Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défense russe : les journalistes américains ont ignoré la première visite de Palmyre reconquise

Publié le par Felli Bernard

Palmyre
Palmyre

Défense russe : les journalistes américains ont ignoré la première visite de Palmyre reconquise

9 avr. 2016, 09:03

© Capture d'écran, page Facebook du ministère de la Défense russe

L’armée russe a donné aux journalistes de 11 pays l'accès à la ville libérée de Palmyre. A la surprise de Moscou, les journalistes américains n’ont fait pas partie du groupe.

Le groupe composé de reprsentants de 27 médias professionnels venus de l’Allemagne, de l’Italie, de la Belgique, de la Chine, de la Serbie et d’autres pays ont été transportés jeudi depuis la base militaire russe de Khmeimim jusqu’à Palmyre.

© Capture d'écran, page Facebook du ministère de la Défense russe

Ce sont des hélicoptères militaires Mil Mi-8 surveillés par des hélicoptères de combat Mil Mi-35 qui ont ramené les journalistes sur place.

Les journalistes se sont retrouvés dans la partie historique de la ville, qui a été gravement endommagée par le groupe terroriste Daesh lorsqu’il contrôlait Palmyre. Ils ont eu aussi l’occasion de parler aux habitants et aux ingénieurs de l’armée russe qui participent à la mission de déminage de la ville.

© Capture d'écran, page Facebook du ministère de la Défense russe

Cependant, les journalistes des Etats-Unis ont été visiblement absents, a noté le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov. D’après lui, quatre médias basés aux Etats-Unis ont annulé tous leurs demandes d’accréditation à la veille du départ, «comme s’ils suivaient un ordre».

© Capture d'écran, page Facebook du ministère de la Défense russe

Palmyre, qui est tombée aux mains de Daesh en mai 2015 a été libérée fin mars par les forces du gouvernement syrien, accompagnés par des milices alliées, et soutenus par l’armée de l’air russe.

Lire aussi

La reconquête de la ville historique - symbolique et stratégiquement importante - de Palmyre, est un immense succès pour Damas. Le contrôle de la ville implique celui d’un nombre important de routes, liant les parties nord et sud du pays et que Daesh ne pourra plus utiliser pour transporter des armes et des combattants à travers la Syrie. Il s’agissait aussi d’une source de revenus importante pour les terroristes, qui auront désormais moins de ressources pour acheter de nouvelles armes et payer leurs combattants, a noté le général.

L’équipe de RT, ainsi que certains d’autres médias russes ont eu la chance de visiter Palmyre plus tôt que la majorité des grands médias, au moment où la ville était considérée par le militaire comme trop dangereuse pour la visite de la presse.

Lire aussi : Conseillers militaires, frappes aériennes, comment la Russie a aidé à libérer Palmyre de Daesh

International

Défense russe : les journalistes américains ont ignoré la première visite de Palmyre reconquise

Voir les commentaires

Edward Snowden appelle les Britanniques à destituer David Cameron pour «évasion fiscale» .

Publié le par Felli Bernard

Edward Snowden
Edward Snowden

Edward Snowden appelle les Britanniques à destituer David Cameron pour «évasion fiscale»

Publié par wikistrike.com sur 9 Avril 2016, 06:30am

Catégories : #Politique internationale

Après les révélations du Premier ministre britannique, qui a reconnu avoir bénéficié de parts dans un fonds offshore monté par son père, le lanceur d’alerte a invité les citoyens à faire pression pour faire tomber le gouvernement, comme en Islande.

Comme l’a déclaré Edward Snowden, actuellement en exil à Moscou, juste après le coming out de David Cameron, «les 24 prochaines heures pourraient changer la Grande-Bretagne».

L’ancien employé de la NSA a ainsi appelé les Britanniques à prendre exemple sur les Islandais, qui ont poussé leur Premier ministre, Sigmundur David Gunnlaugsson, vers la sortie après que lescandale des Panama Papers a révélé qu’il avait dissimulé des millions d’euros dans des sociétés offshore.

Le 7 avril, David Cameron a admis que lui et sa femme avaient détenu des parts, entre 1997 et 2010, dans un énorme fonds offshore détenu par son père, le Blairmore Investment Trust.

Le Premier ministre a assuré avoir vendu celles-ci en 2010, quatre mois avant d’accéder à ses fonctions.

Mais après la découverte d’une lettre datant de 2013, dans laquelle il demandait à l’Union Européenne de protéger les fonds offshore contre des lois trop répressives, la pression monte.

Affichant ouvertement son soutien à une manifestation devant le 10 Downing Street qui doit avoir lieu le 9 avril pour réclamer la tête du Premier ministre, le lanceur d’alerte américain réfugié en Russie Edward Snowden a cependant affirmé dans une série de tweets que c’était aux citoyens britanniques de forcer David Cameron à quitter le pouvoir.

L’ancien membre de la NSA n’est pas le seul à appeler à la chute du Premier ministre britannique. D’autres personnalités, appartenant au Parti travailliste, appellent elles aussi au départ de David Cameron. C’est notamment le cas de l’ancien maire de Londres, Ken Livingstone, ou encore des parlementaires John Mann et Tom Watson.

Par ailleurs, un article publié par Kirsty Major, du journal britannique The Independent, invite le Parlement à voter une motion de censure contre le Premier ministre.

Du côté de l’Islande, le Premier ministre Sigmundur David Gunnlaugsson a été contraint de quitter ses fonctions après la publication de documents révélant que sa femme détenait des parts dans une société offshore basée dans les Iles Vierges, alors qu’il avait été élu en fustigeant les excès de la finance qui avaient entraîné la crise des subprime et fait passer l’Islande à deux doigts de la faillite.

Quelques 22 000 personnes s’étaient rassemblées dans la capitale Reykjavik (près de 10% de la population de l’île) afin de réclamer la tête du Premier ministre.

source: https://francais.rt.com/international/18780-snowden-demission-cameron-panama-papers

Voir les commentaires

Quand Vladimir Poutine joue les interprètes (VIDEO)

Publié le par Felli Bernard

Quand Vladimir Poutine joue les interprètes (VIDEO)

Quand Vladimir Poutine joue les interprètes (VIDEO)

8 avr. 2016, 21:44

Source: Sputnik

Le président russe a surpris l’audience d’un forum à Saint-Pétersbourg en traduisant lui-même en russe pour l’assemblée les propos de l’ancien secrétaire d'Etat allemand à la défense, Willy Wimmer.

Willy Wimmer a voulu s’exprimer sur le thème des valeurs nationales et du système de valeurs qui caractérisent la Russie. Mais comme sa maîtrise du russe était n’était pas suffisante, il l’a fait dans la langue de Goethe.

Le forum à Saint-Pétersbourg

Mais plutôt que d’attendre l’arrivée d’un traducteur, Vladimir Poutine était d’humeur suffisamment joviale pour démontrer à l’assemblée qu’il n’avait pas besoin d’interprète. Le président russe a donc joué les interprètes, traduisant pour l’audience à majorité russophone les propos de l’ancien ministre allemand de la Défense.

L’ancien secrétaire d’Etat allemand à la Défense a répondu à la question d’un participant du forum qui s’étonnait que de nombreux Russes ne voient pas en quoi consistent les valeurs nationales russes. Il s’est dit surpris par cette question et a déclaré que l’idée nationale russe était de respecter les droits de l’homme et les intérêts du peuple, ainsi que les valeurs de la famille et les confessions. Vladimir Poutine a ajouté que le patriotisme était aussi très important pour les Russes.

En savoir plus : Poutine ne voit pas de preuves de corruption de ses «amis» dans l’affaire des «Panama papers»

Willy Wimmer a relaté cet épisode sur les ondes de RT et a exprimé son admiration pour la maîtrise de l’allemand qu’Vladimir Poutine : «C’était presque la fin de la réunion, personne ne pouvait être préparé. Mon interprète a été surpris, moi aussi, j’ai été surpris, et je pense que toute l’audience a été étonnée de voir le président profiter de cette possibilité pour nous montrer son excellente connaissance de l’allemand. C’était une surprise totale pour nous tous».

International

Voir les commentaires

Deux journalistes français privés de visa à la veille d'un voyage officiel de Valls en Algérie

Publié le par Felli Bernard

Deux journalistes français privés de visa à la veille d'un voyage officiel de Valls en Algérie






Deux journalistes français privés de visa à la veille d'un voyage officiel de Valls en Algérie

Vendredi 8 Avril 2016 modifié le Vendredi 8 Avril 2016 - 21:59

L'Algérie, qui dénonce une "campagne hostile" des médias français après la publication des "Panama Papers", a pris des mesures de rétorsion en refusant des visas aux journalistes du Monde et du Petit Journal de Canal+ qui devaient couvrir une visite de Manuel Valls à Alger ce week-end.

Protestant contre "une entrave à la liberté de la presse", le directeur de la publication du Monde Jérôme Fenoglio a "regretté" vendredi cette décision liée, selon lui "aux informations publiées sur l'Algérie" dans le cadre du traitement des "Panama Papers".

Le Monde a participé avec le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) à l'étude de fichiers débusqués chez le cabinet d'avocats de Panama Mossack Fonseca. L'enquête a mis à jour un vaste scandale de fraude et d'exil fiscal transitant par des sociétés panaméennes.

Parmi les nombreuses personnalités mises en cause figure notamment l'influent ministre de l'Industrie algérien Abdesselam Bouchouareb. Mais le quotidien Le Monde a publié le 5 avril en une une photo du président Abdelaziz Bouteflika parmi les dirigeants impliqués, avant de se raviser en précisant que le nom du chef de l'Etat algérien "n'apparaît pas dans les Panama Papers".

Dans la foulée, l'ambassadeur de France à Alger a été convoqué mercredi au ministère algérien des Affaires étrangères qui lui a fait part de son mécontentement face à ce qu'il considère comme une "campagne hostile" à l'Algérie.

Concernant le "Petit Journal" de Canal+, l'émission satirique semble être sanctionnée pour plusieurs sujets ces derniers mois ironisant sur l'état de santé du président algérien. "On peut imaginer que le ton de nos reportages leur déplaît mais on n'a eu aucune explication", a déclaré à l'AFP une source proche de la chaîne française.

L'Association de la presse ministérielle française s'est "indignée" dans un communiqué de ce refus de visas et "demandé instamment aux autorités algériennes de réviser leur jugement contraire aux principes d'une presse libre et indépendante".

Informé dès mercredi des intentions d'Alger, le Premier ministre français a téléphoné à son homologue algérien Abdelmalek Sellal pour tenter d'obtenir la levée de la sanction, jusqu'à présent sans succès, a indiqué son entourage. Même s'il s'agit d'une "décision de souveraineté" d'Alger, M. Valls a souligné que le refus des visas pourrait avoir des "effets contre-productifs" sur le rendez-vous annuel des exécutifs des deux pays.

Cette poussée de fièvre intervient alors que la relation bilatérale, souvent tumultueuse, traverse une phase d'apaisement depuis l'arrivée du président François Hollande au pouvoir en 2012. Depuis, chaque année a lieu un "comité interministériel de haut niveau" entre les deux pays. Pour l'édition 2016, Manuel Valls est accompagné d'une dizaine de ministres. A cette occasion, la France espère voir "finalisés" plusieurs accords économiques importants, en premier lieu l'implantation d'une usine PSA à Oran, la deuxième ville du pays, qui suivrait un mouvement similaire de son compatriote Renault. L'extension d'une usine de tramways du français Alstom, ouverte l'an dernier, est également en cours de négociation, indique-t-on à Paris. Un accord pour l'ouverture d'une usine Air Liquide est également bien avancé, selon ces mêmes sources.

Outre plusieurs rencontres entre les différents ministres -dont MM. Valls et Sellal- la visite devrait donner lieu à une rencontre entre le Premier ministre français et M. Bouteflika. Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron doit lui rencontrer Abdeslam Bouchouareb. Selon les révélations du Monde, ce dernier a détenu une société établie au Panama, Royal Arrival Corp, créée en avril 2015 à travers les services d'une société de domiciliation d'entreprises offshore. Elle avait pour mission "la gestion d'un portefeuille de valeurs immobilières d'un montant de 700.000 euros, détenu actuellement à titre personnel" par le ministre, selon le quotidien. Une société de gestion luxembourgeoise a affirmé que cette structure n'avait jamais été "active".

Atlasinfo

Voir les commentaires

Algérie, Panama Papers : Lamamra convoque l’ambassadeur de France

Publié le par Felli Bernard

Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra
Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra





Algérie, Panama Papers : Lamamra convoque l’ambassadeur de France

Vendredi 8 Avril 2016 modifié le Vendredi 8 Avril 2016 - 01:03

Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a convoqué l’ambassadeur de France à Alger pour lui signifier la colère des autorités algériennes provoquée par la « campagne hostile » menée par les médias français au sujet du scandale dénommé Panama Papers.

Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra

Escalade de la brouille entre Alger et Paris. En ce sens que le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a convoqué, ce mercredi 6 avril 2016, l’ambassadeur de France à Alger pour lui signifier le mécontentement des autorités algériennes provoqué par la « campagne hostile » menée par les médias français au sujet de l’affaire dite Panama Papers.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase : la publication de la photo du Président Bouteflika en une du journal Le Monde, illustrant un article où il est question de Abdessalem Bouchouareb, ministre de l’Industrie, éclaboussé par le scandale planétaire Panama Papers.

Après la mise au point adressée au quotidien, qui a précisé qu’il ne visait pas Bouteflika, mais plutôt son entourage, le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a convoqué à son département l’ambassadeur de France à Alger, Bernard Emié, pour lui exprimer sa « protestation énergique » contre « la campagne de presse hostile à l’Algérie et à ses institutions, menée en France dans différents médias et à travers d’autres activités publiques ».

Dans le communiqué diffusé par l’APS, le ministre « a fait valoir le fait que ladite campagne malveillante et fallacieuse a atteint son paroxysme avec des manipulations diffamatoires délibérément dirigées contre l’institution présidentielle », souligne El Watan. Le site précise qu’à travers cette « protestation », M. Lamamra souligne « la nécessité morale et politique que des autorités françaises qualifiées marquent clairement leur réprobation de cette campagne qui est incompatible avec la qualité et le niveau des relations algéro-françaises ».

Selon Alger, aussi grave soit-elle, l’affaire Bouchouareb ne peut cependant à elle seule justifier la campagne menée par une grande partie de la presse française contre la visite de Manuel Valls à Alger. Selon El Watan, plusieurs journaux et chaînes de télévision veulent mettre dans l’embarras le chef de l’Exécutif français, allant jusqu’à lui reprocher « de serrer la main » à Bouchouareb, éclaboussé par les Panama Papers.

Source Afrik

Voir les commentaires

C’est George Soros qui a financé les « Panama Papers » !

Publié le par Felli Bernard

Hildegard von Hessen am Rhein
Hildegard von Hessen am Rhein

C’est George Soros qui a financé les « Panama Papers » !

Hildegard von Hessen am Rhein

D’abord, je n’y prête qu’une oreille distraite. Lorsque j’entends que l’affaire commence par un « lanceur anonyme d’alertes », ma première réflexion est : « Que c’est bizarre. Généralement, les lanceurs d’alertes ne cachent jamais leurs noms. » Puis, cris et chuchotements, indignations globalisées, les cris d’orfraies sont de sortie ! C’est à la Süddeutsche Zeitung que « l’anonyme » s’est adressé. Je souligne que ce quotidien fait partie d’un mastodonte médiatique allemand, Süddeutscher Verlag, dont les tentacules s’étendent à la Suisse, en passant par l’Autriche, pour se déployer dans toute l’Europe centrale et de l’Est… Il n’y a pas de hasard.

Les documents dévoilés sont en provenance d’une firme panaméenne, Mossack Fonseca, et dénoncent un grand nombre de personnalités célèbres comme fraudeurs fiscaux. On nous raconte que des centaines de journalistes de tous les pays auraient collaboré à l’étude de ces documents, tout cela sous l’égide d’une association américaine « bien propre sur elle », la ICIJ – The International Consortium of Investigative Journalists. Et pour nous faire gober l’importance de l’histoire, on nous chante qu’il faudrait trente ans pour « éplucher » tous ces documents…

Ce qui m’a fait dresser l’oreille sont les « unes » de ces journaux. Vous l’aurez remarqué comme moi, le portrait du président Poutine est partout. Une aubaine pour tous les poutinophobes mondialisés ! Il est dans le coup ! On vous l’avait bien dit que ce mec est infréquentable ! Pensez : grâce à lui, l’armée de Bachar a pu reprendre Palmyre. La goutte qui fait déborder le vase de Washington ! Le doute commence à m’envahir. Animée par ma bienveillance connue pour le président des Russes, je me pose la question : mais qui est donc derrière toute cette affaire ?

Pour moi, cela ressemble à une « false flag attack », comme disent les Américains pour désigner une attaque sous fausse bannière. Des coups montés par des gouvernements pour couvrir des actions peu avouables, mais pour lesquelles une « couverture » est indispensable pour persuader l’opinion publique. Souvenez-vous de la fiole de Colin Powell à l’ONU, destinée à convaincre la communauté internationale à accepter l’entrée en guerre en Irak.

Les « Panama Papers » ont pour moi la même odeur nauséabonde ; sinon, pourquoi cette abondance de « unes » avec le portrait de Poutine ? Par la même occasion, d’autres personnalités seront jetées en pâture, pour dissimuler la vraie cible…

Trois Russes sont nommés comme étant proches du président Poutine : les frères Arkady et Boris Rotenberg, des amis d’enfance, et Serguey Rodulgin, désigné comme proche. Vladimir Poutine a bon goût. Serguey Rodulgin est violoncelliste. Les poutinophobes font vite le rapprochement. Certains imprudents haineux déclarent que Poutine est corrompu, d’autres procèdent par insinuations. Pourquoi ne pas impliquer Hollande, aussi ? Après tout, son ministre « chouchou » d’autrefois, Cahuzac, est aussi désigné ! Hollande a bien côtoyé Platini, non ? Ne serait-ce que dans un stade ! L’on dira qu’il a moins de goût que son homologue russe… Mais non, c’est Poutine qu’il faut abattre médiatiquement pour influer sur les prochaines élections en Russie.

Alors, qui finance tout ce bazar ? Grand prince, l’association déclare que son travail est gratuit… Je scrute le site de l’association qui regroupe tout ce monde de « journalistes d’investigation » et je ne tarde pas à trouver sous la rubrique « Our Supporters » l’un de leurs bienfaiteurs et non des moindres… Il s’agit du OCCRP, soit « The Organized Crime and Corruption Reporting Project », qui se veut un réseau de journalistes d’investigation à travers l’Europe de l’Est et l’Asie centrale. D’où le rapprochement avec la Süddeutsche Zeitung. Et c’est l’OCCRP qui finance le ICIJ, qui fédère tous ces journalistes à travers le monde.

Et qui finance cette « false flag attack » appelée « Panama Papers » ? La Open Society Foundation du bienfaiteur de l’humanité, grand promoteur du NOM (Nouvel ordre mondial), monsieur George Soros.

Soros hait Poutine qui annonce un monde multipolaire, tout autant qu’il hait Trump, le nationaliste populiste. Tous deux sont les empêcheurs de tourner en rond dans la réalisation des ambitions Soros à mettre en place son NOM.

Cerise sur le gâteau qu’avait déjà divulguée Bloomberg en janvier 2016, le pays offshore financier le plus important au monde est les États-Unis d’Amérique…

En septembre 2015, le directeur général de la « law firm » Rothschild & Co., Andrew Penney, raconte pour Bloomberg comment les riches peuvent éviter de payer des impôts. Son message est clair : « Vous pouvez aider vos clients à transférer leur fortune aux États-Unis en toute sécurité, “tax free” et à l’abri de leurs gouvernements. Certains nous appellent déjà la “nouvelle Suisse”. »

La boucle de la corruption globalisée est bouclée. Qu’est-ce que le Panama face à l’empire « intouchable » ? D’où l’absence de noms américains dans l’affaire du « Panama Papers ». Mais qu’attendent les journalistes du Monde pour nous expliquer tout cela ?

Voir les commentaires

Mohamed Abrini, suspect dans les attentats de Paris, aurait été arrêté en Belgique

Publié le par Felli Bernard

Mohamed Abrini, suspect dans les attentats de Paris, aurait été arrêté en Belgique

Mohamed Abrini, suspect dans les attentats de Paris, aurait été arrêté en Belgique

8 avr. 2016, 16:31

Mohamed Abrini, un Belge de 31 ans, qui serait lié aux attentats de Paris, a été arrêté par la police à Bruxelles, d’après les informations de la chaîne belge VRT.

Selon la chaîne belge VRT, Mohamed Abrini qui était en fuite depuis les attentats de Paris, aurait été interpellé par la police belge. Après l’arrestation de Salah Abdeslam, il était l’homme le plus recherché en Europe.

Mohamed Abrini est un ami d'enfance de Salah Abdeslam. Il s'est rendu en Turquie en 2015 et est soupçonné d'avoir effectué un détour par la Syrie.

Mohamed Abrini est un ami d'enfance de Salah Abdeslam. Il s'est rendu en Turquie en 2015 et est soupçonné d'avoir effectué un détour par la Syrie. D’après les données du renseignement, les 10 et 11 novembre 2015, ils ont effectué deux aller-retour entre Paris et Bruxelles pour louer des planques et préparer les attentats.

Détails à suivre...

France

Voir les commentaires

TAFTA: 60 députés et sénateurs français refusent le silence du Parlement

Publié le par Felli Bernard

TAFTA: 60 députés et sénateurs français refusent le silence du Parlement

TAFTA: 60 députés et sénateurs français refusent le silence du Parlement

Publié par wikistrike.com sur 8 Avril 2016, 11:15am

Catégories : #Politique intérieure

Soixante députés et sénateurs socialistes français plaident, dans une tribune publiée jeudi sur le site du Monde, pour que le parlement français ne soit pas « réduit au silence » dans le cadre du traité de libre-échange transatlantique (TAFTA) négocié entre l’Union Européenne et les Etats-Unis.

« Nous demandons solennellement au gouvernement français de refuser de signer tout accord avec les Etats-Unis si le Parlement est réduit au silence » écrivent ces élus socialistes de diverses sensibilités dans ce message, à l’initiative de la députée de Gironde Marie Récalde et du sénateur de Charente-Maritime Bernard Lalande, rapporte l`AFP.

Les signataires, répartis environ pour moitié entre sénateurs et députés et parmi lesquels figurent la présidente de la commission de la défense de l’Assemblée, Patricia Adam, ou la vice-présidente de la chambre basse, Sandrine Mazetier, notent que « personne ne sait » ce que contient le partenariat transatlantique, alors que l’objectif « affiché par beaucoup est de conclure un accord en 2016″.

« Il faut se battre pied à pied, comme le fait notre gouvernement, pour obtenir de la transparence », jugent les parlementaires, soulignant qu’à l’heure actuelle, un élu ne peut « lire qu’un texte lacunaire, une fois délesté de son téléphone, et sous la surveillance d’un fonctionnaire ».

« Le symbole est évident: les citoyens et leurs représentants n’ont qu’à circuler, il n’y a rien à voir », déplorent-ils.

« Le commerce international est une affaire de technocrates, de lobbys, d’experts, bref de spécialistes. Que les effets d’un accord commercial sur la vie quotidienne de nos concitoyens soient considérables ne semble pas justifier qu’on leur demande leur avis. Cette méconnaissance de nos principes et valeurs démocratiques fondamentales est purement et simplement insupportable », poursuivent les signataires, parmi lesquels les députés Kader Arif, Erwann Binet, Olivier Dussopt, Richard Ferrand, Yann Galut, Chaynesse Khirouni, Elisabeth Pochon, Alain Rousset ou Christophe Sirugue.

« Tous les Français savent que nos entreprises ont besoin de l’ouverture des marchés publics, de l’accès au marché des services, et de la reconnaissance des appellations contrôlées (…). Mais ils ne veulent ni opacité, ni petits arrangements sur le dos des peuples », selon eux.

« Certains mènent une offensive pour faire des accords commerciaux une compétence exclusive de l’Union Européenne (…) Un argument juridique ne doit pas pouvoir servir à contourner la démocratie. Nous, parlementaires français, ne l’accepterons jamais », concluent-ils

Source: Russia Today

via: http://french.almanar.com.lb/adetails.php?fromval=1&cid=19&frid=19&eid=296327

Voir les commentaires

Des membres des forces spéciales turques pénètrent en Syrie

Publié le par Felli Bernard

Des membres des forces spéciales turques pénètrent en Syrie

Des membres des forces spéciales turques pénètrent en Syrie

© AP Photo/ Khalil Hamra

International

08:36 08.04.2016(mis à jour 14:55 08.04.2016) URL courte

Dossier:

Situation en Syrie (836)

33108964106

Une centaine de membres des forces spéciales turques ont pénétré sur le territoire syrien en franchissant un poste de contrôle dans la province d’Idleb, a confié à Sputnik une source au sein de la milice kurde (Unités de protection du peuple, YPG).

Auparavant, dans une interview exclusive à Sputnik, le président syrien Bachar el-Assad avait souligné que la Turquie "soutenait et armait les terroristes de Daech":

"Il (Erdogan, ndlr) soutient directement les terroristes. Il leur permet de se déplacer sur le territoire turc, d'effectuer des manœuvres avec leurs chars. (…) Il achète le pétrole volé par Daech, tout en effectuant des tirs d'artillerie pour aider les terroristes contre l'armée syrienne quand cette dernière progresse. Il envoie des combattants turcs pour se battre en Syrie, et cela continue. L'attaque contre l'avion russe dans le ciel syrien est également une agression contre la Syrie, car l'avion a été abattu dans son espace aérien souverain".

Et d'ajouter: "L'armée turque, qui n'est pas turque — c'est seulement l'armée d'Erdogan — se bat aujourd'hui en Syrie. Ce sont des terroristes et quand nous les frappons en Syrie, cela conduit directement à la défaite d'Erdogan. Notre réponse doit être avant tout à l'intérieur du pays et après cela, je pense que nous pourrons vaincre le terrorisme. Le peuple turc n'est pas contre la Syrie, il n'est pas hostile. Nos relations seront bonnes si Erdogan ne s'ingère pas.".

Le 27 mars, au terme d'une offensive de 20 jours, l'armée syrienne appuyée par l'aviation russe a chassé les djihadistes de Palmyre, située dans la province centrale de Homs.

© REUTERS/ SANA/Handout

Assad veut être celui qui a "préservé" son pays

La Russie et les États-Unis ont convenu d'un cessez-le-feu en Syrie à compter du 27 février à minuit. Les frappes contre Daech, le Front al-Nosra et d'autres groupes reconnus comme terroristes par le Conseil de sécurité de l'Onu se poursuivent néanmoins.

Voir les commentaires

La France revient définitivement dans le giron de l'OTAN

Publié le par Felli Bernard

François Hollande veut réadopter le protocole de Paris de l'OTAN que de Gaulle avait dénoncé en 1967
François Hollande veut réadopter le protocole de Paris de l'OTAN que de Gaulle avait dénoncé en 1967

La France revient définitivement dans le giron de l'OTAN

7 avr. 2016, 18:39

- Avec AFP

Source: AFP

Le 7 avril, la France a finalisé par voie parlementaire sa réintégration dans le commandement intégré de l'OTAN en ré-adhérant au protocole visant à simplifier la vie des militaires de l'Alliance déployés en France.

«Ce texte technique constitue la traduction juridique et administrative de la réintégration du commandement intégré de l'OTAN», décidée par Nicolas Sarkozy en 2009, a déclaré au nom du gouvernement la secrétaire d’Etat à l’Egalité réelle Ericka Bareigts, à l'Assemblée nationale, qui a voté conforme le texte approuvé au Sénat le 17 mars.

Lire aussi

La France, qui avait quitté le commandement intégré de l’Alliance atlantique en 1966, «a commencé à accueillir de nouveau du personnel de l'OTAN dans ses quartiers généraux, mais, sans ce statut, ces officiers alliés sont confrontés à des difficultés administratives et financières qu'ils n'ont pas dans les autres pays de l'Alliance», a-t-elle précisé. Le texte, qui permet des exonérations fiscales et douanières, pourrait s'appliquer à 240 des 1 485 militaires de pays de l’OTAN actuellement déployés en France, selon le ministère de la Défense

«Le protocole n'affecte en rien le positionnement de la France au sein de l'OTAN. Il n'y a pas de quartier militaire de l'OTAN en France et aucun projet d'en installer un», a répondu Ericka Bareigts aux critiques venues des députés du Front de gauche et des Républicains, qui y ont vu le signe d'une prochaine réinstallation dans le pays des structures de l'OTAN.

International

Voir les commentaires