Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Atlantisme et Eurasisme – Encerclement et Contre-encerclement

Publié le par Felli Bernard

l / Articles / Atlantisme et Eurasisme – Encerclement et Contre-encerclement

Atlantisme Et Eurasisme

Atlantisme et Eurasisme – Encerclement et Contre-encerclement

 
 
 

Jean-Claude Empereur. Haut fonctionnaire honoraire. Cofondateur de la Convention pour l’Indépendance de l’Europe

♦ Encerclement et Contre-encerclement du Monde au XXe siècle

♦ Les récents événements politiques, tant aux Etats-Unis qu’en Europe : élection de Donald Trump, Brexit, montée des mouvements antisystèmes sur le Vieux continent marquent la fin d’un monde. On ne peut s’empêcher de penser à Gramsci : « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres ».


Parmi ces événements, sans doute le plus important est l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis. La violence des attaques qui le visent provenant de l’establishment médiatique et politique, de la communauté du renseignement, comme du « deep state », traduit l’inquiétude des milieux qui ont fait d’une conception idéologique et hégémonique de la mondialisation l’alpha et l’oméga de leur philosophie politique.

L’élection de Donald Trump est le reflet de la sourde révolte des « quiet people » ces « électeurs cachés », ces Américains oubliés dont le président Obama lui-même a reconnu qu’il les avait « négligés », de tous ceux qui « n’en pouvaient plus », devant l’impuissance de nos gouvernants, face à une crise américaine, à l’origine immobilière et financière devenue au fil des ans sociale, économique, politique et enfin géopolitique.

Ce que nos médias ont qualifié de séisme politique n’est autre que la traduction, dans la politique intérieure des Etats-Unis, de cette dimension géopolitique de la crise qui a conduit une partie des électeurs américains à voter pour celui qui leur a promis de mettre fin aux conséquences d’une mondialisation ravageuse pour leurs emplois et leur genre de vie.

Au cœur de cette perception : le rôle grandissant de la Chine et de l’expansion illimitée, conquérante et assumée comme telle, de son économie. C’est la raison pour laquelle Donald Trump bénéficie aussi du soutien d’une partie de l’élite dirigeante hostile à la mondialisation effrénée de l’économie américaine. On voit resurgir, ironie du sort, s’agissant de la Chine, l’opposition traditionnelle entre « bourgeoisie nationale » et « bourgeoisie compradore ».

On ne peut rien comprendre à l’attitude de Donald Trump, tant au cours de sa campagne que depuis son élection, si l’on ne prend pas en compte cette situation. Ce qui a été reproché aux élites dirigeantes en place depuis de longues années est, par entêtement néo-libéral et mondialiste, refusant toute alternative (le  « there is no alternative » de Thatcher et Reagan), de s’être laissé surprendre par la réémergence d’une Chine en passe de devenir la première économie mondiale, et dont la stratégie, dénommée « Le Marathon du siècle »(1), a été définie par la direction du Parti communiste chinois en 1972 au lendemain de la relance des relations diplomatiques avec les Etats-Unis par Nixon et Kissinger.

L’objectif affiché de ce plan était d’effacer les humiliations passées en organisant un nouvel ordre mondial favorable à la Chine, remettant définitivement en cause les principes de la domination économique américaine fixés lors de la conférence de San Francisco ainsi que par les Accords de Bretton Woods.

Cette stratégie hégémonique renforcée en août 1971 par l’abandon de la convertibilité du dollar et la politique d’irresponsabilité financière qui s’en est suivie a conduit les Etats-Unis à afficher aujourd’hui une dette de 20.000 milliards de dollars détenue pour un tiers par la Chine, les plaçant ainsi, dans une situation de relative dépendance.

Ce dollar post-1971, non convertible en or, émis sans mesure, a permis aux Américains de se procurer en abondance des produits fabriqués à l’étranger. Les étrangers l’ont utilisé pour bâtir leurs économies et concurrencer les entreprises américaines sur leur propre terrain en vue de fournir des produits meilleur marché à des consommateurs américains gorgés de crédits en compensation de la stagnation de leurs revenus. La Chine fut, de loin, le premier bénéficiaire de cette situation.

Le déficit des Etats-Unis avec la Chine s’élève désormais à un milliard de dollars par jour.

Depuis 1980, période à laquelle le commerce avec l’Empire du Milieu a vraiment pris son essor, les Etats-Unis ont accumulé un déficit cumulé d’environ 10.000 milliards de dollars.

Cet argent a créé une dette mondiale colossale de 152.000 milliards de dollars qui représente 225% du PIB mondial (Rapport du FMI du 4 janvier 2017) et a déstructuré et corrodé l’ensemble du système financier mondial.

Les élections américaines n’ont surpris que ceux qui refusaient de voir que derrière cette illusion d’une dollarisation sans frein de l’économie mondiale se profilait la remise en cause de grands équilibres géopolitiques mondiaux qui reposaient jusqu’alors, grâce au privilège exorbitant du dollar, sur le déni de fragilité de l’hyperpuissance états-unienne. On se souvient des propos de John Connally, secrétaire au Trésor du président Nixon : « Le dollar est notre monnaie mais c’est votre problème ».

Il est clair que les signaux adressés par Donald Trump à l’Empire du milieu, dès son élection, sans même attendre sa prise de fonction du 20 janvier 2017, n’avaient d’autre but que de signifier à XI Jinping qu’arrivé à mi-parcours de ce Marathon titanesque il était plus que temps de revoir la règle du jeu.

Mais ne nous y trompons pas, « make no mistake »  comme disait, en d’autres temps, G.W. Bush, ce qui s’annonce est une remise en cause de l’ensemble de l’architecture géopolitique mondiale qui, depuis la nuit des temps, repose sur l’affrontement des puissances de la mer avec celles de la terre, affrontement masqué jusqu’alors par l’effacement séculaire de la Chine.

L’affrontement Chine/Etats-Unis est inéluctable; il est parfaitement symbolisé par l’image du piège de Thucydide, le seul problème étant de savoir si les deux antagonistes auront la sagesse d’éviter ce piège. Compte tenu de l’énormité des enjeux et de la puissance des acteurs, le sort de la planète est en cause. On ose à peine imaginer ce que représenterait, en ce XXIe siècle nucléarisé et peuplé de plus de sept milliards d’habitants, un « remake » du conflit entre Sparte et Athènes et surtout de son issue…

En la schématisant beaucoup, la vision géopolitique américaine d’hégémonie telle qu’elle fut pratiquée et développée progressivement, sans partage, au cours du dernier siècle se fonde sur la notion de « containement », voire de « roll back », c’est-à-dire d’endiguement ou de refoulement. Cette notion théorisée depuis le début de la guerre froide s’est appliquée, pour l’essentiel, à l’Union soviétique. Elle est restée au cœur de la conception américaine des relations internationales : le maintien en activité de l’OTAN, malgré la disparition de l’URSS et du Pacte de Varsovie, en est l’un des témoignages les plus marquants.

Bien des signes laissent à penser que dans l’esprit des stratèges américains, malgré les interdépendances économiques, cet endiguement s’étend maintenant à l’ensemble sino-russe, c’est-à-dire à l’Eurasie.

Ce conflit, qui s’annonce, entre Atlantisme et Eurasisme tend à prendre les traits, d’une guerre de siège. C’est pourquoi on préférera pour le décrire les termes d’encerclement, désencerclement et contre-encerclement.

Encerclement – Le cauchemar de Mackinder

Dans un article de douze pages qui reprenait le texte de la conférence prononcée à Londres devant la Royal Society of Geography, le 25 janvier 1904, intitulé « Le pivot géographique de l’histoire » le géographe et géopolitologue anglais John Halford Mackinder a fixé les principes d’une vision géopolitique opposant les puissances de la mer, le monde anglo-saxon, aux puissances de la terre, l’Eurasie.

Plus schématiquement comme l’avait déjà prédit, dès 1840, Tocqueville dans la « Démocratie en Amérique », les Etats-Unis à la Russie.

Il devait résumer ces principes en un adage en forme de ritournelle : «  Qui contrôle le cœur du monde (the heartland) commande à l’île du monde (the world island), qui contrôle l’île du monde commande au monde ».

Les événements qui se déroulèrent au cours du siècle qui suivit sa formulation donnent a posteriori à celle-ci le caractère d’une prédiction autoréalisatrice.

Nicholas Spykman, journaliste et professeur à Yale, complétera plus tard en 1943, de manière décisive, cette vision du monde dans une étude que lui avait commandée, dans un but pédagogique, le président Roosevelt. Cette étude avait pour objet d’expliquer au public américain à quoi ressemblait le Vieux Monde.

Introduisant la notion de « rimland », Spykman complète la vision essentiellement géographique de Mackinder en lui donnant une dimension géopolitique. Le « rimland » est constitué des Etats qui tout au long de la guerre froide participeront à la stratégie d’endiguement (containment) de l’Union soviétique imaginée par George Kennan et appliquée par Foster Dulles, poursuivie sans relâche tout au long de la période et amplifiée depuis lors de manière à englober la Chine. Le « rimland » s’étend dorénavant du nord des Iles britanniques au Japon en passant par le Moyen-Orient.

L’adage de Mackinder se décline dès lors ainsi : « Qui contrôle le rimland maîtrise l’Eurasie, qui maîtrise l’Eurasie contrôle les destinées du monde ».

Il n’est pas exagéré de dire que cet adage inlassablement ressassé pendant des décennies est au cœur de la géopolitique américaine. Il inspire toujours la plupart des géopolitologues états-uniens ainsi que leurs présidents successifs sans exception, au moins jusqu’à maintenant.

Il correspond à une vision exclusive des relations internationales qui consiste à désigner frontalement l’ennemi et, par la stratégie du bélier, à chercher à le disloquer. C’est dans cette perspective que Zbigniew Brzezinski ou George Friedman soutiennent que le contrôle de l’Ukraine est le moyen de disloquer la Russie.

L’état du monde actuel met en évidence que l’application de cette stratégie est toujours en cours.

Mais du temps de l’URSS, le « rimland » endiguait un « heartland » conçu comme puissamment nucléarisé mais économiquement faible et non structuré. Les murs étaient solides mais la forteresse vide; son cœur était l’empire des steppes.

Avec la réémergence de la Chine et le rapprochement sino-russe cet espace devient une puissance économique considérable organisée et en plein essor. Le rêve hégémonique de Mackinder se transforme en cauchemar.

Désencerclement – La route et la ceinture

Le paysage dans lequel va se déployer le  « Marathon » commence à se dessiner : en fait il s’agit d’aménager le territoire de l’Eurasie, de rompre le « rimland », de le fragiliser en de multiples endroits par des accords internationaux ou de le percer par des corridors de transport au moyen d’une politique de désencerclement et de contre-encerclement planétaire, en associant la Russie et la plupart des nations d’Asie.

Autant la politique américaine d’encerclement synthétisée par Z. Brzezinski dans le « Grand Echiquier » s’inspire précisément du jeu d’échecs : enfermer, agir en force et frapper soudainement, autant la politique chinoise de désencerclement et de contre-encerclement s’inspire du jeu de go : accumuler discrètement et progressivement ses forces, s’infiltrer, se répandre, occuper progressivement l’espace ; « faire comme l’eau », selon les préceptes de Lao Tseu. «Rien n’est plus souple et plus faible que l’eau, mais pour enlever le dur et le fort, rien ne la surpasse ».

La géopolitique eurasienne en découle tout naturellement : il s’agit de traverser et contourner le « rimland » en créant les institutions, les infrastructures et les financements.

Institutions.

L’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) assure la couverture institutionnelle de l’ensemble. Peu connue, cette organisation souple et efficace regroupe la Russie, la Chine, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan ; et, en 2001, par les présidents de ces six pays, l’OCS a décidé d’admettre l’Inde et le Pakistan comme membres à part entière. Il est probable que l’Iran la rejoindra ultérieurement. L’organisation s’étend sur plus de 60% du territoire de l’Eurasie et regroupe 43% de la population de la planète, soit 37,5 millions de km² au total.

C’est une alliance politique économique et militaire qui regroupe quatre puissances nucléaires dont deux, l’Inde et le Pakistan, sont pourtant en très mauvais termes.

Du côté russe, le partenariat de l’OCS avec l’Union économique eurasienne qui regroupe Russie, Biélorussie, Kazakhstan, Arménie et Kirghizstan se met en place.

Infrastructures.

Les infrastructures ont pour objectif de constituer l’armature physique de l’ensemble, voies ferrées (50.000 km de TGV en projet dont 12.000 déjà réalisées), oléoducs et gazoducs (ex : Force de Sibérie, gazoduc d’environ 4.000 kilomètres, s’étendant du gisement de Tchaïanda en Iakoutie jusqu’à l’extrême nord-est de la Chine), etc.

L’axe majeur est le gigantesque programme dénommé « One Belt One Road », « La route et la ceinture », lancé en 2013 par le président Xi Jinping dont l’objectif est de couvrir l’ensemble du territoire eurasiatique et d’atteindre l’Europe. Ce projet allie voie maritime et voies terrestres. Il prend en tenaille le « rimland » ; en doublant la voie maritime de la soie par une voie terrestre, il s’affranchit du syndrome de Malacca en évitant le détroit éponyme, point de passage obligé mais étroitement surveillé, pour les navires chinois désireux de se rendre en Inde, au Moyen-Orient ou en Europe.

Il comporte sept axes:

  1. The Twenty-First-Century Maritime Silk Road (MSR)
  2. The China-Mongolia-Russia Economic Corridor (CMREC)
  3. The China-Pakistan Economic Corridor (CPEC)
  4. The Bangladesh-China-India-Myanmar Economic Corridor (BCIMEC)
  5. The China-Indochina Peninsula Economic Corridor (CICPEC)
  6. The China-Central and West Asia Economic Corridor (CCWAEC)
  7. The New Eurasian Land Bridge (NELB)

Financements.

Cette énumération met en lumière l’ampleur d’un programme de dimension continentale dont les financements sont à la hauteur des ambitions. Deux instruments ont été mis en place : la Banque asiatique d’investissement dans lesiInfrastructures (Asian Infrastructure Investment Bank, ou AIIB) est une banque d’investissement proposée par la République populaire de Chine pour répondre au besoin croissant d’infrastructures en Asie du Sud-Est et en Asie Centrale. Cette banque se présente comme le support financier de la stratégie de la nouvelle route de la soie. Elle regroupe 57 pays dont plusieurs européens ; on trouve parmi eux, à la surprise générale, la France et la Grande-Bretagne, ce qui a marqué pour la Chine un grand succès diplomatique au grand dam des Etats-Unis. Cette participation ne serait-elle pas en effet l’un des premiers « signaux faibles » du pivot européen vers l’Eurasie ? Son capital initial est de 100 milliards de dollars.

Le Silk Road Fund, de son côté, est un fonds d’Etat du gouvernement chinois doté de 40 milliards de dollars de capital destiné à intervenir en appoint de la banque.

Contre-encerclement – Les Brics

Pour l’assiégé, en l’occurrence l’Eurasie, le principe de la guerre de siège est, non seulement de percer le front des assiégeants, mais aussi de les assiéger, à leur tour, en les prenant à revers.

Si l’on se place sous un angle géopolitique, c’est le rôle imparti aux BRICS (Brésil, Russie, Inde, Afrique du Sud).

Ironie du sort : cet acronyme, inventé par un Jim O’Neill, dirigeant de Goldman Sachs dans une perspective de marketing de produits financiers innovants orienté vers des pays émergents, désigne maintenant une organisation dont le noyau dur est identique à celui de l’Organisation de coopération de Shanghai, Chine, Inde et Russie auquel se rajoute un pays africain dont la situation géographique est un point clef de la géopolitique mondiale avec le plus grand pays d’Amérique latine. Le ralliement de ce dernier met fortement en cause la doctrine de Monroe, expression jusqu’ici non négociable de l’hégémonie américaine sur l’hémisphère occidental. Il n’est certainement pas étranger aux récentes tensions entre les Etats-Unis et le gouvernement brésilien.

OCS et BRICS, par leur très forte consanguinité, parachèvent, par cette double organisation, leur désenclavement et leur libération de la pression des stratégies « mackindériennes » et prennent ainsi en tenaille les acteurs traditionnels de l’économie occidentale.

Ces deux organisations se confortent l’une l’autre puisque, sur le plan financier, la Banque de développement des BRICS dotée, elle aussi, d’un capital de 100 milliards de dollars, prend le relais de l’AIIB en permettant, notamment, le développement d’infrastructures tant en Afrique qu’en Amérique latine dans le même esprit d’aménagement planétaire du territoire que celles du programme de la Route de la Soie.

Enfin le contre-encerclement ne serait pas complet sans la référence au livre blanc sur la politique spatiale chinoise pour la période 2017/2022 dont l’objectif est, selon ce document, « de faire de la Chine une puissance spatiale dans tous les domaines, en particulier de favoriser un puissant développement économique et social grâce à ses retombées et de permettre la réalisation du rêve chinois de renaissance de la nation chinoise ». Il ne fait guère de doute que les bases de ce programme sont scientifiques, économiques et sécuritaires. A long terme, l’utilisation des ressources lunaires est une des grandes priorités de la Chine. En particulier la Lune abrite un gaz rare sur Terre, l’hélium-3, qui peut être utilisé pour la production d’énergie par fusion.

En guise de conclusion

Cette double stratégie de désencerclement et de contre-encerclement initiée par la Chine avec la participation de plus en plus affirmée de la Russie sous de multiples formes est le vecteur d’une politique tournée vers le reste du monde et tout particulièrement d’une Europe perçue comme l’extrême pointe de l’Eurasie, ce fameux « petit cap de l’Asie », objet mythique de toutes les conquêtes.

Compte tenu de la faiblesse économique du Vieux Continent et de l’absence de stratégie globale et à long terme de l’Union européenne, cette vision géopolitique inclusive se traduit par des prises de position dans l’industrie européenne de plus en plus significatives et problématiques, la Chine se comportant beaucoup plus en conquérant qu’en partenaire. C’est ainsi que l’on constate qu’au cours de l’année 2016 les investissements directs chinois qui se sont élevés sur la période à 200 milliards de dollars ont bondi de 77% en Europe alors qu’ils n’ont crû que de 40% dans le reste du monde. L’Europe affaiblie et sans défense est devenue une cible.

A l’Europe irénique des normes et des grands principes, priorité au marché, concurrence libre et non faussée, s’oppose l’Eurasie volontariste des grands récits, des grands projets et des grands espaces.

De leur côté les Etats-Unis ont vu surgir au cours des derniers mois les capitaux chinois dans un domaine où on ne les attendait pas : l’industrie cinématographique. Or cette industrie est au cœur du « soft power » américain, élément capital de l’hégémonie états-unienne.

Ce dernier point très symbolique prouve que les stratégies d’endiguement prennent l’eau de toute part, tant du côté russe que du côté chinois, qu’il s’agisse de la « géopolitique des tubes » ou de la grande politique russe d’accès aux mers chaudes. De ce point de vue, la mise en place de l’axe Moscou-Ankara-Téhéran, résultat des succès de Vladimir Poutine en Syrie, et, a contrario, la consternante attitude des Occidentaux dans ce conflit est très révélatrice.

Il est vraisemblable que l’élection de Donald Trump ouvre une nouvelle ère des relations entre les trois protagonistes du triangle stratégique Etats-Unis/Chine/Russie. Jusqu’ici la Russie était considérée par la diplomatie américaine comme l’ennemi héréditaire et la Chine un partenaire indispensable bien qu’ambigu. Désormais la tendance semble s’inverser. De récentes études du CFR reprises par la revue officieuse des milieux proches du Département d’Etat, Foreign Affairs, attestent de cette évolution (2). Les Etats-Unis ne peuvent plus s’offrir le luxe d’affronter simultanément deux adversaires.

De leur côté, les Russes sont aussi pour les Chinois un partenaire incertain. La confiance n’est pas totale car ils se méfient des visées chinoises sur la Sibérie et ses multiples richesses. Le contrepoids occidental apparaîtra, avec le temps, comme une nécessité impérieuse pour Moscou.

Les Européens ont un rôle à jouer. Le voudront-ils et le pourront-ils ? La tâche est ardue : il leur faut rompre, en effet, avec les visions formulées par deux de leurs brillants esprits, Alexis de Tocqueville et John Halford Mackinder, l’un et l’autre prophétisant, à plus d’un siècle de distance, le caractère irréconciliable des perceptions russes et américaines du monde, fruit d’une sorte de fatalité géographique.

Jean-Claude Empereur
Haut fonctionnaire honoraire
Cofondateur de la Convention pour l’Indépendance de l’Europe
25/03/2017

Notes :

(1) M. Pillsbury, The Hundred-Year Marathon: China’s Secret Strategy to Replace America as the Global Superpower, 2015, Kindle Edition.
(2) The Case for Offshore Balancing. A Superior U.S. Grand Strategy. John and Stephen M. Walt, Foreign Affairs, juillet-août 2016.

The End of Globalism. Where China and the United States Go From Here. Eric X. Li,  Foreign Affairs, décembre 2016.

Source : La Revue Politique et Parlementaire (mars 2017)

Reproduit avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Correspondance Polémia – 27/03/2017

Image : Atlantisme et Eurasisme – Encerclement /contre-encerclement

Voir les commentaires

Les Kagan sont de retour, des guerres vont suivre

Publié le par Felli Bernard

Les Kagan sont de retour, des guerres vont suivre


Par Robert Parry – Le 19 mars 2017 – Source Strategic Culture

Victoria Nuland, l’ancienne secrétaire d’Etat adjointe pour les affaires européennes qui a poussé au coup d’Etat en Ukraine et aidé à choisir les dirigeants post-coup d’Etat. (Elle est la femme du théoricien néocon Robert Kagan.)

La famille Kagan, l’aristocratie néoconservatrice de l’Amérique, a resurgi après avoir surmonté la déception de n’avoir pas regagné l’influence qu’elle attendait de l’élection de Hillary Clinton et la perte de son pouvoir officiel au début de la présidence de Trump.

Pontifiant sur d’éminentes pages d’opinion, la famille Kagan pousse maintenant à une invasion américaine intensifiée de la Syrie et attaque les Républicains pour ne pas se joindre avec plus d’enthousiasme à la chasse aux sorcières anti-russe à propos de la prétendue aide de Moscou à l’élection de Donald Trump.

Dans une tribune libre parue le 7 mars dernier dans le Washington Post, Robert Kagan, cofondateur du Project for the New American Century (Projet pour le nouveau siècle américain) et architecte majeur de la guerre d’Irak, a attaqué les Républicains pour servir de « complices après coup de la Russie » en n’enquêtant pas plus agressivement.

Ensuite, Frederick Kagan, directeur du Critical Threats Project (Projet pour les menaces critiques) à l’Institut de l’entreprise américaine (néocon), et son épouse, Kimberly Kagan, présidente de son propre think tank, l’Institut pour l’étude de la guerre, a vendu l’idée d’une invasion américaine plus importante de la Syrie dans une tribune libre parue le 15 mars dernier dans le Wall Street Journal.

Pourtant, même si les Kagan gardent leur position dans le monde des think tanks du Washington officiel et dans la publication de tribunes libres, ils restent pour l’essentiel extérieurs aux nouveaux centres de pouvoir de l’ère Trump, bien qu’ils semblent avoir détecté une porte ouverte de force.

Il y a un an, leurs perspectives semblaient beaucoup plus brillantes. Ils pouvaient choisir parmi un grand nombre de candidats républicains d’orientation néocon à la présidence ou – comme Robert Kagan – ils pouvaient soutenir la candidate démocrate de l’establishment, Hillary Clinton, dont l’« interventionnisme libéral » correspondait exactement au néoconservatisme, n’en différant que légèrement dans les rationalisations utilisées pour justifier guerres et encore plus de guerres.

L’ancienne secrétaire d’Etat adjointe aux Affaires européennes, Victoria Nuland, a plaidé pour le coup d’État ukrainien et a aidé à choisir les dirigeants de l’après-coup. (Elle est l’épouse du théoricien du néocentre Robert Kagan.)

Il y avait aussi l’espoir qu’une présidence Hillary Clinton reconnaîtrait combien sympathiques étaient les faucons libéraux et les néocons en faisant passer l’épouse néocon de Robert Kagan, Victoria Nuland, de secrétaire d’État adjointe aux affaires européennes à secrétaire d’État.

Ensuite, il y aurait un puissant élan pour accroître l’intervention militaire américaine en Syrie et faire mousser la Nouvelle Guerre froide avec la Russie, remettant à l’ordre du jour un « regime change »  pour ces deux pays. Ainsi, au début de l’année dernière, les possibilités semblaient infinies pour la famille Kagan de bander leurs muscles et de se faire un tas d’argent.

Une entreprise familiale

Comme je l’ai noté il y a deux ans dans un article intitulé A Family Business of Perpetual War (Le business-modèle familial de la guerre éternelle), « L’expert néoconservateur Robert Kagan et sa femme, la secrétaire d’État ajointe Victoria Nuland, dirigent une entreprise familiale remarquable : elle a provoqué une guerre chaude en Ukraine et aidé à déclencher la Nouvelle Guerre froide avec la Russie et lui intervient pour demander que le Congrès augmente les dépenses militaires afin que l’Amérique puisse faire face aux nouvelles menaces à sa sécurité. »

L’éminent intellectuel néocon Robert Kagan (Crédit photo Mariusz Kubik – http://www.mariuszkubik.pl)

 « Cet extraordinaire duo mari et femme fait quasiment d’une pierre deux coups pour le complexe militaro-industriel, une équipe interne-externe qui crée le besoin de plus de dépenses militaires, exerce des pressions politiques pour assurer des crédits plus élevés et s’assure que les fabricants d’armes reconnaissants prodiguent des subventions généreuses aux groupes de réflexion bellicistes partageant la même opinion qu’eux à Washington.

Non seulement la communauté plus large des néoconservateurs en bénéficie, mais d’autres membres du clan Kagan aussi, y compris le frère de Robert, Frederick, qui émarge à l’American Enterprise Institute, et sa femme Kimberly, qui dirige sa propre affaire, l’Institute for the Study of War. »

Mais les choses ne se sont pas tout à fait passées comme les Kagan l’avaient prévu. Les Républicains néocons ont trébuché sur les primaires du GOP [le « grand vieux parti », le Parti républicain, NdT], perdant en faveur de Donald Trump, et ensuite – après que Hillary Clinton eut jeté dehors le sénateur Bernie Sanders pour revendiquer l’investiture démocrate – elle a perdu l’élection générale devant Trump.

Après sa victoire surprise, Trump – malgré tous ses nombreux défauts – a reconnu que les néocons n’étaient pas ses amis et surtout, il les a laissés dehors dans le froid. Nuland a non seulement perdu son poste politique de secrétaire d’État adjointe, mais a aussi démissionné du Service des Affaires Étrangères.

Avec Trump à la Maison Blanche, le milieu de la politique étrangère dominé par les néocons du Washington officiel en a pris un coup, mais il est loin d’être éliminé. Les néocons se sont fait lancer une bouée de sauvetage par les Démocrates et les libéraux, qui détestent tellement Trump qu’ils ont été heureux de relever l’étendard tombé à terre de Nuland et de la Nouvelle Guerre froide avec la Russie. Dans le cadre d’un plan douteux pour chasser Trump, les Démocrates et les libéraux ont exagéré les accusations sans preuve que la Russie avait comploté avec l’équipe de Trump pour truquer les élections américaines.

Le chroniqueur du New York Times Thomas L. Friedman a parlé pour une bonne partie de ce groupe lorsqu’il a comparé la prétendue « intrusion » de la Russie au bombardement japonais de Pearl Harbor et aux attentats terroristes du 9/11 par al-Qaïda.

Dans l’émission Morning Joe de MSNBC, Friedman a demandé que les allégations de hacking de la Russie soient traitées comme un casus belli : « C’est un événement de la dimension du 9/11. Ils ont attaqué le cœur de notre démocratie. C’était un événement à l’échelle de Pearl Harbour. » Tant Pearl Harbour que le 9/11 ont conduit à des guerres.

Ainsi, avec de nombreux libéraux aveuglés par leur haine de Trump, la voie était ouverte aux néocons pour se réaffirmer.

Provoquer les Républicains

Robert Kagan a pris la très réputée page de libre opinion du Washington Post pour provoquer des Républicains importants tels que Devin Nunes, président de la Commission du renseignement, qui était en photo au dessus de l’article et du titre du journal, L’ingérence de la Russie.

Le général Petraeus posant devant le Capitole avec Kimberley Kagan, fondatrice et présidente de l’Institut pour l’étude de la guerre. (Photo: ISW’s 2011 Annual Report)

Kagan écrit : « Il aurait été impossible d’imaginer, il y a un an, que les dirigeants du Parti républicain serviraient de fait de facilitateurs à l’ingérence russe dans le système politique de ce pays. Pourtant, étonnamment, c’est le rôle que joue le Parti républicain. »

Kagan reprend ensuite l’opinion commune du Washington officiel, qui a accepté sans scepticisme les affirmations des chefs du renseignement sortants de la présidence Obama, selon lesquelles la Russie avait « hacké » des e-mails démocrates et les avait diffusés via WikiLeaks pour nuire à la campagne de Clinton.

Bien que les responsables du renseignement d’Obama n’aient apporté aucune preuve vérifiable pour étayer leurs affirmations – et que WikiLeaks nie avoir obtenu les deux séries d’e-mails des Russes – celles-ci sont largement acceptées par le Washington officiel, comme raisons pour discréditer Trump et éventuellement chercher à le faire renoncer à son mandat.

Ignorant le conflit d’intérêt des personnes nommées par Obama, Kagan a jugé qu’« étant donné la signification de cette découverte particulière [sur l’ingérence russe], la preuve doit être convaincante » et a justifié « une enquête sérieuse, large et ouverte ».

Mais Kagan a aussi dû reconnaître le potentiel pour les néocons de se frayer un chemin vers le pouvoir derrière l’écran de fumée d’une Nouvelle Guerre froide avec la Russie.

Il a déclaré :

« La question la plus importante concerne la capacité de la Russie à manipuler les élections américaines. Ce n’est pas un problème politique. C’est un problème de sécurité nationale. Si le gouvernement russe a interféré dans le processus électoral aux États-Unis l’an dernier, il a la capacité de le faire dans toutes les élections à venir. C’est une arme puissante et dangereuse, plus dangereuse que des navires de guerre, des chars ou des bombardiers.

Ni la Russie ni aucun adversaire potentiel n’a le pouvoir de porter atteinte au système politique américain avec des armes de guerre. Mais en créant des doutes sur la validité, l’intégrité et la fiabilité des élections américaines, il peut ébranler ce système jusque dans ses fondations. »

Une réalité différente

Si alarmiste qu’ait été la tribune libre de Kagan, la réalité est très différente. Même si les Russes avaient hacké les e-mails démocrates et passé d’une manière ou d’une autre l’information à WikiLeaks – un argument non fondé et contesté – ces deux vagues de divulgation d’e-mails n’ont pas été si importantes pour le résultat de l’élection.

L’ancienne secrétaire d’État Hillary Clinton et le sénateur Bernie Sanders. (NBC photo)

Hillary Clinton a accusé le directeur du FBI James Comey de sa défaite surprise, pour avoir brièvement réouvert l’enquête sur son utilisation d’un serveur privé pour ses e-mails, alors qu’elle était secrétaire d’État.

En outre, de toute évidence, les e-mails diffusés par WikiLeaks étaient réels et révélaient des actes répréhensibles commis par des Démocrates de premier plan comme le Comité national démocrate, infléchissant les primaires contre le sénateur Bernie Sanders en faveur de Clinton. Les e-mails du directeur de campagne de Clinton, John Podesta, ont révélé le contenu des conférences payées de Clinton à Wall Street, qu’elle essayait de cacher aux électeurs, ainsi que certains dispositifs de pay-to-play (payer pour jouer) de la Fondation Clinton.

En d’autres termes, les communiqués de WikiLeaks ont aidé à informer les électeurs américains sur les abus commis dans le processus démocratique étasunien. Les e-mails n’étaient pas de la « désinformation » ou des « fausses nouvelles ». C’était de vraies informations.

Une révélation semblable s’est produite avant l’élection et cette semaine, lorsque quelqu’un a fait fuiter des détails sur les déclarations d’impôt de Trump, qui sont protégées par la loi. Cependant, à part dans le camp Trump, presque personne n’a pensé que cet acte, publier les déclarations d’impôts d’un citoyen, était en quelque sorte une menace pour la démocratie américaine.

Le sentiment général était que les Américains ont le droit de connaître ce genre de détails sur quelqu’un cherchant à entrer à la Maison Blanche. Je suis d’accord, mais cela ne signifie-t-il pas également que nous avions le droit d’être au courant des abus de pouvoir du DNC qui a huilé les rouages pour la nomination de Clinton, du contenu des discours de Clinton aux banquiers de Wall Street et sur les gouvernements étrangers recherchant de l’influence en contribuant à la Fondation Clinton ?

Pourtant, parce que les représentants politiques nommés par Obama dans la communauté américaine du renseignement « estiment » que la Russie était la source des e-mails de WikiLeaks, l’attaque contre la démocratie étasunienne est une raison pour déclencher la Troisième Guerre mondiale.

Encore plus de propos grossiers

Mais Kagan n’était pas satisfait des accusations non étayées sur la Russie sapant la démocratie américaine. Il a affirmé, comme un « fait » – bien que sans présenter de preuve, de nouveau –, que la Russie « interfère dans les élections à venir en France et en Allemagne, et elle s’est déjà immiscée dans le récent référendum en Italie et dans de nombreuses autres élections dans toute l’Europe. La Russie déploie ses armes contre le plus de démocraties possibles, pour saper la confiance du public dans les institutions démocratiques. »

Le secrétaire d’État américain John Kerry, flanqué de la secrétaire d’État adjointe pour les affaires européennes et eurasiennes Victoria « Toria » Nuland, s’adresse au président russe Vladimir Poutine lors d’une rencontre au Kremlin à Moscou, en Russie, le 14 juillet 2016. (State Department Photo)

Il y a eu beaucoup de contorsions dans le Washington officiel et les médias dominants à propos de l’ère de la « post-vérité », mais ces prétendus avatars de la vérité sont aussi coupables que n’importe qui, agissant comme si répéter constamment une affirmation sans relation avec un fait était la même chose que de prouver celui-ci.

Mais ce que Kagan et d’autres néocons ont en tête est clair, une escalade des hostilités avec la Russie et une augmentation substantielle des dépenses américaines en matériel militaire et de la propagande occidentale pour « contrer » ce qui est considéré comme de la « propagande russe ».

Kagan reconnaît qu’il a déjà beaucoup de Démocrates et de libéraux importants de son côté. Donc il se tourne vers les Républicains pour les forcer à rejoindre le dénigrement retentissant de la Russie. Il écrit :

« Mais ce sont les Républicains qui couvrent l’affaire. L’actuel dirigeant du parti, le président, met en question les découvertes, les motifs et l’intégrité de la communauté du renseignement. Les chefs républicains au Congrès se sont opposés à toute création d’une commission d’enquête spéciale, interne ou externe au Congrès. Ils ont insisté pour que les enquêtes soient menées par les deux commissions du renseignement.

Pourtant le président républicain de la commission de la Chambre a indiqué qu’il ne voit pas d’urgence à l’enquête et a même mis en question le sérieux et la validité des accusations. Le président républicain de la commission du Congrès a abordé la tâche à contrecœur.

Le résultat est que les enquêtes semblent destinées à avancer lentement, produisent peu d’information et en fournissent encore moins au public. Il est difficile de ne pas en conclure que c’est précisément l’intention de la direction du Parti républicain, tant à la Maison Blanche qu’au Congrès. […]

Lorsque des Républicains s’opposent à des enquêtes approfondies, ouvertes et immédiates, ils deviennent les complices de la Russie après coup. »

Mentir avec les néocons

Beaucoup de Démocrates et de libéraux peuvent trouver encourageant qu’un néocon important, qui a contribué à ouvrir la voie à la guerre en Irak, soit maintenant de leur côté, en coulant les Républicains pour ne pas se joindre avec enthousiasme à la dernière chasse aux sorcières russes. Mais ils pourraient aussi faire une pause pour se demander comment ils ont laissé leur haine pour Trump les mener à une alliance avec les néocons.

Le président russe Vladimir Poutine après son discours à l’Assemblée générale de l’ONU le 28 septembre 2015. (UN photo)

Mercredi [15 mars], dans le Wall Street Journal, Frederick, le frère de Robert Kagan, et son épouse ont fait tomber un domino supplémentaire, exposant le vieux rêve néocon d’une invasion américaine totale de la Syrie, un projet mis en suspens en 2004 à cause des revers subis par les États-Unis en Irak.

Mais les néocons désiraient depuis longtemps un « changement de régime » en Syrie et n’était pas satisfaits de l’armement des rebelles anti-gouvernementaux par Obama et de l’infiltration limitée des Forces spéciales US au nord de la Syrie pour aider la reprise de Raqqa, la « capitale » de l’État islamique.

Dans leur tribune du Wall Street Journal, Frederick et Kimberly Kagan appellent à ouvrir un nouveau front militaire dans le sud-est de la Syrie :

« Les forces armées américaines seront nécessaires. Mais les États-Unis peuvent recruter de nouveaux partenaires sunnites arabes en combattant à leurs côtés sur leurs terres. L’objectif, au début, doit être ISIS, parce qu’il contrôle les dernières zones en Syrie où les États-Unis peuvent raisonnablement espérer des alliés sunnites pas encore sous l’influence d’al-Qaïda. Mais l’objectif, après avoir évincé ISIS, doit être de lever une armée arabe sunnite qui puisse finalement vaincre al-Qaïda et aider à négocier un règlement de la guerre.

« Les États-Unis devront faire pression sur le régime d’Assad, l’Iran et la Russie pour mettre fin au conflit dans des termes que les Arabes sunnites accepteront. Ce sera plus facile à faire avec l’indépendance et le levier offert par une base sûre en Syrie. […] Le président Trump pourrait rompre avec la logique bancale et la mauvaise planification qu’il a hérité de son prédécesseur. Il peut transformer cette bataille, mais seulement en transformant l’approche de l’Amérique à son endroit. »

Un nouveau projet pour la Syrie

Autrement dit, les néocons sont revenus à leurs jeux de mots intelligents et à leurs manœuvres stratégiques pour attirer l’armée américaine dans un projet de « changement de régime » en Syrie.

Les néocons ont pensé qu’ils avaient presque atteint ce but, en collant au gouvernement syrien une mystérieuse attaque au gaz sarin près de Damas, le 21 août 2013, et en forçant Obama à lancer une attaque aérienne importante sur l’armée syrienne.

Mais le président russe Vladimir Poutine s’est interposé pour faire en sorte que le président syrien Bachar al-Assad abandonne toutes ses armes chimiques, même s’il continuait à nier toute implication dans l’attaque au gaz sarin.

L’interférence de Poutine contrecarrant le rêve des néocons d’une guerre de « changement de régime » en Syrie a fait passer Poutine tout en haut de la liste de leurs ennemis. Déjà, des néocons importants, comme le président du National Endowment for Democracy, Carl Gershman, visaient l’Ukraine, que Gershman estimait être « le plus grand trophée » et un tremplin pour finalement évincer Poutine à Moscou.

Il a appartenu à la secrétaire d’État adjointe Victoria « Toria » Nuland de superviser le « changement de régime » en Ukraine. Elle a été attrapée sur une ligne téléphonique non sécurisée, à la fin de janvier ou au début de février 2014, en train de discuter avec l’ambassadeur américain en Ukraine, Geoffrey Pyatt, de comment « coller » ou « faire accoucher » le changement du gouvernement ukrainien élu du président Victor Ianoukovitch.

Quelques semaines plus tard, des combattants néo-nazis et ultranationalistes ont mené une violente attaque sur les bâtiments du gouvernement, forçant Ianoukovitch et d’autres personnages officiels à fuir pour sauver leur vie, tandis que le gouvernement américain qualifiait rapidement de « légitime » le régime issu du coup d’État.

Mais le putsch en Ukraine a mené à la sécession de la Crimée et à une guerre civile sanglante avec des Russes ethniques dans l’est de l’Ukraine, des événements que le Département d’État et les médias occidentaux dominants ont qualifiés d’« agression russe » ou d’« invasion russe ».

Ainsi, pendant les dernières années de l’administration Obama, la scène était prête pour que les néocons et la famille Kagan dirigent l’étape suivante de la stratégie, consistant à coincer la Russie et à instaurer un « changement de régime » en Syrie.

Tout ce qu’il leur fallait était que Hillary Clinton soit élue à la présidence. Mais ces plans bien conçus se sont envolés. Malgré son inaptitude totale à la présidence, Trump a battu Clinton, une déception amère pour les néocons et leurs collègues interventionnistes libéraux.

Pourtant, la soi-disant « #Resistance » à la présidence de Trump et l’utilisation sans précédent par le président Obama de ses agences de renseignement pour dépeindre Trump comme un « candidat mandchou » russe, ont donné de nouveaux espoirs aux néocons et à leur programme.

Il leur a fallu quelques mois pour se réorganiser et se regrouper, mais maintenant ils ont l’espoir de faire tellement pression sur Trump à propos de la Russie, qu’il n’aura pas d’autre choix que d’entrer dans leurs plans bellicistes.

Comme c’est souvent le cas, la famille Kagan a tracé le plan d’action – battre les Républicains pour qu’ils se joignent au dénigrement général de la Russie, puis convaincre un Trump adouci de lancer une invasion à large échelle en Syrie. Dans cette entreprise, les Kagan ont les Démocrates et les libéraux comme fantassins.

Robert Parry

Traduit par Diane, vérifié par Wayan, relu par M pour le Saker francophone

Voir les commentaires

La Christianophobie, "c'est réel et ça passe complètement inaperçu en France"

Publié le par Felli Bernard

Ecoutez Radio Sputnik

 

 

 

Eglise de Saint-Etienne-du-Rouvray

La Christianophobie, "c'est réel et ça passe complètement inaperçu en France"

© REUTERS/ Pascal Rossignol
France
URL courte
Prise d'otages dans une église de Haute-Normandie (23)
8779361440

"Tout sera fait pour protéger nos églises", a déclaré François Hollande après l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray. La France a-t-elle réellement les moyens de protéger toutes ses paroisses, alors que le territoire français compte plus de 50.000 lieux de culte?

On compte en France quelques 45.000 églises catholiques et 3.000 temples protestants. 700 écoles juives et synagogues et plus de 1.000 des 2.500 mosquées de l'Hexagone font déjà l'objet de mesures de protection dans le cadre de l'opération Sentinelle. 1.200 églises bénéficient aussi d'une protection. Pour autant, il apparaît impossible de protéger toutes les paroisses.

Pour Samir Amghar, de l'European Foundation for Democracy de Bruxelles, auteur de l'ouvrage "Le Salafisme d'aujourd'hui", ce n'est qu'une déclaration pour rassurer la population.

"Les forces de l'ordre et de sécurité en France ne sont pas extensibles à l'infini. Non seulement ces forces doivent protéger les lieux stratégiques dans la capitale: aéroports, gares, etc., où il peut y avoir des attentats, mais ils doivent également protéger les lieux de culte dont le nombre s'élève à 50.000 sur le territoire français. Vous ne pouvez pas mettre un gendarme ou un soldat à tous les lieux de culte", a indiqué à Sputnik M.Amghar.

En 2015, selon le ministère de l'Intérieur, on dénombre 810 atteintes ou profanations de lieux de culte et cimetières chrétiens, un chiffre en progression de 20 %. C'est un peu plus que les agressions antisémites (806, en baisse de 5 %) et nettement plus que les actes antimusulmans (429), même s'il est vrai que ces derniers ont triplé en un an.

Selon Samir Amghar, il y a une mobilisation très forte de la classe politique lorsque les lieux de culte juifs sont touchés, dans une moindre mesure lorsque les mosquées sont touchées, il y a une quasi absence de mobilisation lorsque les lieux de culte chrétiens sont touchés.

"La christianophobie, qui existe, qui est réelle, passe complètement inaperçue, comme si on avait affaire à un phénomène banal. Cela ne surprend plus, une église taguée. Cela ne surprend plus de voir un crucifix brisé. Pourquoi? Parce que vous êtes dans une société hyper-sécularisée qui a fondé une partie de son existence politique sur une forme d'anticléricalisme", a-t-il fait valoir.

Charles De Meyer, président de l'Association "SOS Chrétiens d'Orient", partage le même point de vue sur le phénomène de christianophobie qui existe dans l'Hexagone.

"En France, la conjonctions des facteurs, c'est depuis longtemps une discrimination, une véritable christianophobie d'Etat", a souligné M.De Meyer.

Selon lui, la réaffirmation du rôle de l'Eglise et du christianisme est la seule solution pour combattre la barbarie islamiste.

On se rappelle que le Pape François a proposé à chaque paroisse d'"adopter une famille de migrants", François Hollande a pour sa part promis au Pape de protéger les chrétiens. Mais qui doit-on protéger, et contre qui?

Charles De Meyer note qu'en France, la migration officielle est très importante, les chiffres s'élèvent facilement à 300.000 personnes arrivant dans l'Hexagone chaque année, ce qui empêche de conserver l'identité française. Cependant, il ne faut pas oublier les gens qui vraiment dans le besoin, qui sont forcés de quitter leur territoire.

"Les Français doivent d'abord défendre les gens ici, les paroisses — leurs familles. Pour ce qui est des réfugiés, il faut arrêter de mentir, aujourd'hui la France ne peut pas les accueillir, elle ne sait plus le faire, elle n'a plus les éléments pour le faire, elle doit laisser à d'autres pays la charge de le faire, et surtout elle doit tout faire pour cesser les guerres au Proche-Orient qui déracinent ces gens, qui seraient bien plus heureux chez eux", a expliqué M.De Meyer.

En guise de conclusion, Samir Amghar a fait remarquer qu'il faut éviter d'inscrire cette guerre contre la barbarie islamiste dans une sorte de guerre religieuse et de répondre d'une façon symétrique à ce que fait Daech. L'Etat islamique, en commettant un attentat dans une église, veut inscrire son combat dans le combat religieux. Lorsque l'acte est porté dans un lieu de culte, lorsque les attentats sont commis dans un lieu de rassemblement très symbolique, le 14 juillet, ils signifient la volonté d'en découdre avec les valeurs européennes.

"Il faut s'opposer aux idées de Daech, mais de façon à éviter que les sociétés occidentales se fractionnent. Le Président de la République dit: +Je suis là pour protéger tous les chrétiens+ Oui. Mais, avant tout, il doit protéger l'ensemble des citoyens quelle que ça soit leur confession et les athées", a conclu M.Amgha

Voir les commentaires

« La très inquiétante débâcle du nucléaire mondial. Faillite de Westinghouse ? » L’édito de Charles SANNAT

Publié le par Felli Bernard

« La très inquiétante débâcle du nucléaire mondial. Faillite de Westinghouse ? » L’édito de Charles SANNAT

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Je voulais revenir sur une information qui peut sembler sans trop grande importance, noyée dans le flot ininterrompu de nouvelles, pourtant c’est une information majeure qu’il faut sortir du brouhaha ambiant.

Westinghouse (rachetée il y a quelques années par le géant japonais Toshiba) se place en faillite avec 9,8 milliards de dollars de dette cumulée.

Si cela vous fait penser aux difficultés du groupe Areva c’est normal, car c’est à peu de chose près exactement la même histoire, et nous allons détailler tout cela un peu plus tard !

Petit historique rapide

Westinghouse Electric Company est une bien vieille dame âgée de largement plus d’un siècle. C’est une entreprise américaine, fondée par George Westinghouse en 1886 sous le nom de Westinghouse Electric Company. Elle a été rachetée en 2006 par la firme japonaise Toshiba et s’est spécialisée dans le nucléaire.

Westinghouse fut l’un des plus gros constructeurs de centrales nucléaires au monde en général et aux États-Unis en particulier. Les USA ont réussi à développer un important parc de nucléaire de 99 réacteurs mais un coup d’arrêt définitif a été donné à cette énergie après l’accident de Three Mile Island en Pennsylvanie en 1979. À la suite d’une chaîne d’événements accidentels, le cœur d’un des réacteurs avait en partie fondu. Une faible quantité de radioactivité avait alors été relâchée dans l’environnement. Depuis cet incident, aucune centrale n’a été raccordée au réseau. Désormais, quatre réacteurs doivent entrer en service dans les prochaines années.

Westinghouse doit achever deux d’entre eux, l’un en Caroline du sud et l’autre dans l’État voisin de Géorgie.

Le problème c’est que, comme pour Areva, Westinghouse n’a pas construit de centrale nucléaire depuis plus de 40 ans et que quand pendant 40 ans on ne pratique pas une spécialité, eh bien le savoir-faire, tout simplement, disparaît !

Il faut donc, pour Areva comme pour Westinghouse, tout réapprendre de zéro dans un contexte de prix tirés, d’où les dépassements incessants des prévisions budgétaires. Des dépassements qui sont même sans fin.

À tel point que Westinghouse se retrouve aujourd’hui en faillite comme Areva d’ailleurs qui ne doit sa survie qu’à l’intervention de l’État.

« Construire une centrale nucléaire est une entreprise très complexe et, historiquement, ce genre de projets a subi des changements en cours de réalisation, y compris des dépôts de bilan », souligne Maria Korsnick, la présidente du Nuclear Energy Institute, le lobby nucléaire aux États-Unis.

Les réacteurs français sont en réalité construits sous licence Westinghouse

Là également où cela vous concerne beaucoup plus directement que ce que vous pouvez penser au premier abord, c’est que Westinghouse a cédé en 1974 sa licence concernant les réacteurs nucléaires à eau pressurisée à Framatome (devenue entre-temps Areva), ce qui a permis de construire le parc nucléaire français actuel…

Votre énergie nucléaire, notre parc de centrales repose sur des brevets d’une entreprise en faillite (Westinghouse), exploités par une autre entreprise en faillite (Areva), pour le compte d’un énergéticien (EDF) qui n’a pas provisionné la « queue d’un rond » nécessaire à la réparation de nos centrales et encore moins au démantèlement des anciennes qu’il faudra remplacer par des nouvelles que nous sommes incapables techniquement de construire puisque plus personne ne sait le faire !

On vous vante la France pays riche, pays moderne. Voilà pour le discours rassurant et lénifiant qu’il est rassurant d’entendre.

La triste réalité c’est que notre pays se tiers-mondise à grande vitesse et que nous sommes incapables en 2017 de faire ce que nous avons su faire dans les années 60 !

Nous avons construit une usine marée-motrice sur la Rance… Incapable de le faire maintenant !

Nous avons construit le Concorde, la fusée Ariane, ou les centrales nucléaires françaises. Nous ne savons plus rien faire de tout cela.

Nous ne savons plus le faire, mais les Américains sont dans la même situation.

Et vous savez pourquoi ?

Parce qu’un « éco-système » scientifique, technique, industriel c’est bien un « éco-système ».

Nous nous sommes désindustrialisés.

Nous avons donc perdu des pans entiers de savoir-faire. De nos soudeurs à nos tourneurs, de nos ingénieurs à nos chefs de projets, nous ne savons plus rien faire.

Le seul pays qui désormais dispose d’un véritable « éco-système » industriel c’est la Chine, et ne me parlez pas l’Europe qui serait censée nous aider à faire ensemble ce que nous ne savons plus faire seul…

28 manches à balai ne feront jamais une équipe de champions du monde.

Et la sécurité dans tout cela ?

À l’image de tout le reste.

Vous découvrirez, un jour, effarés, que nous ne sommes pas plus capables de construire une nouvelle centrale que d’entretenir celles qui nous restent, encore moins de les démanteler, et enfin, pour finir, que la sécurité de nos centrales est tout simplement déplorable !

Lamentable.

Ce pays, notre pays, part à vau-l’eau et aucune vision ne nous est proposée pour construire un avenir enthousiasmant.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

« Insolentiae » signifie « impertinence » en latin
Pour m’écrire charles@insolentiae.com
Pour écrire à ma femme helene@insolentiae.com

Vous pouvez également vous abonner à ma lettre mensuelle « STRATÉGIES » qui vous permettra d’aller plus loin et dans laquelle je partage avec vous les solutions concrètes à mettre en œuvre pour vous préparer au monde d’après. Ces solutions sont articulées autour de l’approche PEL – patrimoine, emploi, localisation. L’idée c’est de partager avec vous les moyens et les méthodes pour mettre en place votre résilience personnelle et familiale.

 « À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Voir les commentaires

Game over, sultan

Publié le par Felli Bernard

Game over, sultan

30 Mars 2017 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Moyen-Orient

Sans surprise, la Turquie a annoncé la fin de son opération Bouclier de l'Euphrate en Syrie :

Istanbul - La Turquie a annoncé mercredi la fin de son opération militaire dans le nord de la Syrie, sans préciser si elle allait en retirer ses troupes.

Le conseil de sécurité national dirigé par le président Recep Tayyip Erdogan a annoncé que l'offensive de six mois avait été "couronnée de succès", mais le Premier ministre Binali Yildirim, tout en confirmant la fin de l'opération, n'a pas exclu d'autres campagnes en Syrie.

La Turquie a lancé en août dernier une opération baptisée "Bouclier de l'Euphrate" visant le groupe jihadiste Etat islamique (EI) mais également les FDS, dominées par les Kurdes, qu'Ankara considère comme des "terroristes".

Dans le cadre de cette opération, les rebelles syriens appuyés par la Turquie ont repris aux jihadistes plusieurs villes dont Jarabulus, Al-Rai, Dabiq et enfin Al-Bab, où l'armée turque a subi de lourdes pertes.

Quelques formules pour sauver la face fleurissent ça et là mais, en réalité, cette opération fut un bide. Six mois pour mettre difficilement la main sur quelques arpents de sable au prix de pertes relativement lourdes. Certes, cela a empêché la jonction des cantons kurdes mais ces derniers n'en bordent pas moins la Turquie sur des centaines de kilomètres : parfaite base arrière pour le PKK.

Depuis le grand rapprochement américano-russo-syro-kurde sur le dos d'Erdogan, les options d'Ankara s'étaient réduites à peau de chagrin. Le sultan n'a fait qu'entériner ce que nous avons montré à plusieurs reprises : l'aventure néo-ottomane en Syrie est terminée. La goutte qui a sans doute fait déborder le vase a été l'établissement d'une base russe dans le canton kurde d'Afrin comme nous l'avions rapporté il y a une dizaine de jours.

Un pertinent article d'Al Monitor revient sur cette affaire et interroge divers officiels kurdes. Il en ressort plusieurs points très intéressants :

- D'après un commandant YPG, Ankara devait, au terme d'un accord turco-russe, rendre Al Bab à l'armée syrienne mais ne l'a pas fait, d'où le coup de semonce russe matérialisé par l'implantation de la base protégeant les Kurdes d'Afrin.

- Les Américains n'ont rien trouvé à redire à l'alliance russo-kurde.

- Les Kurdes sont plus que disposés à participer à une offensive générale contre l'Idlibistan ("les gangs d'Idlib"). Leur ennemi n'est pas seulement Al Qaeda mais aussi Ahrar al-Cham. Ils l'ont même proposé dans le passé à Moscou qui a botté en touche, le temps de voir si Ankara pourrait convaincre le groupe de participer aux pourparlers d'Astana.

- Les YPG ont fermement rejeté une proposition américaine d'inclure les peshmergas de Barzani ("traître à la solde des Turcs") aux opérations contre Raqqa. [Aucune surprise : il n'y a jamais eu d'amour débordant entre les Kurdes syriens et le président de la Région autonome du Kurdistan irakien].

Voir les commentaires

Record pour l’armement français, les coulisses du « contrat du siècle ».

Publié le par Felli Bernard



 

Record pour l’armement français, les coulisses du « contrat du siècle ».

 

 

Publié par Flore Jammet le 23 Mars 2017

 

Les chiffres sont connus : l’année 2016 fût un véritable succès pour l’armement français. Le bilan s’élèverait à plus de 20 milliards d’euros de prises de commandes. Parmi celles-ci, deux contrats représentent plus des trois quarts du montant : 36 avions de combats Rafale pour l’Inde, et 12 sous-marins Shortfin Barracuda à destination de l’Australie, chacun estimé à 8 milliards d’euros. Ce dernier, surnommé le « contrat du siècle », illustre la spécificité des décisions stratégiques prises en matière d’armement. Retour sur une négociation aux enjeux multiples.

 

 
 
 
Afin de fournir à la Royal Australian Navy 12 sous-marins à propulsion diesel électrique ayant des capacités océaniques, le gouvernement australien lançait un appel d’offres auquel avaient répondu l’Allemand ThyssenKrupp Marine System (TKMS), le français DCNS, et, profitant de l’assouplissement récent des règles d’exportation de matériel militaire, les industriels japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI) et Kawazaki Heavy Industriels (KHI).  

Le 20 décembre 2016 à Adelaïde, Jean Yves Le Drian et Malcolm Turnbull, le premier ministre australien, signent finalement un accord intergouvernemental qui valide cette commande auprès du Français DCNS. Alors que les Japonais étaient initialement pressentis, pour quelles raisons l’Australie a-t-elle choisi la France pour ce « contrat du siècle » ?

Depuis deux ans, les dépenses militaires mondiales sont reparties à la hausse pour plusieurs raisons : la guerre contre l’organisation Etat Islamique, le conflit entre la Russie et l’Ukraine, mais aussi en réaction aux tensions en mer de Chine et à la menace nucléaire nord-coréenne. Dans le cas du programme australien Sea 1000 (officialisé en 2007 pour remplacer toute la classe Collins, soit 6 sous-marins de près de 3300 tonnes en plongée), la commande des 12 sous-marins représentait un enjeu à la fois technique et financier. Dès le début, Canberra avait précisé que le système d’arme serait attribué aux Etats-Unis, seule la coque et la propulsion resteraient à la charge du vendeur. Il a donc fallu que les candidats se différencient sur d’autres critères.
 
L’Allemagne, le Japon ou la France ?

L’Allemagne a rapidement été évincée de la course pour plusieurs raisons. Les navires français de plus de 4000 tonnes de déplacement très adaptés à la haute mer et aux franchissements océaniques répondaient tout à fait à la demande Australienne alors que les Allemands proposaient un modèle deux fois plus petit. Par ailleurs, l’excellence technique française était déjà reconnue notamment grâce aux différents transferts de savoir-faire au Pakistan, à l’Inde, et au Brésil, et a pesé dans la décision face à la proposition du constructeur allemand qui n’était encore qu’à l’état de projet.

Concernant le Japon, pour Shinzo Abe, premier ministre et complice de l’ancien Premier ministre australien Tony Abbott, la partie semblait gagnée d’avance. En procurant des sous-marins de type Soryu, il pensait asseoir la grande alliance stratégique entre Tokyo et Canberra dans la région Asie-Pacifique, de plus en plus concernée par l’expansion territoriale de Pékin en Mer de Chine. C’était sans compter l’arrivée du successeur de Tony Abbott, Malcolm Turnbull, du Parti libéral pour qui les contreparties proposées par la France eurent davantage de valeur.
 
Le choix français

Ainsi, pour la construction du modèle Shortfin, version raccourcie hybride (diesel – électrique) du sous-marin à propulsion nucléaire Barracuda, qui débutera en 2023, des infrastructures dédiées seront construites sur le chantier naval d’Adelaïde, où des travailleurs australiens assembleront de l'acier australien. Cette option représente une opportunité pour la capitale de l’Australie Méridionale qui connait alors le plus fort taux de chômage du pays. Ainsi, grâce à la création de près de 2800 emplois, Malcolm Turnbull s’assurait les voix d’une large partie de son électorat.

D’un point de vue politique également, signer avec le français représentait un compromis acceptable face à une équation stratégique complexe : ne froisser ni les Etats-Unis, ni la Chine. En effet, si la construction, la maintenance et la formation sont les affaires du partenariat France-Australie, l’armement des sous-marins est bien, quant à lui, confié aux Etats-Unis. Concernant la Chine, l’Australie aurait eu peur de braquer Pékin en offrant au Japon un contrat très important et à forte charge symbolique. Dans la rivalité entre la Chine et le Japon, la question de la suprématie maritime est extrêmement sensible. Un tel contrat remporté par Tokyo aurait très certainement contribué à la montée en puissance de la marine nippone dans le contexte d'une révision constitutionnelle lui autorisant notamment une posture nettement plus "expéditionnaire". 

La conclusion de cet appel d’offres et le revirement de situation dépeignent la complexité des marchés de l’armement. Si les qualités des produits français sont universellement reconnus, il n’est pas toujours question de technologie ou de rapport qualité/prix, en matière d'armements, il convient aussi, voire surtout, d’étudier le contexte géopolitique dans lequel se déroule le marché. 


 

Voir les commentaires

Xi Jinping, la Grande Muraille de fer et la nouvelle Route de la soie

Publié le par Felli Bernard

Xi Jinping, la Grande Muraille de fer et la nouvelle Route de la soie


Le recours à des mesures extrêmes contre la contagion islamiste dans la région autonome du Xinjiang, dans l’ouest de la Chine, pourrait entraver l’initiative One Belt, One road (la nouvelle Route de la soie).


Par Pepe Escobar – Le 16 mars 2017 – Source Asia Times via entelekheia.fr

Paramilitary policemen stand in formation as they take part in an anti-terrorism oath-taking rally, in Kashgar, Xinjiang Uighur Autonomous Region, China, February 27, 2017. Photo: Reuters.
Des policiers paramilitaires sont en formation alors qu’ils prennent part à un rassemblement anti-terroriste, à Kachgar, dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, en Chine, le 27 février 2017. Photo: Reuters.

 

Quand le battage médiatique sur la rencontre au sommet Trump–Xi prévue à Mar-a-Lago se transformera en fait de terrain, le mois prochain, les deux présidents devront bien se mettre d’accord sur au moins une question : le « terrorisme islamiste radical » – comme le désigne la terminologie de Trump.

Donald Trump s’est appuyé sur une interdiction d’entrer dans le territoire des USA adressée aux ressortissants de certains pays musulmans ; une décision controversée, destinée – en théorie – à restreindre l’afflux de radicaux islamistes potentiels dans le pays ; son homologue chinois, Xi Jinping, avec des députés du Xinjiang rencontrés en marge du congrès de l’Assemblée nationale populaire à Pékin, a annoncé une « Grande Muraille de fer » métaphorique pour protéger le Far West de la Chine.

 

L’affaire concerne principalement le Mouvement d’indépendance du Turkestan oriental (MITO), actif dans le Xinjiang, que Cheng Guoping, Commissionnaire d’État pour le contre-terrorisme et la sécurité, décrit comme « le plus grand défi à la stabilité sociale, au développement économique et à la sécurité nationale de la Chine ».

Le Mouvement d’indépendance du Turkestan oriental est une organisation terroriste séparatiste, qui selon Cheng, vise à « l’indépendance du Xinjiang. »

Il a été désigné organisation terroriste par l’UE, les USA, la Russie, la Chine, les EAU, le Pakistan, le Kazakhstan et le Kirghizistan, entre autres. Il est discutable que le mouvement soit réellement un groupe séparatiste unifié, mais les services de renseignement chinois le voient comme tel.

L’affaire concerne aussi, comme c’était à prévoir, ISIS/ISIL/Daech.

Daech a récemment sorti une vidéo en ouïgour, le langage turcique écrit en caractères arabes parlé par les musulmans du Xinjiang, qui montrait des djihadistes à l’entraînement quelque part en Irak, avant de trancher la gorge à un informateur supposé.

Mais le point essentiel de la vidéo est un segment de 30 secondes qui contient la première menace directe de Daech adressée à Pékin. Quelques instants avant l’exécution, un combattant – dans la traduction qu’en a fait le SITE Intelligence Group, une compagnie américaine qui suit les activités en ligne des organisations terroristes – s’exclame :

Oh, vous les Chinois qui ne comprenez pas ce que dit le peuple ! Nous sommes les soldats du califat, et nous viendrons clarifier notre message envers vous avec la langues de nos armes, faire couler des rivières de sang et venger les opprimés.

Les services de renseignement chinois surveillent de près les Ouïgours qui se sont métastasés en djihadistes dans le « Syrak », après avoir fait le voyage illégalement via l’Asie du Sud-Est et la Turquie. Pékin est aussi alarmé à l’idée de leur retour sur le sol chinois que Moscou à propos du retour des djihadistes tchétchènes ou d’autres djihadistes issus du sud du Caucase.

Et puis il y a un troisième élément surprenant. La vidéo de Daech signale l’excommunication formelle du Parti islamique du Turkestan (PIT), qui est essentiellement al-Qaïda au Xinjiang.

Les leaders et le noyau dur des combattants du PIT, basés dans les zones tribales du Pakistan et protégés par les Tehrik-e-Taliban (les Talibans du Pakistan), ont lancé plusieurs attaques transfrontalières au cours de ces dernières années. Leur but déclaré est d’installer un califat en Asie centrale, mais soumis au chef actuel d’al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, et non au calife autoproclamé de Daech, al-Baghdadi.

Une question-clé consiste à savoir si le Mouvement d’indépendance du Turkestan oriental et le Parti islamique du Turkestan sont une seule et même entité. Les djihadistes ouïgours sont notoirement secrets et fuyants. J’en avais rencontré quelques-uns dans les prisons du commandant Massoud, le « lion du Pandjchir », dans le nord de l’Afghanistan, seulement trois semaines avant les attentats du 11 septembre – et ils n’admettaient même pas l’existence du Mouvement d’indépendance du Turkestan oriental. Ils niaient aussi tout lien avec al-Qaïda, suivant en cela l’exemple du leader de l’époque du MITO, Hasan Mahsum. Ils insistaient seulement sur leur but principal déclaré, l’indépendance envers la Chine.

Pékin considère essentiellement le PIT comme une nouvelle forme du MITO ; les hauts officiels comme Cheng Guoping continuent à se référer à tous les djihadistes ouïgours sous le nom de MITO. Comme il s’agit d’un mouvement fluide qui concentre des visions multiples dérivées du séparatisme, il est plus sûr de dire que le « MITO » désignait les quelques centaines de combattants ouïgours actifs avant l’annonce officielle de la création du PIT en 2006.

L’histoire se complique de connotations supplémentaires. Le MITO était auparavant connecté au Mouvement islamique d’Ouzbékistan (MIO), co-fondé par le célèbre djihadiste Juma Namangani, un ex-parachutiste soviétique mort en Afghanistan en 2001. Le MIO, pour sa part, était connecté aux Talibans afghans. Puis, au milieu des années 2000, il y a eu une séparation ; et la connexion/protection du MITO est passé aux Talibans pakistanais.

La vidéo de Daech choisit de se référer au PIT, pas au MITO. Bien qu’il ne soit pas aussi sophistiqué que Daech, le PIT possède aussi sa propre opération médiatique multilingue, Sawt al-Islam (la Voix de l’Islam), qui comprend même la publication d’un magazine du Turkestan islamique.

Au delà du bourbier de la terminologie, les services de renseignement chinois devront peut-être finir par élever une Grande Muraille de fer sur deux fronts : contre Daech et les djihadistes ouïgours combattant à ses côtés en Syrie et en Irak, qui peuvent revenir au Xinjiang ou au Pakistan, et contre les ramifications/variantes d’al-Qaïda dénommées PIT. Selon Michael Clarke, un expert du Xinjiang au National Security College de l’université nationale australienne, les suggestions d’un éclatement des factions ouïgoures pourrait « intensifier la menace envers la Chine » parce qu’elles indiquent que les terroristes ouïgours pourraient à l’avenir accéder aux moyens d’al-Qaïda aussi bien que de Daech.

Daech s’est donné pour but de séduire des meutes de chiens de réserve non seulement en Afrique du Nord, mais aussi en Indonésie, au Pakistan et dans le nord-ouest de la Chine. Il y a au bas mot 23 millions de musulmans, pour la plupart des sunnites, en Chine – quand nous y ajoutons les Ouïgours principalement basés au Xinjiang et les Huis, une minorité ethnique résidant dans les provinces de Gansu, Qinghai et Ningxia, c’est deux fois la population de la Tunisie, un terrain de recrutement fertile. Depuis 2014, al-Baghdadi a désigné la Chine comme cible du djihadisme. Daech a décapité un otage chinois en novembre 2015. Daech a sorti des vidéos en mandarin pour séduire les Huis.

Entre le marteau séparatiste et l’enclume djihadiste

La vidéo de Daech, produite par l’unité de la province d’al-Furat du groupe, dans l’ouest de l’Irak, dans laquelle des djihadistes ouïgours promettent de revenir à la maison et de « faire couler des rivières de sang », est sortie le dernier jour (27 février) d’une série de démonstrations de masse de forces de police militaire, dans le Xinjiang, destinées à souligner l’engagement du gouvernement contre les menaces à la sécurité.

Une coïncidence ? Peut-être. Mais il y a peu de doutes sur la détermination de Daech à étendre le djihad jusqu’à des endroits lointains, à mesure de sa perte de terrain en Syrie et en Irak, ou de la Chine à empêcher les doléances des Ouïgours de se transformer en djihadisme dans sa plus grande province, et qui plus est, sur le chemin de la nouvelle Route de la soie.

La province du Xinjiang est cruciale pour le projet One Belt, One Road. Population : 20 millions d’habitants subdivisés en 47 groupes ethniques, dont 9 millions de Ouïgours.

One Belt, One Road, la désignation officielle de la nouvelle Route de la soie, est l’entreprise la plus importante du président Xi, que ce soit au plan des affaires étrangères ou de l’économie. Le Xinjiang, une province du centre de l’Asie, grande comme la Mongolie, la France, l’Italie et le Royaume-Uni réunis, est un maillon géographique crucial, bordé par la Mongolie, la Russie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, l’Afghanistan, le Pakistan et l’Inde. Assis sur de vastes réserves d’énergie et de minéraux, il produit la majeure partie du gaz chinois et deviendra le centre de la connexion entre la Chine et l’Asie centrale et de l’Ouest, le cœur du dédale prévu de voies ferroviaires à haute vitesse, de pipelines et de fibres optiques. Sa capitale, Ürümqi, est en passe d’être transformée en plateforme technologique. Les troubles dans le Xinjiang signalent d’énormes problèmes pour l’initiative One Belt, One Road. On peut parier en toute certitude que Pékin ne le tolérera pas.

Depuis août 2016, la région autonome du Xinjiang ouïgour, comme elle est officiellement appelée, est dirigée par Chen Quanguo, Secrétaire du Parti communiste de la région, membre du 18e Comité central du PCC et candidat prometteur au 19e politburo, où il doit être élu en octobre prochain.

Avant de prendre son poste au Xinjiang, Chen était Secrétaire du Parti communiste de la région autonome du Tibet. Il a l’expérience des troubles dans les régions frontalières multi-ethniques, Pékin lui fait confiance, et il se tenait aux côtés de Xi Jinping lors de l’annonce de la politique de la Grande Muraille de fer.

Lors de son mandat à la tête du Tibet, Chen a repris des méthodes de contrôle social héritées des anciennes dynasties chinoises, le système baojia de groupes de voisins se surveillant mutuellement appelé aujourd’hui « système en grille de gestion sociale », avec des myriades de postes de police à Lhassa et dans les plus petites villes, et des réseaux de citoyens installés dans tous les pâtés de maisons pour se surveiller les uns les autres, imposer des comportements corrects et identifier les étrangers suspects et les fauteurs de troubles potentiels.

Ces méthodes sont aujourd’hui reprises de la capitale Ürümqi jusqu’à Korla, Aksu, Kachgar et Hetian. Et si le contrôle social et la surveillance en grille s’avéraient insuffisants, Chen pourrait avoir recours aux forces de la Police armée du peuple – la police dont les unités ont défilé à la vue de tous à la fin février.

Les enjeux sont élevés. Il y a un compromis à trouver entre des contrôles sociaux judicieusement administrés, et acceptés d’assez bonne grâce pour satisfaire à leurs buts, et des contrôles trop restrictifs, qui seraient vécus comme une répression et finiraient par déclencher des réactions violentes. Il reste à voir si la Grande Muraille de fer de Chen et Xi suffira à endiguer le séparatisme et le djihadisme, ou si une application disproportionnée de fer portera un coup sérieux à l’entreprise d’infrastructures la plus ambitieuse du siècle.

Pepe Escobar

Note du traducteur

Selon un article de janvier 2016 de Seymour Hersch dans la London Review of Books, les djihadistes ouïgours entraînés en Syrie et en Irak par les multiples groupes terroristes qui opèrent dans la région auraient été acheminés jusqu’au Moyen-Orient par la Turquie, qui leur aurait fourni le transport, les moyens, des passeports, etc. La guerre en Syrie sert-elle de plateforme d’entraînement pour ensuite mener des actions contre la Russie et la Chine ?

Par ailleurs, sur le site de l’une des ONG de « droits de l’homme » dédiées au Ouïgours, la Uyghur American Association (association en partie financée par les USA via le NED), un rapport intitulé End of the Road: One Belt, One Road and the Cumulative Economic Marginalization of the Uyghurs en date du 6 mars 2017 indique que l’initiative One Belt, One Road « imposera la domination de la Chine sur le Turkestan oriental » (autrement dit le Xinjiang) au détriment des droits des Ouïgours, qui seront « marginalisés » (sic)...

Traduction Entelekheia

Voir les commentaires

Présidentielle 2017: retour de Fillon en tête des sondages

Publié le par Felli Bernard

Présidentielle 2017: retour de Fillon en tête des sondages

© AFP 2017 Bertrand Guay
France
URL courte
Présidentielle 2017 en France (145)
1738405065118

Tandis que la plupart des sondages assurent que Marine Le Pen et Emmanuel Macron s’affronteront au second tour de la présidentielle, prévu le 7 mai, une étude réalisée par la société Brand Analytics et basée sur l’analyse des réseaux sociaux donne François Fillon en tête des sondages.

À moins de quatre semaines du premier tour du scrutin, le candidat du parti Les Républicains (LR), François Fillon, est repassé en tête des intentions de vote, révèlent les résultats d'une enquête organisée sur les réseaux sociaux par Brand Analytics.

Selon les données fournies par cette société, qui se spécialise dans l'étude de l'opinion publique et dans l'analyse des réseaux sociaux à l'échelle internationale, après deux semaines de recul au deuxième rang du classement des candidats pressentis, François Fillon est à nouveau en tête.

Sur la période comprise entre le 14 et le 28 mars, l'ex-Premier ministre mène la course avec 23,6 %, devançant Emmanuel Macron de 0,5 %, indiquent les résultats de l'étude. Or, selon les données précédentes couvrant la période allant du 1er au 21 mars, c'est l'ex-ministre de l'Économie qui se classait premier avec 25,9 %, soit 4 points de plus que M. Fillon.

Marine Le Pen clôt le peloton de tête avec 20,9 %. Viennent ensuite loin derrière Jean-Luc Mélenchon (13,5 %) et Benoît Hamon (11,9 %).

Si on suit la dynamique de ces six dernières semaines, on constate que, d'après Brand Analytics, le candidat LR s'est maintenu en tête des sondages jusque fin février-début mars, lorsqu'il s'est vu dépasser par Emmanuel Macron (23,9 % contre 27,8 %). Au cours des deux semaines qui ont suivi, il a cédé encore du terrain, mais l'écart entre lui et son principal rival est resté presque inchangé (21,9 % contre 25,9 %).

Les résultats de l'étude montrent en outre que la candidate du FN stagne depuis le début du mois de mars autour de 20 % et que Jean-Luc Mélenchon bénéficie d'un certain regain de popularité (13,5 % contre 4,4 % il y a six semaines).

La société Brand Analytics est un leader en termes de monitorage des réseaux sociaux, selon le classement AdIndex 2016. Elle recueille les données sur les compagnies, produits, données, personnes ou événements sur les réseaux sociaux et dans les médias, définit la tonalité des messages et détermine les tendances.

Popularité des candidats à la présidentielle

Ifop
Ipsos
OpinionWay
Brand Analytics
Pour quel candidat voteriez-vous au premier tour de l’élection présidentielle 2017?

Les valeurs ci-dessous sont indiquées en pourcentage

1
 
Emmanuel Macron
En marche !
25,5
2
 
Marine Le Pen
Front National
25
3
 
François Fillon
Les Républicains
17,5
4
 
Jean-Luc Mélenchon
Parti de gauche
14
5
 
Benoît Hamon
Parti socialiste
10,5
6
 
Nicolas Dupont-Aignan
Debout la France
4,5

Date de publication 28.03.2017

Voir les commentaires

RT @valerieboyer13: Le trio se reforme #Hollande...

Publié le par bernard felli

Voir les commentaires

RT @MetairieJacques: .

Publié le par bernard felli

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>