Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le pape clarifie les rôles à l’Institut pour les œuvres de religion

Publié le par Felli Bernard

Le pape clarifie les rôles à l’Institut pour les œuvres de religion

 

Les cardinaux de la commission de vigilance ne siégeront plus en même temps que le conseil de surintendance qui dirige la banque.

Le siège de l’Institut pour des œuvres religieuses (IOR), la « banque du Vatican », à Rome. / OR/CPP/CIRIC/OR/CPP/CIRIC

Lors d’une récente réunion des responsables de l’Institut pour les œuvres de religion (IOR, la « banque du Vatican »), le cardinal Santos Abril y Castello, président de la commission cardinalice de vigilance, a lu une lettre signée de la main même du pape. Elle précise, selon le quotidien Il Messaggero, que les cardinaux ne se réuniront désormais plus en même temps que le conseil de surintendance qui dirige la banque.

Cette décision du pape a été qualifiée par le quotidien romain de « mise au pas » des cardinaux, estimant qu’ils étaient désormais « à l’écart » de la gestion de l’IOR.

Mais vendredi 3 février après-midi, le directeur de la Salle de presse du Saint-Siège, Greg Burke, a fermement démenti cette interprétation.

« Souligner la distinction des rôles »

« Le Saint-Père a voulu renforcer le rôle de la commission cardinalice comme organe distinct et séparé du conseil de surintendance, comme le disposent les statuts de l’Institut, a déclaré Greg Burke. Le pape François a voulu que, à partir de cette année, les réunions du conseil se déroulent séparément de celles de la commission, pour souligner la distinction des rôles. »

Il renvoie notamment aux statuts de l’IOR modifiés par Jean-Paul II en 1990 et qui prévoyaient bien deux organes distincts pour diriger l’Institut. Dans cette configuration plus classique, le fonctionnement de l’IOR se rapproche de celui d’une société avec un directoire (ici le conseil de surintendance) et un conseil de surveillance (la commission cardinalice de vigilance).

Le rôle du prélat de la banque, nommé au sein du conseil de surintendance par la commission cardinalice (dont il assure également le secrétariat), sort renforcé de cette évolution.

Nicolas Senèze, à Rome

Commenter cet article