Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

‘Les buts de guerre de l’opération « Charlie »’

Publié le par bernard felli

‘Les buts de guerre de l’opération « Charlie »’

‘Les buts de guerre de l’opération « Charlie »’
http://ombre43.over-blog.com

Voir les commentaires

‘Les buts de guerre de l’opération « Charlie »’

Publié le par Felli Bernard

‘Les buts de guerre de l’opération « Charlie »’

jan

En brisant la Libye (Sarkozy 2011), puis en faisant le maximum pour briser la Syrie (Hollande 2012 et suivantes), la France a délibérément anéanti le projet d’Union pour la Méditerranée qu’elle avait cru pouvoir déployer à titre de compensation pour la conquête économique, par l’Allemagne, des ex-pays de l’Est. Pour quelle raison est-elle entrée dans cette stratégie guerrière ? Parce que, assez rapidement, elle a constaté que la résistance principale au développement de l’économie de marché dans les pays du Sud concernés, à l’exception d’Israël, résidait dans des modes de vie constitués autour de l’Islam.

Dans le rapport établi en novembre 2008 sous le titre « Union pour la Méditerranée – Le potentiel de l’acquis de Barcelone« , par l’Institut d’Etudes de Sécurité européenne, il est écrit que l’une des conditions nécessaires « au succès de l’initiative « Le processus deBarcelone : Union pour la Méditerranée » est que ce processus doit faire face à un certain nombre de défis importants dans cette région : l’Islam politique, le renforcement de la sécurité induit par les attentats du 11 septembre 2001 contre les États-Unis, le rôle des migrants dans le processus de Barcelone, les conséquences de l’utilisation inopportune de la notion de « choc des civilisations », la persistance des tensions et conflits régionaux, et la nécessité de faire appliquer la règle de droit et les libertés civiles pour un véritable développement économique et social. » (page 5)

Bien sûr, il ne peut s’agir que d’un « développement économique et social » dans le cadre d’une économie de marché, destinée à servir de socle à la pénétration de l’impérialisme occidental. Or, l’échec américain d’implantation directe de la démocratie en Irak avait bien montré la force de résistance de systèmes tribaux dûment irrigués par telle ou telle variante de l’Islam.

Par ailleurs, pour la France, la voie conduisant à une réelle « Union pour la Méditerranée » passait par l’acceptation d’une ouverture accrue de ses frontières aux migrations arabo-musulmanes difficile à faire admettre au sein d’une population toujours travaillée par les suites de la guerre d’Algérie :

« Dans le cadre de ce processus, l’Union doit également concilier ses propres exigences d’ « inclusion dans la diversité » et le fait que de nombreux Européens refusent toujours d’accepter l’hétérogénéité de la société européenne ; sans cette prise de conscience, l’Europe ne pourra jamais engager un dialogue constructif avec les pays du bassin méditerranéen sur la question de l’immigration. » (pages 5-6)

Désormais, le processus de guerre à l’Islam est engagé. Il y a d’abord eu les multiples agressions menées par les Femen ; il y a eu les caricatures de Mahomet… Éléments qui venaient frapper de plein fouet des systèmes de vie constitués depuis des siècles, et manifestations dont l’OTAN ne peut pas être vraiment mécontente, puisqu’elles lui offrent, par les réactions vigoureuses et durables qu’elles produisent, une cible à ses attaques meurtrières, par avions, par hélicoptères ou par drones.

C’est donc maintenant la guerre. Une guerre que la France peut très bien mener sous l’aile de l’OTAN, à l’extérieur. Mais dont elle va devoir s’accommoder durablement sur son propre sol.

Voilà le cadre général dans lequel – pour mieux comprendre les enjeux actuels – il convient de placer… Voltaire : mise en cause des institutions religieuses par ses écrits et ses actes ; incitations au blasphème (il fait venir ostensiblement des reliques de Rome et communie devant ses villageois tout en se moquant de la communion auprès de ses relations haut placées, etc.) ; le tout pour faire triompher l’argent-roi, donc la division entre les possédants et le petit peuple travailleur qu’il s’agit de pouvoir saisir à travers la valeur d’échange nue : celle qui permet de l’exploiter jusqu’aux dernières limites, y compris celles en quoi consistent les guerres, dont Voltaire lui-même aura été l’un des promoteurs les plus habiles et les plus intéressés en compagnie des frères Pâris et de la marquise de Pompadour.

http://voltairecriminel.canalblog.com

Voir les commentaires

Washington ne croit plus à la loyauté de l'UE

Publié le par bernard felli

Washington ne croit plus à la loyauté de l'UE

Washington ne croit plus à la loyauté de l'UE
http://ombre43.over-blog.com

Voir les commentaires

Washington ne croit plus à la loyauté de l'UE

Publié le par Felli Bernard

USA/UE
USA/UE

Washington ne croit plus à la loyauté de l'UE

© REUTERS/ Kevin Lamarque

11:14 16/01/2015

Sur le même sujet

L'article du Times coécrit pas le premier ministre britannique David Cameron et le président américain Barack Obama reflète clairement les difficultés géopolitiques auxquelles sont confrontées Londres et Washington dernièrement, écrit vendredi 16 janvier le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

Bien évidemment, les deux dirigeants ont tenté de faire bonne figure, s'efforçant de montrer dans leurs déclarations - bien préparées par leurs services de presse - le caractère indestructible de l'union anglo-saxonne et la préoccupation pour les relations entre le Royaume-Uni et son ancienne colonie.

Hormis le discours traditionnel sur la lutte conjointe contre le terrorisme, le président et le premier ministre ont annoncé qu'ils avaient l'intention de "renforcer par tous les moyens l'économie britannique et américaine pour se protéger d'un nouveau déclin économique global". Une déclaration très révélatrice: il n'est pas question de surmonter ces difficultés dans le cadre du G20 ou d'autres structures internationales. Au contraire, Washington et Londres veulent renforcer avant tout leur union bilatérale pour combattre les difficultés économiques, en renonçant à ajuster leurs actions avec le reste du monde.

L'article souligne également l'entente entre Obama et Cameron pour "agir de concert et faire pression sur la Russie". Les deux dirigeants voient dans cette stratégie le noyau de leur amitié et ne prennent même pas la peine de mentionner la moindre recherche de compromis dans les relations avec Moscou.

Néanmoins, toute l'emphase de l'exclusivité américaine affichée dans cet article du Times n'a pas permis de voiler les problèmes éprouvés par les deux hommes politiques. Cameron, qui s'est engagé sur le chemin de la sortie de l'UE, est conscient du fait qu'en quittant l'Europe unie les Britanniques pourraient se retrouver dans une effrayante solitude. Il cherche donc à préparer le terrain en montrant à l'opinion publique britannique que Londres dispose d'un allié encore plus influent que les bureaucrates bruxellois.

Obama affiche également dans cet article sa déception vis-à-vis de l'UE. Contrairement au Royaume-Uni, docile, Washington s'indigne que les Européens ne suivent pas la directive d'une confrontation à long terme avec Moscou et rétablissent leurs relations avec la Russie sous tout prétexte. Cette désobéissance irrite la Maison blanche qui, d'ailleurs, n'a jamais vraiment cru en la loyauté ostentatoire de l'Europe et n'y croit plus du tout aujourd'hui. Au lieu de geler définitivement les relations avec la Russie, comme l'exigent les politiciens américains, la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a, au contraire, donné le feu vert pour rétablir la coopération avec le Kremlin.

Cette initiative contraste avec le ton de l'article d'Obama et Cameron, qui ne proposent qu'un seul type de dialogue avec Moscou - une confrontation jusqu'à la victoire totale sur l'ennemi.

Le nouveau cadre des relations UE-Russie suggéré par Mogherini aux ministres européens des Affaires étrangères ne convient absolument pas à Washington. Cet article dans le Times est ainsi une sorte de programme de politique étrangère présenté par ces deux dirigeants de l'union anglo-saxonne invitant les représentants du Vieux Continent les plus opposés à la Russie à y adhérer. Tandis que les propositions de Mogherini reflètent l'opinion d'un autre pôle de l'Europe unie. Les pays qui en font partie prônent la poursuite du règlement du conflit en Ukraine au "format Normandie" avec la participation de la France, de l'Allemagne, de l'Ukraine et de la Russie et s'opposent à la politique d'isolement de Moscou qui ne profite économiquement qu'à un seul pays - les USA.

Voir les commentaires

[# ElleEstCharlie ?] Et maintenant, une Femen...

Publié le par Bernard Felli

[# ElleEstCharlie ?] Et maintenant, une Femen...

[# ElleEstCharlie ?] Et maintenant, une Femen tarée brûle le Coran !
http://ombre43.over-blog.com

Voir les commentaires

[# ElleEstCharlie ?] Et maintenant, une Femen tarée brûle le Coran !

Publié le par Felli Bernard

olivier BERRUYER
olivier BERRUYER

16

jan

2015

[# ElleEstCharlie ?] Et maintenant, une Femen tarée brûle le Coran !

22

Bien bien bien…

J’ai hésité à publier ce billet, mais comme des milliers de sites internet parlent déjà de l’affaire (je me serais évidemment tu sinon – #YaPasMarquéCharlie, mais là le mal est fait ça circule beaucoup sur les sites de musulmans et d’islamophobes, il ne nous reste qu’à éviter d’allumer d’autres incendies), il me semble utile de le faire pour dénoncer cet acte hallucinant de BETISE où suinte l’absence de toute fraternité – sans même parler des risques que cela fait prendre à tous les Français…

Ce monde devient fou.

Je rappelle que l’apologie du terrorisme est interdite, mais pas les actes qui l’alimentent…

IR-RES-PON-SABLES !!!

J’imagine que le but de ces provocateurs est de promouvoir un pas de plus vers la “liberté d’expression” et le “refus de toute limitation du droit à blasphémer” – je ne vois d’ailleurs rien dans le code pénal qui empêche ceci.

Par cohérence intellectuelle élémentaire, je vois d’ailleurs mal comment on pourrait défendre la publication des caricatures de Charlie et condamner ceci… – faudrait savoir ! Cela donne à chacun l’occasion de s’interroger.

P.S. je rêve : des gens qui soutiennent sans aucune réserve Charlie (condamnons encore sans ambiguïté les barbares inexcusables qui ont les attaqués) me demandent en commentaire pourquoi je n’ai pas censuré ceci…

Observer des tabous, ce n’est pas forcément une régression, ce n’est pas un pas en arrière pour la liberté d’expression : c’est un pas en avant pour l’intelligence.” [Plantu, 10/2006]

C’est nouveau, ça vient de sortir : brûler le Coran !

Voici donc la dernière action de l’une d’entre elle, filmée, suite à l’attentat contre Charlie Hebdo : brûler le Coran !!!

RAPPEL : je condamne sans aucune réserve cet acte inqualifiable, pour moi profondément anti-républicain (je ne reproduis d’ailleurs évidemment pas ses propos ignobles…)

Et en plus, profondément dangereux dans le moment douloureux que traverse notre pays.

J’appelle donc le gouvernement – si prompt à réagir promptement au moindre tweet de Dieudonné pour le poursuivre – à agir d’une façon ou d’une autre contre ces fanatiques avant que notre pays soit de nouveau frappé par le terrorisme. Il aurait fait quoi si Dieudonné avait brûlé la Torah ?

“Là où l’on brûle des livres, on finit par brûler des hommes.” [Heinrich Heine]

Meriam, une recrue de choc pour les Femen

TV5Monde a rédigé une pleine page sur cette Meriam. On y apprend :

“Meriam est une belle femme, et timide. Elle paraît impressionnée par ces nouvelles guerrières du féminisme. [...] Inna a approuvé sa présidente Anna Hutsol, lorsqu’elle disait que la société ukrainienne avait été incapable « d’éradiquer la mentalité arabe envers les femmes ». Ce qui leur avait valu d’être qualifiées d’islamophobes. [...]

C’est après avoir quitté la Tunisie, voilà cinq ans pour suivre son époux français, que Meriam entend parler des Femen. Elle commence à s’intéresser à ces jeunes femmes qui bravent tous les dangers pour dénoncer les atteintes aux libertés des femmes. L’idée de manifester les seins nus, d’utiliser son corps comme arme, lui plaît. Les Femen choquent, marquent les esprits. A voir leur entrainement, c’est une véritable armée qui se prépare au combat. [...]

Face à des forces extrémistes, est-il cohérent de faire appel à un autre extrémisme (le “sextrémisme” que défendent les Femen) ? L’échec n’est-il pas joué d’avance ? Comment défendre concrètement les libertés des femmes, partout dans le monde, quand les cultures sont différentes, sans leur imposer idéologie et schémas européens ? Meriam est radicale : “il faudrait aller plus loin que le ‘sextrémisme’. Je ne sais pas vraiment comment mais frapper encore plus fort pour bousculer ces mentalités figées !“ [...]

Comment faire passer un message pacifiste quand on se heurte violemment aux autres cultures, sans possibilité de dialogue ? Un mouvement extrémiste, qu’elle que soit son projet, ne va-t-il pas à l’encontre de la démocratie ? Autant de questions que pose ce nouveau mouvement féministe. Et auxquelles répond Meriam, sans exprimer aucun doute sur sa démarche : “les salafistes extrémistes) sont trop dangereux en Tunisie. Il n’y a de toute façon pas moyen de discuter avec les extrémistes! Mais je pense aussi que même ceux qui se disent “musulmans modérés” sont juste hypocrites. [...]“

On la voit ici, en jeans – à côté de Caroline Fourest :

Et ici :

lpour lire la suite de cet article cliquez sur le lien :http://www.les-crises.fr/et-maintenant-une-femen-taree-brule-le-coran/

Voir les commentaires

Bonjour, Hommage appuyé à toutes les victimes

Publié le par bernard felli

Bonjour, Hommage appuyé à toutes les victimes

Bonjour, Hommage appuyé à toutes les victimes
http://ombre43.over-blog.com

Voir les commentaires

Bonjour, Hommage appuyé à toutes les victimes

Publié le par Felli Bernard

OLIVIER Berruyer
OLIVIER Berruyer

je publie ce jour l'éditorial de "OLIVIER BERRUYER" que je vous invite à lire et partager, la qualité, l' honnêteté de ses écrits ,que je suis quotidiennement , un modèle du métier de journalisme ( je ne sais pas si il a la carte ). Internet permet grâce à des hommes de cette qualité ,de mettre en face trop souvent des écrits d'experts et journalistes inféodés à des intérêts qui n'ont rien à voir avec le métier d'informer mais bien plus dans la danse de la manipulation, de la désinformation et du mensonge..

Je ne connais pas OLIVIER , et reste un fidéle lecteur du site "les crises"

bon courage et toutes mes amitiés.BERNARD FELLI

Édito du 13 janvier 2015

Bonjour,

Hommage appuyé à toutes les victimes.

Les gens exigent la liberté d’expression pour compenser la liberté de pensée qu’ils préfèrent éviter.” [Sören Kierkegaard]

Observer des tabous, ce n’est pas forcément une régression, ce n’est pas un pas en arrière pour la liberté d’expression : c’est un pas en avant pour l’intelligence.” [Plantu, 10/2006]

Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux.” [Benjamin Franklin]

Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots.” [Martin Luther-King]


[NB. simple clin d'oeil pour souligner l'importance de la distanciation, et NULLEMENT un appel qui vous serait destiné (je ne suis pas un gourou). Faites évidemment votre propre logo...]

===============================

Je rappelle que l’index la série de billets de contre-propagande sur l’Ukraine (qui nous a bien occupés en 2014) est ici : www.les-crises.fr/ukraine

Je ne pensais pas qu’on vivrait un tel bourrage de crâne et un tel flot de haine déversé par les médias 100 ans après 1914…

Faute de moyens pour en faire plus, l’objet de ce blog, en ce moment est de dénoncer la propagande à l’oeuvre dans NOS médias financée par NOTRE argent – car notre pays n’a pas l’excuse d’un régime relativement autoritaire usant de propagande comme c’est le cas en Russie. Et comme l’a dit Chomsky :

« Je suis citoyen des États-Unis et j’ai une part de responsabilité dans ce que fait mon pays. J’aimerais le voir agir selon des critères moraux respectables. Cela n’a pas grande valeur morale de critiquer les crimes de quelqu’un d’autre – même s’il est nécessaire de le faire, et de dire la vérité. Je n’ai aucune influence sur la politique du Soudan, mais j’en ai, jusqu’à un certain point, sur la politique des États-Unis » [Noam Chomsky, The Guardian, 20 janvier 2001]

Bref, au vu de nos moyens limités, nous n’avons prétention à détenir aucune vérité ni à vous convaincre de quoi que ce soit.

Nous souhaitons élargir le périmètre de vos informations pour que vous puissiez vous-mêmes vous faire votre propre opinion, ce qui est la base de la citoyenneté. Lisez-donc aussi plein d’autre sites aux regards différents… (c’est pas une secte ici :) )

Ce travail devrait hélas être réalisé par nos médias dans une Démocratie digne de ce nom… Ce qui nous permettrait de nous reposer un peu, et d’être moins dans l’urgence de la situation…

Enfin, n’hésitez pas à réaliser un don pour soutenir l’association animant le site…

Pensez également à adhérer à l’association si vous souhaitez soutenir notre action (cotisation gratuite). Merci !

Olivier Berruyer

Voir les commentaires

BHL, du balai ! http://t.co/oMqCL5ncHs

Publié le par bernard felli

Voir les commentaires

BHL, du balai !

Publié le par Felli Bernard

M de La Devèze
M de La Devèze

BHL, du balai !

"L'État islamique est nazi !", proclame BHL, resurgi d'on ne sait où, de retour de quelque opération coup de poing dans une cabine à bronzer.

Maxime de La Devèze

Éditorialiste

432

FacebookTwitter

« L’État islamique est nazi ! », proclame BHL, resurgi d’on ne sait où, de retour de quelque opération coup de poing dans une cabine à bronzer. Dans le style pompier, son blog proclame : « L’art de la philosophie ne vaut que s’il est un art de la guerre. » On croirait une citation d’un personnage des Bienveillantes, ce roman fleuve de Jonathan Littell qui décrit comment les intellos allemands en sont venus complaisamment au nazisme et à l’extermination à coups de sentences définitives de ce genre, loin du front, entre soi, sur fond de désastre familial personnel. L’excès est ridicule, sauf quand il se jalonne de cadavres.

Tel un produit de grande consommation, il impose sa marque. Christophe Barbier a son écharpe rouge, BHL, c’est mèche folle et chemise mousquetaire. Il a choisi le style pourfendeur, se voudrait un duelliste d’autrefois – méfiez-vous de la botte ! Tierce, fente et à la fin de l’envoi, il va toucher ! Condottiere du régime, il pointe de sa plume l’ennemi du moment. Bernard, c’est l’effet réclame, il est à la politique ce que les bateleurs sont aux marchés de nos provinces. Colporteur de guerres, il fait l’article de la bonne affaire : hier les milices serbes du Kosovo et les chars de Kadhafi, ici les pro-russes du Donbass, là les forces armées syriennes. Aujourd’hui, bon dernier, il déplie son étalage sur la place. Nazis ! Nazis ! Qui n’en veut ?

À vendre sa plume au plus offrant, à rechercher toujours l’effet maximum, tôt ou tard on finit par trahir. L’enchaînement des trois dernières années d’occupation de l’espace médiatique par notre lansquenet audiovisuel est implacable. BHL a soutenu le califat qui se met en place à Benghazi en 2011 à coups d’attentats-suicides, et qui est aujourd’hui proclamé, avec les conséquences que l’on sait sur toute l’Afrique. BHL a soutenu des pieds et des mains cette rébellion syrienne qui a été l’acte fondateur de l’État islamique en Syrie et au Levant. Oui, l’État islamique est une sorte de nazisme, ou de communisme d’ailleurs, avec ses agents, ses financiers et ses complices. Et BHL est le plus mal placé pour en causer tant : par fatuité, auto-aveuglement, confort intellectuel, complaisance facile et conservatisme de sa clientèle, il a encouragé son avènement.

Maxime de La Devèze

Voir les commentaires