait remarquer Media Lens, organisation de surveillance des médias: «Il n’y a pas de Je Suis Charlie quand il s’agit de critiquer Israël.»

«Il semble que maintenant Israël se soit allié directement avec al-Qaida en Syrie, écrit Asa Winstanley dans le Middle East Monitor. C’est une alliance tactique pour que la guerre civile se prolonge et que le sang continue à couler.»

Cette alliance entre Israël et al-Qaida, il y a très peu de publicité en Occident, si ce n’est aucune. Nous ne voyons aucun débat dans nos sociétés soi-disant ouvertes et démocratiques pour expliquer pourquoi un de nos grands partenaires aide ceux que l’on nous présente comme nos plus mortels ennemis. A la place, le débat tenu par les néocons pro-israéliens et la fausse gauche, jouant les humanitaires très inquiets pour le peuple syrien, porte sur l’imposition d’un blocus aérien qui affaiblirait encore plus le gouvernement syrien dans sa défense du pays contre le terrorisme. Ils veulent renverser le gouvernement syrien non pas pour son score en termes de droits de l’homme mais à cause de son alliance avec l’Iran et le Hezbollah.

Bien sur, Israël n’est pas la seule puissance du Moyen-Orient à vouloir éliminer Assad. L’Arabie saoudite cherche aussi à le renverser et semble avoir accéléré ses efforts en ce sens depuis l’accession du roi Salman au trône en début d’année. Dans le Washington Post, Liz Sly met les dernières avancées rebelles sur le compte du rôle accru de l’Arabie saoudite et de ses alliés régionaux.

Les armes fournies aux soi-disant rebelles modérés sont, quelle surprise, tombées dans les mains des groupes affiliés à al-Qaida. En mars dernier, le journal britannique Daily Mail a montré des photos de combattants du front al-Nusra posant à coté de missiles américains qu’ils avaient capturés aux rebelles soutenus par les Occidentaux.

«al-Qaida s’empare de villes syriennes grâce à des armes sophistiquées américaines fournies aux modérés. Si vous pensez que cela n’était pas planifié, vous feriez mieux d’y repenser», tweete Edward Dark, un analyste et activiste basé en Syrie.

La chute imminente d’Assad a déjà souvent été faussement proclamée, surtout par les néocons qui ne peuvent pas le sentir. Mais les dernières avancées d’al-Qaida sont très préoccupantes et, à moins que la situation sur le terrain ne change rapidement, alors les jours restants du gouvernement laïc de Damas sont comptés.


Les islamistes seraient déjà sur Damas si le parlement britannique avait voté pour un bombardement de la Syrie en 2013, comme le souhaitaient les néocons. «Si David Cameron avait obtenu ce qu’il demandait, les jihadistes contrôleraient Damas maintenant, a écrit Peter Ford, ancien ambassadeur britannique en Syrie, dans une violente critique de la politique britannique en Syrie éditée par The Guardian. En appeler au renversement du gouvernement laïc syrien, le diaboliser de manière outrageuse, prédire sa chute prochaine comme Cameron et (le ministre des Affaires étrangères) Hague l’ont fait en 2012 et 2013, pour ensuite gémir qu’ils n’y étaient pour rien quand les musulmans britanniques sont partis là bas pour se rallier aux jihadistes est un non-sens total», a déclaré l’ambassadeur.

Cette approche est effectivement un non-sens, mais seulement si l’on prend pour argent comptant les déclarations des responsables politiques qui prétendent faire une guerre implacable à al-Qaida. En réalité leur guerre est loin d’être implacable. Si elle devait l’être, alors les dirigeants occidentaux devraient travailler main dans la main avec Assad contre les jihadistes et non pas le contraire comme ils le font actuellement.

Le fait qu’ils ne semblent pas du tout préoccupés par les récentes avancées d’al-Qaida en Syrie démontre, une fois de plus, que ce n’est pas l’islamisme radical qui inquiète l’Occident, mais un gouvernement laïc, indépendant, qui ne veut simplement pas courber l’échine devant le lobby de la guerre sans fin.

Traduit par Wayan, relu par jj pour le Saker Francophone

790

Membres du groupe jihadiste Front Al-Nusra (AFP Photo)

Membres du groupe jihadiste Front Al-Nusra (AFP Photo)

Voir les commentaires

Obama reconnaît que le Maïdan est l'œuvre de...

Publié le par bernard felli

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>