Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le sommet Russie-UE réduit au minimum

Publié le par Bernard Felli

Le sommet Russie-UE réduit au minimum

Le sommet Russie-UE réduit au minimum
http://ombre43.over-blog.com

Voir les commentaires

Le sommet Russie-UE réduit au minimum

Publié le par Felli Bernard

Le sommet Russie-UE réduit au minimum

~~Nezavissimaïa gazeta Nezavissimaïa gazeta © Fotolia/ jorisvo 11:44 28/01/2014 MOSCOU, 28 janvier - RIA Novosti

Contrairement au passé, l'actuel sommet Russie-UE à Bruxelles ne durera qu'une journée et sa composition sera plus intimiste, écrit mardi 28 janvier le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Selon des sources diplomatiques, ce format a été adopté à cause de la crise entre Moscou et Bruxelles exacerbée en raison de l'Ukraine. Le nouveau format du sommet contribuera à approfondir les discussions politiques, selon le président du Conseil européen Herman Van Rompuy. La Russie y sera représentée par le président Vladimir Poutine et le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Hormis Van Rompuy, l'UE sera représentée par le président de la Commission européenne José Manuel Barroso et la haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Catherine Ashton. "Nous avons beaucoup d'intérêts communs, qui nous poussent à interagir de manière constructive, a souligné Van Rompuy. Mais nous entretenons également certains différends qu'il est nécessaire de discuter et de tirer au clair. Nous devons nous concentrer sur notre voisinage commun, le processus d'intégration régional et les engagements internationaux."

Un haut fonctionnaire de l'UE, qui a souhaité garder l'anonymat, a expliqué aux journalistes que ce format réduit de réunion avait été proposé par Bruxelles à l'issue du sommet de Vilnius sur le Partenariat oriental et la situation autour de l'Ukraine. Les Européens souhaitent également évoquer les plans de création d’une Union douanière par la Russie avec d'autres pays de l’espace postsoviétique.

Selon l'UE la Russie a renforcé sa politique protectionniste, ce qui fait du tort à l'économie européenne et ne respecte pas les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Le sommet d'aujourd'hui ne sera pas "une rencontre de routine, quand les parties suivent l'ordre du jour en cochant les cases", a déclaré la source anonyme. Il s'agira plutôt d'une discussion stratégique pour déterminer comment aller de l'avant. Après tout, "les partenaires doivent respecter leurs engagements et c'est une base pour rétablir la confiance mutuelle".

Selon une source du ministère russe des Affaires étrangères (MAE), Bruxelles voulait même réduire toute la "discussion stratégique" à un seul déjeuner. Mais Moscou a fait comprendre que le président russe ne se déplacerait pas à Bruxelles dans ce cas.

Un compromis a finalement été trouvé: le sommet se composera de trois parties : des pourparlers dans un format réduit entre les dirigeants, un déjeuner de travail et une conférence de presse. Le Kremlin est persuadé que le potentiel de la coopération UE-Russie est loin d'être pleinement exploité. "Malheureusement, on ne parvient toujours pas à avancer dans la formation de quatre espaces d'interaction communs : économique, la liberté et la sécurité, la sécurité extérieure, la science et l'éducation", estime le conseiller du président russe Iouri Ouchakov.

Selon lui, les processus d'intégration européen et eurasiatique à long terme seront "sincèrement et substantiellement" discutés à Bruxelles.

La Russie et l'UE ne prévoient pas de programme commun pour régler la situation en Ukraine. Parmi les autres thèmes de l’ordre du jour : la levée du régime de visas, la coopération dans le secteur énergétique et l'intensification des négociations sur un nouvelle accord de base. On évoquera, évidemment, l'économie mondiale, puisque la Russie présidera le G8 cette année.

Les parties analyseront les problèmes de sécurité, notamment le programme nucléaire iranien et la situation en Syrie. Le porte-parole de la Commission européenne Olivier Bailly avait déclaré plus tôt que le sommet se pencherait sur les questions des droits de l'homme et des libertés fondamentales.

Konstantin Dolgov, chargé des droits de l'homme auprès du MAE russe, estime que les Européens manquent de réalisme sur le problème des droits de l'homme.

Lors d'une récente discussion avec les députés européens, Konstantin Dolgov n'a pas entendu de jugements pesés et n'a pas constaté de leur part une volonté de connaître la véritable situation des droits de l'homme en Russie.

http://fr.ria.ru/presse_russe/20140128/200324458.html

Voir les commentaires

Le Premier ministre ukrainien démissionne

Publié le par Felli Bernard

Le Premier ministre ukrainien démissionne

~~AFP Publié le mardi 28 janvier 2014 à 09h30 - Mis à jour le mardi 28 janvier 2014 à 10h07

Le Premier ministre ukrainien, Mykola Azarov, a annoncé mardi qu'il avait présenté sa démission, dans un communiqué publié sur le site du gouvernement au moment où s'ouvrait une session extraordinaire du Parlement sur la crise en Ukraine. "J'ai pris la décision de demander au président (Viktor Ianoukovitch) d'accepter ma démission du poste de Premier ministre, pour créer les conditions supplémentaires d'un compromis politique et d'un règlement pacifique du conflit", a écrit M. Azarov.

"Aujourd'hui, le plus important est de préserver l'unité et l'intégrité de l'Ukraine. C'est bien plus important que toute ambition personnelle", a ajouté le chef du gouvernement.

Au Parlement, les députés qui doivent se prononcer sur une série de mesures, notamment sur l'éventuelle abrogation d'une législation répressive concernant les manifestations, ont commencé par entonner l'hymne national.

Une minute de silence a en outre été observée à la mémoire des personnes tuées à Kiev dans les violences (trois selon un bilan officiel).

Puis la séance a été interrompue pour parvenir à un accord sur l'ordre du jour de cette session extraordinaire. Sur le même sujet :

http://www.lalibre.be/actu/international/le-premier-ministre-ukrainien-demissionne-52e76a8f3570d7514c2bcb23?m_i=HjcHdpUEbIKZjsc%2Bj0%2BMGwFJBtF7L4ke28j4fe9gAoszviKrPuRt7hkH_lsV68doEprM2Ofou6t__JV68PDbWUoCMOxHF

Voir les commentaires

LIBERTE de la presse en danger

Publié le par Felli Bernard

LIBERTE de la presse en danger

~~ 26 janvier 2014

ALERTE LIBERTE DE LA PRESSE :

ça devient grave ! 26/1 22h30 : « un proche de deux journalistes free-lance m’appelle GARDE A VUE POUR CES DEUX JOURNALISTES ! 2 jourrnalistes connus pour faire toujours des photos chocs !

Monsieur Valls n’aime pas les photos qui dérangent ! auraient ils été témoins de violences policières ? La Garde à vue est utilisée comme moyen de pression, sur des JOURNALISTES intègres »

22h50 après les 2 journalistes en garde à vue, un prêtre aussi ! son tort : toujours avoir une caméra pour filmer. VALLS ne veut aucun témoin. Nous devons être solidaires. Nous devons être fort devant ces dérives totalitaires. Nous devons nous serrer les coudes. Nous devons diffuser la vérité.

C’est pour la FRANCE et pour nos libertés! Dernière photo : entre les CRS tout va bien. Mais quand les ordres arrivent d'en haut... GAV Dernière photo : entre les CRS tout va bien. Mais quand les ordres arrivent d’en haut… GAV —

23h00 ils sont actuellement derrières les barreaux dans le 5ème arrondissement. le meilleur moyen de les soutenir est de faire savoir l’information le plus largement. contre la répression, l’information libre, et l’indignation…

C’est Important ! DEFENDEZ LA LIBERTE !

23h42 : on apprend via les réseaux sociaux que le jeune journaliste Louis Witter, photo-reporter qui avait dénoncé à maintes reprises les arrestations arbitraires par des clichés célèbres, comme ceux du 14/7, est également arrêté.

Ironique, bravant le sort, il a publié sur son profil facebook un « selfie », un auto-portrait souriant depuis le bus de garde à vue.

C’est donc une véritable rafle de toute personne ayant eu des caméras aujourd’hui. L’heure est Grave.

Le mouvement Hollande-Demission vous invite au COURAGE.

La France en a besoin

00h51 : plus de 250 jeunes seraient parqués derrière les barbelés rue de l’évangile, la plupart iront en garde à vue. les photographes avaient pris des photos des moments précédent leur arrestation. Mais il ne faut pas que la vérité soit connue.

Valls a décidé que ce sont les manifestants qui sont violent, en aucun cas les arrestations ne doivent le paraître, alors, il faut supprimer les photos. Pour cela : intimider les journalistes.

Que va t’il se passer derrière les barreaux? Encore jeune, mais déjà dévoué : l'image et la vérité... Encore jeune, mais déjà dévoué : l’image et la vérité…

D’après des sources familiales, la police a certifié au téléphone : les journalistes auraient « volontairement » renoncé à être assisté par un avocat.

Oui bien sûr.

Il faut croire tout ce que nous dit la police…

9h50 : la fille d’une journaliste inquiète : le dossier de sa mère aurait déjà été « transmis au parquet ».

Pendant ce temps on apprend qu’un autre journaliste indépendant manque à l’appel.

Un journaliste breton. .

http://hollande-demission.fr/liberte-de-la-presse-en-danger/

Voir les commentaires

Bâle 3 : Il faut reprendre le contrôle sur les...

Publié le par Bernard Felli

Bâle 3 : Il faut reprendre le contrôle sur les normes bancaires
http://ombre43.over-blog.com

Voir les commentaires

Bâle 3 : Il faut reprendre le contrôle sur les normes bancaires !

Publié le par Felli Bernard

~~par Laurent Pinsolle (son site) lundi 27 janvier 2014

~~ Malheureusement, l’information n’a pas fait la une des grands médias.

C’est The Economist qui en a fait un sujet majeur il y a une semaine : dans la petite cuisine de Bâle 3, les normes bancaires ont été assouplies, au point de laisser les banques européennes dangereusement sous-capitalisées.

ADVERTISEMENT Un relâchement de la régulation Ce qui est en jeu est assez technique. Les règles Bâle 2 imposaient théoriquement aux banques d’avoir 8 euros de capital pour 100 euros d’actif.

Mais ces règles dépendaient du risque des actifs, à savoir que pour les meilleurs actifs (parfois, en fonction de leur notation), il suffisait d’avoir seulement 20% de ce capital, soit 1,6% de couverture !!! Quand on sait ce qu’il est advenu de certains titres notés AAA…

Depuis la crise, le comité Bâle met au point de nouvelles règles, dites Bâle 3. Dans un précédent papier, j’avais déjà indiqué que les lobbys financiers oeuvraient dans l’ombre pour les assouplir.

Il était prévu que les banques soient contraintes d’avoir 3% de capital par rapport à leur actif. Mais alors que trois quarts des banques étasuniennes respectent déjà cette règle, du fait d’une pression plus importante des régulateurs outre-Atlantique, approximativement le même pourcentage ne les respecte pas en Europe.

Comme le rapporte The Economist, certains actifs ne seront pas pris en compte et certains dérivés pourront se compenser entre eux.

Résultat, la plupart des banques européennes passeraient les tests avec ces règles et n’auront pas à lever les 70 milliards d’euros dont elles avaient besoin.

Ce que cela dit des normes bancaires Bien sûr, le secteur bancaire européen affirme que cet assouplissement était nécessaire pour éviter un resserrement du crédit sur le vieux continent, qui n’en a pas besoin.

Mais le fait que The Economist, qui prend souvent la défense du secteur bancaire contre les volontés régulatrices (notamment la taxe Tobin), critique aussi vivement cette mesure indique qu’elle est sans doute carrément abusive.

Soit dit en passant, 3% de capital par rapport aux actifs, cela semble toute de même totalement dérisoire au regard de la crise de 2008.

Si les actifs des banques perdent 4%, elles sont en faillite… Cela en dit long également sur la manière de réguler les banques.

Le comité Bâle semble plus prompt à défendre les intérêts des banquiers que de mettre en place des règles solides.

On l’a vu en 2008. Et on le voit à nouveau aujourd’hui. Toutes les règles prudentielles doivent réintégrer le cadre démocratique, être discutées et votées au Parlement. Il n’est pas normal qu’une partie de ces règles soient aujourd’hui confiées à un aéropage de techniciens apatrides et irresponsables qui ne semblent défendre que l’intérêt des banques qu’ils sont pourtant supposés réguler et non l’intérêt général.

Parce que ce relâchement de règles, pourtant déjà pas assez contraignantes, est profondément choquant, même pour The Economist, nous devons nous poser la question de la responsabilité de ces règles.

Elles doivent retourner dans le champ démocratique et être fixées par les élus du peuple.

http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/bale-3-il-faut-reprendre-le-147029

Voir les commentaires

L'homme qui se prend pour Rahan.

Publié le par Bernard Felli

Voir les commentaires

« Avoir la politique de sa géographie »...

Publié le par Bernard Felli

« Avoir la politique de sa géographie » citation du Général DE GAULLE
http://ombre43.over-blog.com

Voir les commentaires

France-Russie Convergences

Publié le par Bernard Felli

France-Russie Convergences
http://ombre43.over-blog.com

Voir les commentaires

Éditoriaux » « Avoir la politique de sa géographie » citation du Général DE GAULLE

Publié le par Felli Bernard

« Avoir la politique de sa géographie » citation du Général DE GAULLE ÉDITORIAL, le 15 janvier 2014,

« Avoir la politique de sa géographie » citation du Général DE GAULLE

L’Ukraine ne souhaite plus acheter de gaz européen et préfère désormais s’approvisionner exclusivement en Russie en raison de tarifs plus intéressants. En effet la compagnie russe Gazprom a diminué les prix de son gaz naturel d’un tiers, après l’accord d’Union douanière signé en décembre entre la Russie et l’Ukraine. Kiev a immédiatement suspendu ses importations de gaz naturel venant des pays européens.

Depuis le début 2014, l’Ukraine n’a donc plus importé de gaz en provenance d’Europe.

En décembre 2013, la Russie a décidé de réduire ses prix au bénéfice de Kiev, après le refus de l’Ukraine d’adhérer à un accord de libre-échange avec l’Union européenne.

Moscou offre désormais son gaz au prix de 196 €/mille mètres cubes, au lieu de 293€/millier mètres cube. De plus, la fédération de Russie vient récemment d’accorder un prêt de 15 milliards de dollars à l’Ukraine.

Rappelons que ces dernières années, l’UE avait mis en place un système qui permettait de fournir du gaz provenant de Russie, à l’Ukraine depuis la Pologne, la Hongrie et depuis peu à partir de la Slovaquie. Ce gaz russe était d’un prix finalement moins élevé que les 293 €/millier mètres cubes que payait l’Ukraine il y a encore peu de temps.

Par la voix du porte-parole du Commissaire en charge de l’énergie, Mr G. Öttinger, la Commission européenne a néanmoins rappelé qu’elle restait disposée à réformer le secteur ukrainien de l’énergie en conformité avec ses engagements contenus dans le traité fondateur de la Communauté de l’énergie.

Ainsi donc, l’échec du sommet de Vilnius, comme la nouvelle donne en matière de gaz à l’est de l’Europe – alors que Moscou organise la paix gazière et place ses compagnies pétrolières d’État tout autour du bassin du Levant- nous rappellent quelques leçons éternelles:

- Un ensemble uniquement économique et monétaire, sans réelle volonté de politique étrangère et de défense communes, ne peut se permettre impunément, d’humilier une grande puissance,

- l’Union européenne, comme une certaine Ukraine, se sont rendu compte que l’ « on ne sortait de l’ambiguïté qu’à ses propres dépens »,

- Enfin, l’UE serait bien inspirée de revoir sa copie et de ne concevoir un rapprochement avec l’Est du continent européen, uniquement en associant étroitement à toute démarche globale ou particulière, la Russie comme l’Ukraine.

Jean-Jacques GAY

Vice-Président du R.O.U.E.

http://roue-europe.org/avoir-la-politique-de-sa-geographie-citation-du-general-de-gaulle/

Voir les commentaires