Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #russie tag

Communiqué du Ministère russe des Affaires étrangères concernant l’enquête française sur l’usage présumé de l’arme chimique à Khan Cheikhoun

Publié le par Felli Bernard

Communiqué du Ministère russe des Affaires étrangères concernant l’enquête française sur l’usage présumé de l’arme chimique à Khan Cheikhoun

 
| Moscou (Russie)
+
JPEG - 19.2 ko

Paris a publié un rapport des renseignements français présentant l’appréciation du pays quant à l’usage présumé de l’arme chimique près de la ville de Khan Cheikhoun dans la province syrienne d’Idleb. Il s’agit déjà de la troisième enquête menée par un membre de la communauté internationale après la Turquie et le Royaume-Uni. On a l’impression que soit ces États ne font pas confiance à l’OIAC, soit ils cherchent à influencer son travail dans la direction qu’ils souhaiteraient.

Une première analyse du document français de cinq pages soulève déjà de nombreuses questions, notamment concernant les circonstances dans lesquelles la partie française a obtenu les échantillons qui, affirme-t-on, ont été prélevés directement sur les lieux des faits. Si les renseignements français les ont prélevés eux-mêmes, cela signifie qu’ils ont accès à la zone contrôlée par des groupes armés d’opposition syrienne liés à Al-Qaïda. Si les échantillons ont été obtenus dans un autre endroit, disons dans un pays voisin de la Syrie, alors la véracité de l’analyse effectuée est immédiatement remise en question.

Il convient de rappeler que conformément aux règles internationales, les échantillons analysés doivent rester intacts sur tout le trajet entre le lieu des faits et le laboratoire.

Pour prouver que le sarin soi-disant utilisé à Khan Cheikhoun a été produit par la Syrie, les auteurs du rapport indiquent que sa "recette" témoigne de l’usage de méthodes élaborées par les laboratoires syriens. On ignore d’où vient cette certitude, étant donné que le sarin sous forme "prête" n’a jamais existé en Syrie : il n’y avait que ses précurseurs qui ont été entièrement évacués du pays en 2014. Par ailleurs les dispositifs mobiles permettant de synthétiser le sarin ont été détruits, comme l’a confirmé l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC).

L’unique "accroche" des auteurs du rapport est la prétendue correspondance des résultats de l’analyse récente avec l’étude d’échantillons reçus par la France en 2013 à partir des lieux d’un autre incident qui pourrait également être lié à l’usage de sarin. C’est peu convaincant car la Mission de l’Onu, en 2013 déjà, n’avait pas pu confirmer indépendamment l’information du rapport français sur le prétendu incident à Saraqib et le respect de la procédure de préservation des preuves, y compris pendant le transport des échantillons prélevés. L’unique preuve matérielle à laquelle se réfèrent les auteurs du rapport est, à en juger par la photo, une grenade à main contenant du sarin qui aurait été lancé à partir d’un hélicoptère syrien. L’usage d’une grenade avec du sarin – c’est nouveau. C’est un cas sans précédent dans toute l’histoire des armes chimiques, à ce que l’on sache. Une munition chimique aussi "exotique" n’est pas très sûre pour son utilisateur.

En d’autres termes, de nombreuses incohérences témoignent de la mauvaise qualité de l’enquête. La seule possibilité réelle d’établir la vérité serait d’envoyer à Khan Cheikhoun et à la base aérienne de Chayrat, où se trouvait soi-disant le sarin utilisé à Khan Cheikhoun, la Mission de l’OIAC d’établissement des faits en utilisant toutes les méthodes prévues par la Convention sur l’interdiction des armes chimiques et par le mandat de cette Mission. Il est également important que sa composition respecte le paragraphe 8 de ce mandat, qui exige la formation d’un groupe d’experts sur la base géographique la plus large possible. C’est seulement dans ce cas que les résultats de l’enquête internationale pourront être admis avec confiance par tous les pays.

C’était précisément l’objectif du projet récemment soumis par la Russie et l’Iran pendant la session spéciale du Conseil exécutif de l’OIAC. Malheureusement, il a été bloqué essentiellement par les pays occidentaux, dont la France, qui à titre d’alternative à une enquête internationale impartiale a entrepris sa propre enquête très ratée d’un point de vue professionnel.

Nous appelons à nouveau à cesser les "jeux politiques" indécents autour du dossier chimique syrien et d’entreprendre les démarches sur lesquelles la Russie insiste depuis trois semaines : envoyer à Khan Cheikhoun et à Chayrat un groupe de spécialistes dont feraient également partie des représentants de pays qui ne sont pas aveuglés par la haine envers le gouvernement légitime syrien.

Voir les commentaires

Vladimir Poutine ironise sur les secrets d’Etat prétendument révélés par Trump à Lavrov – Exclusivité

Publié le par Felli Bernard

 

Vladimir Poutine et le Premier ministre italien, Paolo Gentiloni, reçu au Kremlin, ont donné une brève conférence de presse à l’issue de leur rencontre, le mercredi 17 mai. C’est dans ce cadre que Vladimir Poutine a ironisé sur les prétendus secrets d’État qu’aurait révélés Donald Trump à Sergeï Lavrov et qui ont provoqué les prémices d’une procédure de destitution du président américain:

Question au président Poutine: Je vois que M. Lavrov est ici, et je voudrais vous demander s’il vous a informé de sa récente rencontre avec le président Trump? De plus, comment évaluez-vous l’action de Trump en ce qui concerne le président américain?

Vladimir Poutine:

En ce qui concerne les résultats de la visite du ministre des Affaires étrangères Lavrov aux États-Unis et sa rencontre avec le président Trump, nous évaluons les résultats de manière très positive. C’était la première visite, une visite de retour de notre ministre des Affaires étrangères, après avoir reçu le secrétaire d’État américain Tillerson à Moscou.

C’est une pratique internationale normale et naturelle. Dans le même temps, cependant, nous voyons la schizophrénie politique croitre aux États-Unis. Je n’ai pas d’autre moyen pour expliquer les accusations contre le président actuel selon lesquelles il aurait remis des secrets à Lavrov.

Incidemment, j‘ai parlé avec Lavrov aujourd’hui de cette question, et je devrais lui asséner une bonne correction pour ne pas avoir partagé ces secrets avec moi. Pas avec moi, ni avec nos responsables du renseignement. Cela n’est vraiment pas bon du tout pour lui.

Au premier rang des spectateurs dans la salle de conférence, Sergeï Lavrov a été écroulé de rire du début à la fin, ainsi que le montrait une vidéo.

De plus, poursuit le Président russe, si l’administration américaine n’a pas d’objection, nous sommes prêts à fournir une transcription de la conversation de Lavrov avec Trump au Sénat et au Congrès américain. Bien sûr, nous ne le ferons que si l’administration américaine le désire.

Au début, lorsque nous avons regardé les premiers développements de cette lutte politique interne, nous nous sommes amusés. Mais maintenant, le spectacle devient tout simplement affligeant, et cela ne manque pas de nous causer des inquiétudes, tant il est difficile de simplement imaginer jusqu’où ces gens sont disposés à aller dans ce genre de non-sens et de stupidité. Tout cela est porté jusqu’au paroxisme par une vague anti-russe.

Cela ne me surprend pas. Ils utilisent des slogans russophobes pour déstabiliser la situation politique interne aux États-Unis, mais probablement ne se rendent-ils pas compte qu’ils nuisent à leur propre pays. Si tel est le cas, alors ils sont tout simplement stupides. S’ils comprennent ce qu’ils font, ce sont des gens dangereux et peu scrupuleux. En tout état de cause, c’est l’affaire des États-Unis et nous n’avons pas l’intention de nous impliquer là-dedans.

En ce qui concerne les évaluations des actions du président Trump jusqu’ici dans son office, ce n’est pas non plus notre affaire. C’est l’affaire du peuple américain, des électeurs américains, à eux de faire leur évaluation. Bien sûr, cela ne sera possible qu’une fois que le président américain sera entièrement autorisé à travailler…

Traduction: Emilie Defresne  – Source : Le Kremlin

L’Etat profond et les perdants des élections américaines s’activent plus que jamais au point d’en être à déclencher la procédure de destitution du président Donald Trump en prenant appui sur la russophobie qui fait rage dans le pays à force de propagande. En effet cette oligarchie mondialiste ne pardonne pas à Donald Trump d’avoir reçu Sergeï Lavrov, le ministre des Affaires Étrangères russe à Washington. Or faire de la Russie l’ennemie est indispensable à la bonne marche des affaires et aux marchés boursiers, car il faut justifier devant l’opinion publique les guerres qui leur sont si profitables à tout point-de-vue, que ce soit au profit des marchands d’armes, du contrôle des ressources d’énergie, ou encore de la mise en branle des vastes flux migratoires, principalement en direction de l’Europe, qui permettent de contrôler une main d’œuvre précaire et aux abois, en la dépréciant. C’est aussi le moyen de tenir les pays membres de l’OTAN sous une étroite dépendance et sous le règne du dollar, empêchant ainsi les pays de l’Union européenne, déstabilisés chroniquement, d’être en mesure de faire une trop grande concurrence à la puissance mère et modèle que représentent les USA. La Paix est donc l’ennemie des affairistes, des banques et des Bourses. Et pour justifier la guerre il faut un ennemi désigné. La Russie joue ce rôle depuis la Révolution de 1917 et plus encore depuis la fin de la Seconde guerre mondiale sans désemparer, sauf durant une dizaine d’années lorsqu’elle était au fond du trou à la chute de l’empire soviétique. Mais qu’elle soit communiste ou bien qu’elle ait réussi sa contre-révolution anti-communiste, pour les oligarques, elle fait une ennemie héréditaire très convenable; dommage que les russes ne jouent pas le jeu.

On comprend dans ces conditions que tous les moyens ont été mis en œuvre par le camp mondialiste des oligarques pour empêcher Marine Le Pen d’arriver au pouvoir.

emiliedefresne@medias-presse.info

Voir les commentaires

De grands scientifiques étasuniens confirment un plan américain de conquête de la Russie

Publié le par Felli Bernard

De grands scientifiques étasuniens confirment un plan américain de conquête de la Russie

 515
 
 24  10
 
 552

Le Bulletin des scientifiques atomiques a publié une étude, le 1er mars 2017, qui commence ainsi :

« Le programme de modernisation des forces nucléaires des États-Unis a été présenté au public, comme un effort pour assurer la fiabilité et la sécurité des têtes nucléaires de l’arsenal nucléaire américain, plutôt que pour améliorer leurs capacités techniques. En réalité, ce programme va utiliser de nouvelles technologies révolutionnaires, qui augmenteront considérablement la capacité de ciblage de l’arsenal américain de missiles balistiques. Cette augmentation de capacité est étonnante. Elle augmente d’un facteur d’environ trois, le pouvoir global de destruction des forces existantes des missiles balistiques américains et cela crée exactement ce à quoi l’on s’attend, si un État possédant le nucléaire prévoyait d’avoir la capacité de combattre et de gagner une guerre nucléaire, en désarmant les ennemis grâce à une première frappe surprise.

L’étude continue ainsi :

Parce que les innovations dans les super-fuze apparaissent aux yeux des non-techniciens comme mineures, les décideurs politiques hors du gouvernement des États-Unis (et probablement à l’intérieur du gouvernement) ont complètement négligé leur impact révolutionnaire sur les capacités militaires et leurs importantes implications pour la sécurité mondiale. »

Cette étude a été coécrite par trois grands scientifiques américains spécialisés dans l’analyse des armes et surtout dans l’équilibre géostratégique entre les pays : Hans Kristensen, Matthew McKinzie et Theodore Postol [Le même chercheur qui a démonté le rapport officiel étasunien sur l’attaque au sarin à Khan Shaykhun, NdT]. Leur rapport se poursuit ainsi :

« Cette vaste augmentation de la capacité de ciblage nucléaire aux États-Unis, largement dissimulée au grand public, a de sérieuses implications pour la stabilité stratégique et pour la perception par les adversaires de la stratégie et des intentions nucléaires américaines.

Les planificateurs russes considéreront presque certainement cette avancée de la capacité de ciblage, comme augmentant le risque d’une frappe nucléaire préventive de la part des États-Unis – un risque qui obligerait la Russie à préparer des contre-mesures, qui accroîtraient encore le niveau d’alerte, déjà dangereusement élevé, des forces nucléaires russes. Les postures nucléaires tendues, basées sur des hypothèses de planification déjà les plus défavorables, entraînent la possibilité d’une réponse nucléaire à un faux signal d’attaque. La nouvelle capacité de destruction engendrée par le super-fuze augmente la tension et le risque que les forces nucléaires américaines ou russes soient utilisées en réponse à l’alerte précoce d’une attaque, même si l’attaque ne s’est pas réellement produite. »

Les auteurs expliquent ensuite pourquoi le départ accidentel de la troisième guerre mondiale, c’est-à-dire un anéantissement mondial, serait plus probable de la part de la Russie que des États-Unis :

« La Russie ne dispose pas d’un système d’alerte précoce satellite fonctionnel, mais repose principalement sur des radars d’alerte précoce, posés au sol pour détecter une attaque de missiles américains. Comme ces radars ne peuvent pas voir plus loin que l’horizon, la Russie dispose de deux fois moins de temps d’alerte précoce que les États-Unis. (Les États-Unis  disposent environ de 30 minutes, la Russie 15 minutes ou moins).

En d’autres termes : alors que Trump disposerait d’environ 30 minutes pour déterminer si Poutine a lancé une frappe préventive, Poutine aurait moins de 15 minutes pour déterminer si Trump l’a fait. Et si, au bout de cette période, de chaque côté, il n’y a aucune certitude qu’aucune attaque nucléaire préventive n’a été lancée par l’autre, alors cette personne serait obligée de riposter contre l’autre, en supposant que ne pas le faire aurait non seulement pour résultat une planète toxique condamnée à un hiver nucléaire et une famine universelle, mais aussi une humiliante et scandaleuse absence de représailles contre l’auteur d’un tel acte. Ce qui serait une humiliation en plus d’un anéantissement, et donc un partage de la faute avec le vrai criminel, qui résultera, quelque soit le temps d’existence qui pourrait rester à le vivre, en une honte insupportable et se traduira rapidement en suicide, si les compatriotes survivants de ce pays ne l’exécutent pas avant que lui ne se tue.

Inévitablement, la moralité personnelle et l’image de soi du dirigeant de la nation, dans ce type de situation, sont des facteurs différents des conséquences mondiales très publiques qui détermineront la décision de la personne. Mais, avec seulement (au plus) 15 minutes pour décider du côté russe, et 30 minutes pour décider du côté américain, il y a une chance fortement élevée maintenant, qu’une guerre nucléaire mette fin à la vie de tous ceux qui existent actuellement et qui ne mourront pas rapidement de causes ordinaires avant le drame. Même les projections les plus désastreuses des dangers dus au réchauffement climatique sont loin du danger nucléaire.

La question, maintenant, est : comment le monde en est-il arrivé à ce niveau extraordinairement sinistre ? Les co-auteurs se réfèrent à plusieurs reprises au secret, gardé par le gouvernement américain comme une source essentielle, telle que « … qui a été largement dissimulé au public en général… » et « … que les décideurs politiques en dehors du gouvernement américain (et probablement à l’intérieur du gouvernement ont complètement négligé… ». Ces passages se réfèrent à un phénomène ordinaire dans les conspirations au sommet de grandes opérations criminelles comme la criminalité du monde des affaires, où seul un très petit cercle d’individus, communément une demi-douzaine ou même moins, sont conscients de l’objectif stratégique principal de l’opération et des principaux moyens tactiques qui sont mis en place afin d’exécuter le plan. Dans ce cas particulier, il n’inclurait pas le chef de chaque cabinet ministériel, ni rien de si large que cela. Mais il est clair que puisque la décision clé, la mise en œuvre des « super-fuze » sur « toutes les ogives placées dans les sous-marins balistiques américains » a été prise par Obama, il est la principale personne responsable de cette situation.

Cependant, Trump, en tant que personne qui a hérité cette situation de son prédécesseur, n’a toujours pas montré de signe comme quoi il désirait abandonner l’objectif stratégique américain actuel de conquête de la Russie. Plus le temps passe sans que Trump annonce au public qu’il a hérité de cette opération moralement répugnante de son prédécesseur et qu’il retire tous les super-fuzes, plus cela indique que Trump a décidé de poursuivre le plan d’Obama. Habituellement, dans une telle situation, le dirigeant qui a hérité d’un tel plan serait assassiné, s’il donnait une indication claire de son intention de changer de plan ou de l’annuler (les initiés clés sont généralement obsédés par le « succès », en particulier à une étape aussi tardive ). Et donc, si Trump essayait de le faire, il tenterait presque certainement de cacher ce fait, jusqu’à ce que le plan hérité soit déjà désactivé et ne soit plus une menace.

Le point tournant clé qui a mené à la crise actuelle a été l’acceptation progressive et croissante, du côté américain, de la possibilité d’utiliser l’arme nucléaire pour conquérir, plutôt que seulement pour la dissuasion – le système antérieur, celui de la dissuasion, ayant été appelé « MAD » [fou, NdT], acronyme de Mutually Assured Destruction (destruction mutuelle assurée), exprimant l’idée que si les deux superpuissances nucléaires se déclaraient la guerre, le monde entier serait détruit de manière catastrophique et rendrait l’idée d’un « gagnant » et d’un « perdant » du conflit une distorsion grotesque de la réalité. La seule réalité étant l’anéantissement mutuel et une planète invivable. Un événement historique, dans le processus de re-conceptualisation qu’une telle guerre peut être considérée comme étant « gagnable », a été la publication, en 2006, de deux articles dans les deux revues les plus prestigieuses de relations internationales, Foreign Affairs et International Security, introduisant officiellement le concept de « Primauté nucléaire »,c’est-à-dire  la (prétendue) opportunité  pour les États-Unis de planifier une conquête nucléaire de la Russie. Jusqu’à ces deux articles (tous deux co-écrits par les deux mêmes auteurs), une telle idée était considérée comme farfelue, mais depuis lors, elle est devenue populaire. Comme l’explique le dernier lien ci-dessus (l’article en lien précédent), l’origine, avant même George W. Bush, remonte au 24 février 1990 lorsque son père, alors également président américain, a secrètement lancé une opération dont le but final est de conquérir la Russie. Dans cet article, se trouvent les liens aux documents-sources sur les origines d’un plan qui nous mènera à une guerre nucléaire de fin du monde. Remonter aux causes originelles de la progression régulière, après le 24 février 1990, dans la direction d’une conquête de la Russie par les États-Unis (assisté de ses alliés) peut maintenant être fait par les historiens, même si ce n’est que maintenant que l’information est finalement révélée au public, 27 ans après la très fatale décision de George Herbert Walker Bush, qui a déjà coûté aux contribuables américains des milliards de dollars, un vrai gaspillage, et dont le résultat risque d’être un anéantissement total.

Cet article est soumis gratuitement à tous les médias, pour publication, dans l’espoir que le président actuel des États-Unis va le commenter publiquement, même si c’est pour s’en moquer afin d’éviter d’être assassiné pour y avoir fait référence. Nous sommes à un moment extrêmement dangereux dans l’Histoire, et Donald Trump est maintenant sur un siège très chaud, ce que toute personne intelligente et bien informée reconnaît être le cas. Si jamais le monde avait besoin d’un grand dirigeant courageux, c’est maintenant ; parce que, sans cela, nous pourrions entrer bientôt en enfer. L’éviter, 27 ans après que le gouvernement américain s’est lancé sur cette pente savonneuse, sera extrêmement difficile, mais pas encore totalement impossible. C’est là que nous en sommes à l’heure actuelle et, depuis le coup d’État en Ukraine en 2014, les achats de bunkers « à l’épreuve du nucléaire » ont augmenté de façon conséquente.

Ce danger extrême est la nouvelle réalité mondiale. Si l’élimination de la menace ne vient pas de la Maison Blanche, l’apothéose de la menace viendra, qui que ce soit qui frappera le premier. La décision – soit d’envahir la Russie, soit d’annuler et de condamner la préparation des États-Unis à le faire depuis plus d’une décennie – ne peut être prise que par le président américain. S’il reste silencieux sur la question, Poutine peut raisonnablement continuer à supposer qu’il devra être le premier à frapper. Il ne s’est pas placé lui-même dans cette position ; le régime étasunien l’aura  forcé. Espérons que les États-Unis vont diminuer la menace, dès maintenant.

Eric Zuesse

 

Article original en anglais:

America’s Top Scientists Confirm: U.S. Goal Now Is to Conquer Russia. “Disarming Enemies with a Surprise Nuclear First Strike”

Traduit par Wayan, relu par Michèle pour le Saker Francophone

Voir les commentaires

Au Kremlin, Poutine et Le Pen prônent la lutte commune contre le terrorisme

Publié le par Felli Bernard

 

 

Vladimir Poutine lors de la rencontre avec Marine Le Pen au Kremlin

Au Kremlin, Poutine et Le Pen prônent la lutte commune contre le terrorisme

© Sputnik. Mikhail Klimentyev
International
URL courte
181424291

Lors de sa rencontre avec la dirigeante du FN au Kremlin, le président russe Vladimir Poutine a appelé à «prendre enfin conscience de la menace réelle» du terrorisme et à l’affronter ensemble.

Vladimir Poutine a rappelé à Marine Le Pen que, comme beaucoup d'autres pays, la Russie a à plusieurs reprises été la cible d'attaques terroristes, soulignant du même souffle que la communauté internationale devait faire front commun face au terrorisme.

« Nous vivons tous dans des conditions difficiles. Il nous faut enfin prendre conscience de la réalité de ce danger et conjuguer nos efforts dans la lutte contre le terrorisme », a déclaré le président russe à son interlocutrice.

À son tour, la candidate à la présidence française a noté que Moscou et Paris faisaient partie de ceux qui luttaient réellement contre le terrorisme.
Évoquant également l'attentat de Londres, survenu le 22 mars, la patronne du FN s'est dite favorable à un échange de renseignements plus efficace pour pouvoir protéger le peuple contre la menace terroriste.

Suite à l'attentat meurtrier qui a endeuillé ce mercredi la capitale britannique, la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova a également prôné une lutte collective contre le terrorisme.

« Aujourd'hui, aucun point de notre planète n'est protégé contre le terrorisme international. Des mesures de lutte contre ce mal sont indispensables. Il ne faut pas concentrer les efforts sur la recherche de menaces fictives, ni sur l'augmentation de budgets pour contrer des menaces inexistantes, il faut que la communauté internationale s'unisse pour dévier des menaces réelles », a déclaré la haute diplomate à la télévision russe.

Le 22 mars en après-midi, un homme a foncé en voiture sur des piétons devant le Parlement britannique, à Londres. L'attaque meurtrière a fait cinq morts dont l'assaillant et une quarantaine de blessés. L'organisation terroriste Daech a revendiqué cet attentat.

Voir les commentaires

La Russie et la Chine défendent l’Iran contre Trump

Publié le par Felli Bernard

La Russie et la Chine défendent l’Iran contre Trump


Elles ne se joindront certainement pas à de nouvelles sanctions, au contraire



Bhadrakumar

Par M. K. Bhadrakumar – Le 8 février 2017 – Source Russia Insider

Les propos tenus lundi par le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, ainsi que ceux du ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, ont souligné que Moscou a une perspective sur l’Iran diamétralement opposée au président Donald Trump ou à ses hauts fonctionnaires.

 

Se référant à la qualification donnée par Trump à l’Iran d’« État terroriste numéro un », Peskov a souligné que toute amélioration des relations entre la Russie et les États-Unis sera enracinée dans la réalité que les deux pays ont des positions opposées sur de nombreuses questions, et l’Iran est l’une d’entre-elles :

« Nous ne sommes pas d’accord avec la définition (de Trump). Vous savez tous que la Russie entretient des relations chaleureuses avec l’Iran, nous coopérons sur un certain nombre de questions et nous apprécions nos liens économiques qui, nous l’espérons, vont aller plus loin. Ce n’est un secret pour personne que Moscou et Washington ont des opinions diamétralement opposées sur de nombreuses questions de politique internationale et régionale. En attendant, cela ne peut et ne doit pas être un obstacle lorsqu’il s’agit d’établir une communication normale et des relations pragmatiques mutuellement bénéfiques entre la Russie et les États-Unis. »

Lavrov a salué le rôle de l’Iran dans la lutte contre les groupes terroristes :

L’Iran n’a jamais été complice de liens avec le Front al-Nusra ou Daesh. En outre, l’Iran contribue à la lutte contre Daesh. Nous avons longtemps préconisé l’idée de créer un front antiterroriste unifié. Je suis convaincu que l’Iran doit faire partie de notre effort commun si nous évaluons objectivement les contributeurs potentiels à une telle alliance.

En effet, Moscou suivra également de près le programme de politique étrangère de Trump, dans son ensemble. Après une forte condamnation de la Russie par l’ambassadeur des États-Unis à l’ONU, Nikki Haley, au sujet de la dernière vague de violence dans l’est de l’Ukraine, Trump a téléphoné au président Petro Porochenko à Kiev samedi, et a également discuté de l’Ukraine avec le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg dimanche. Les commentaires de la Maison Blanche (ici et ) étaient soigneusement rédigés, mais le texte de l’OTAN (ici) mentionnait que les relations avec la Russie figuraient dans la conversation avec Stoltenberg.

Fait intéressant, lors d’une conférence de presse à Moscou dimanche, Lavrov a également précisé que les attentes de la Russie concernant l’administration Trump sont enracinées dans le réalisme :

« Nous sommes prêts à faire notre chemin vers l’amélioration des relations avec les États-Unis […] En même temps, nous comprenons qu’il faudra des efforts sérieux des deux parties pour réparer les graves dommages causés à nos relations bilatérales […] Il serait prématuré de parler du type de relations que nous pourrions avoir avec l’administration républicaine. Nous devons attendre […] pour tirer des conclusions à long terme […] une coopération efficace entre la Russie et les États-Unis est possible, mais uniquement dans le respect mutuel des intérêts des uns et des autres. »

De toute évidence, ce n’est pas comme si les sentinelles du Kremlin ne se souciaient plus de verrouiller les portes principales des tours de Spasskaya, Borovitskaya, Troitskaya et Nikolskaya.

Tour Spasskaya – Kremlin

Pendant ce temps, le ministère chinois des Affaires étrangères a exprimé son opposition aux sanctions de Trump contre l’Iran. Un commentaire de Xinhua a également noté que « l’aventure diplomatique et l’antagonisme inconscient » de l’administration Trump concernant l’Iran prônent « une ère d’agressivité de la part du nouveau chef suprême des politiques étrangères des États-Unis ». L’évaluation de Moscou ne peut pas être très différente de celle de la Chine concernant le comportement erratique de l’administration Trump.

Dans l’ensemble, même un bon ami d’Israël comme David Ignatius du Washington Post admet que « Il (Trump) a commencé cette confrontation sans beaucoup de préparation ou de planification stratégique […] L’Iran est un ennemi commode pour Trump. Israël et les États arabes du Golfe partagent l’antipathie de l’administration envers l’Iran. » 

Ignatius met en garde contre les dangers :

« Le Commandement central des États-Unis a des milliers de troupes en Irak et dans le Golfe qui pourraient être vulnérables aux représailles iraniennes […] L’Iran est un adversaire endurci […] Toute confrontation doit tenir compte de la position forte de l’Iran en Syrie et en Irak et de sa capacité à contrecarrer l’engagement de Trump à éradiquer État islamique […] L’Iran tient quelques goulots d’étranglement. Son plus fort effet de levier est en Irak […] Les Iraniens peuvent mobiliser des milliers de miliciens chiites irakiens à travers le pays. Les conseillers américains sont vulnérables aux attaques de ces milices soutenues par l’Iran, comme il y a dix ans.

L’Iran est l’un des défis de politique étrangère les plus difficiles auquel Trump devra faire face, et il devrait faire attention à éviter les actions précipitées mal planifiées qui en feraient sa Baie des cochons. »

C’est un avertissement assez sévère, mais éminemment raisonnable. Dans un discours prononcé lundi à Téhéran, le président iranien, Hassan Rouhani, a vraisemblablement laissé entendre à peu près la même chose, dans un contexte persan, en disant que le «paradigme des négociations » sur l’accord nucléaire iranien constituait un « modèle pour les pourparlers de paix syriens au Kazakhstan ».

M.K. Bhadrakumar

Article original paru sur Indian Punchline

Voir les commentaires

Le discours de Poutine face aux agents du renseignement russe

Publié le par Felli Bernard

Le discours de Poutine face aux agents du renseignement russe


Vladimir Poutine a participé à une réunion élargie annuelle du Conseil du Service fédéral de sécurité (FSB) pour discuter des résultats du FSB pour 2016 et des tâches prioritaires pour assurer la sécurité nationale de la Russie.

Par Vladimir Poutine – Le 16 fevrier 2017 – Source Le site du Kremlin via The Saker

Le Président de la Russie Vladimir Poutine :

Bonjour.

Ces réunions annuelles du Conseil du FSB nous donnent la chance de nous rencontrer, en plus d’analyser en profondeur les résultats du travail de l’agence au cours de la période, mais aussi de discuter longuement de toutes les questions importantes de sécurité nationale en général et de définir les priorités pour le futur immédiat et celui à plus long terme.

 

Le FSB joue un rôle clé dans la protection de notre ordre constitutionnel, de la souveraineté de notre pays et dans la protection de nos populations contre les menaces qui pèsent sur le pays et à l’étranger.

Permettez-moi de commencer en disant que les résultats de l’année dernière ont été positifs et qu’ils montrent un bon développement. Cela concerne votre travail de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme, une série d’opérations de contre-espionnage réussies, vos efforts pour lutter contre la criminalité économique et dans d’autres domaines.

Vous avez assuré un haut niveau de sécurité pour les grands événements publics, dont l’élection à la Douma ainsi que les élections régionales et locales.

Je tiens à remercier les dirigeants et le personnel pour leur attitude consciencieuse dans leur travail et leur rendement rapide et efficace.

Mais en même temps, les exigences sur la qualité et les résultats de votre travail croissent constamment. La situation mondiale n’est pas devenue plus stable ou meilleure au cours de la dernière année. Au contraire, de nombreuses menaces et défis existants sont devenus encore plus préoccupants.

La rivalité militaro-politique et économique entre les décideurs mondiaux et régionaux et entre les différents pays a augmenté. Nous voyons des conflits sanglants se poursuivre dans un certain nombre de pays au Moyen-Orient, en Asie et en Afrique. Les groupes terroristes internationaux, essentiellement des armées terroristes, bénéficiant d’un soutien tacite et parfois même ouvert de certains pays, prennent une part active à ces conflits.

Lors du sommet de l’OTAN de juillet dernier à Varsovie, la Russie a été déclarée la principale menace pour l’Alliance, pour la première fois depuis 1989, et l’OTAN proclamait officiellement qu’endiguer la Russie était sa nouvelle mission. C’est dans ce but que l’OTAN poursuit son expansion. Cette expansion était déjà en cours avant, mais maintenant ils croient qu’ils ont des raisons plus sérieuses de le faire. Ils ont intensifié le déploiement d’armes stratégiques et conventionnelles au-delà des frontières nationales des principaux pays membres de l’OTAN.

Ils nous provoquent constamment et essaient de nous pousser à la confrontation. Nous voyons sans arrêt des tentatives de s’ingérer dans nos affaires intérieures dans le but de déstabiliser la situation sociale et politique en Russie elle-même.

Nous assistons également à une récente flambée de violence dans le sud-est de l’Ukraine. Cette escalade poursuit l’objectif clair d’empêcher les Accords de Minsk d’aller de l’avant. Les autorités ukrainiennes actuelles ne cherchent évidemment pas à trouver une solution pacifique à ce problème très complexe et ont décidé d’opter plutôt pour l’utilisation de la force. De plus, elles parlent ouvertement d’organiser des actes de sabotage et de terrorisme, en particulier en Russie. Évidemment, c’est une question qui nous préoccupe beaucoup.

Les événements et les circonstances dont j’ai parlé exigent que nos services de sécurité et de renseignement, en particulier le Service fédéral de sécurité, concentrent toute leur attention et leurs efforts sur la tâche primordiale de la lutte contre le terrorisme.

Nous avons déjà vu que nos services de renseignement ont porté de sérieux coups aux terroristes et à leurs complices. Les résultats de l’année dernière le confirment : le nombre de crimes liés au terrorisme a diminué.

Le travail préventif a également donné des résultats. Le FSB et les autres organismes de sécurité, sous la coordination du Comité national antiterroriste, ont empêché 45 crimes liés au terrorisme, dont 16 attaques terroristes planifiées. Vous méritez une gratitude particulière pour cela.

Vous devez poursuivre vos efforts pour identifier et bloquer l’activité des groupes terroristes, éliminer leur base financière, empêcher les soutiens de leurs émissaires de l’étranger et leur activité dangereuse sur Internet et prendre en compte pour ce travail l’expérience russe et internationale dans ce domaine.

Le meurtre de notre ambassadeur en Turquie a été un crime terrible qui a particulièrement mis en lumière la nécessité de protéger nos citoyens et nos missions à l’étranger. Je vous demande de collaborer avec le ministère des Affaires étrangères et le service des renseignements étrangers pour prendre des mesures supplémentaires afin d’assurer leur sécurité.

Vous devez également travailler à renforcer notre coopération antiterroriste avec des partenaires à l’étranger, malgré les difficultés que nous voyons dans différents domaines de la vie internationale. Bien sûr, il est prioritaire d’intensifier le travail avec nos partenaires au travers d’organisations telles que l’ONU, l’OTSC [Organisation du Traité de sécurité collective, NdT] et l’Organisation de coopération de Shanghai.

Il est de notre intérêt commun de rétablir le dialogue avec les services de renseignement américains et avec d’autres pays membres de l’OTAN. Ce n’est pas notre faute si ces liens ont été interrompus et ne se développent pas. Il est évident que tous les pays responsables et tous les groupes internationaux devraient collaborer pour lutter contre le terrorisme, car le simple fait d’échanger des informations sur les canaux de financement des terroristes et sur les personnes impliquées ou soupçonnées de liens avec le terrorisme peut considérablement améliorer les résultats de nos efforts communs.

Nos priorités consistent à supprimer fermement l’extrémisme. Les méthodes de sécurité doivent aller de pair avec des travaux de prévention constants. Il est essentiel d’empêcher l’extrémisme d’attirer les jeunes dans ses réseaux criminels et de montrer un rejet global du nationalisme, de la xénophobie et du radicalisme agressif. Dans ce contexte, le dialogue ouvert avec les institutions de la société civile et les représentants des religions traditionnelles russes revêt une grande importance.

Les services de contre-espionnage sont également confrontés à de plus grandes exigences aujourd’hui. Les données opérationnelles montrent que l’activité des services de renseignements étrangers en Russie n’a pas diminué. L’année dernière, nos services de contre-espionnage ont mis un terme aux activités de 53 officiers des renseignements étrangers et de 386 agents.

Il est important de neutraliser les efforts des services de renseignement étrangers pour accéder à de l’information confidentielle, en particulier aux informations concernant nos capacités militaires et techniques.

Il est donc prioritaire d’améliorer notre système de protection des informations classifiées comprenant les secrets d’État, en particulier pour les agences qui passent à un système électronique de circulation des documents.

Je voudrais vous rappeler que le nombre de cyberattaques sur les ressources d’information officielles a triplé en 2016, par rapport à 2015. Dans ce contexte, chaque agence doit développer sa partie du système étatique et détecter et prévenir les cyberattaques sur les ressources d’information qu’elle contient et en éliminer les conséquences.

Le public s’attend à des résultats plus importants dans des domaines clés tels que la sécurité économique et la lutte contre la corruption. Je vous demande d’être particulièrement minutieux dans le suivi des fonds alloués aux marchés de défense de l’État (un sujet dont j’ai parlé auparavant), aux grands projets d’infrastructure, à la préparation des grands événements internationaux et à la mise en œuvre de programmes fédéraux ciblés et socialement importants. Malheureusement, nous voyons encore de trop nombreux cas de fonds publics détournés ou mal utilisés.

Une protection fiable de nos frontières nationales contribue grandement à assurer la sécurité globale de notre pays. La priorité ici est de fermer les canaux par lesquels les membres des groupes terroristes et extrémistes internationaux entrent en Russie et d’arrêter fermement toutes les formes de contrebande, des armes aux drogues et aux diverses ressources biologiques.

Bien entendu, nous devons poursuivre les travaux visant à développer l’infrastructure frontalière où elle n’est pas encore suffisamment développée, en particulier en Extrême-Orient et dans l’Arctique.

Chers collègues, permettez-moi de souligner que nous continuerons de renforcer les directions centrales et régionales du FSB et de nous assurer que vous disposiez des armes et du matériel les plus avancés. Nous continuerons également à accorder notre attention aux prestations sociales du personnel du FSB et des membres de leurs familles.

Je souhaite que vous réussissiez à protéger nos intérêts nationaux et la sécurité de notre pays et de notre peuple. Je suis persuadé que vous continuerez à travailler pour la réalisation de vos objectifs avec dignité.

Merci de votre attention.

Vladimir Poutine

Voir les commentaires

La Russie en Syrie : un superbe documentaire sur les soldats tchétchènes à Alep (video )

Publié le par Felli Bernard

La Russie en Syrie :
un superbe documentaire sur les soldats tchétchènes à Alep


Par Sayed Hasan – Le 29 janvier 2017 – Source sayed7asan

Tandis que les aboyeurs et moralisateurs patentés continuent leur office et versent des larmes de crocodile sur le drame syrien qu’ils ont façonné de leurs propres mains, continuant à imposer un blocus criminel à la Syrie et à soutenir les « égorgeurs modérés », la Russie repousse efficacement le terrorisme aux côtés de la Syrie et de ses alliés et envoie ses propres soldats pour assurer la sécurité des Syriens et leur apporter une aide critique refusée par l’Occident. La présence de soldats tchétchènes à Alep (dont les médias ne parlent plus depuis sa libération), qui fait écho à l’engagement [vidéo sous-titrée en français à partir de 2’58 »] du Président de la République de Tchétchénie Ramzan Kadyrov à mettre ses forces au service de la Russie de Vladimir Poutine dans le monde entier, nous réconcilie avec le concept perverti d’intervention militaire humanitaire en nous montrant son visage authentique.

Vidéo traduite et sous-titrée par Sayed Hasan

Vidéo originale publiée par Youtube

Voir les commentaires

Bisbilles entre la blanche et la mère

Publié le par #Felli Bernard . http://ombre43.over-blog.com

 

Bisbilles entre la blanche et la mère

5 Février 2017 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Russie, #Europe, #Etats-Unis

Les Anciens pensaient que le destin - moïra - allouait à chacun sa part de bonheur et de malheur, de fortune et d'infortune. Celui qui désirait plus que ce que la juste mesure du destin lui avait attribué était coupable d'hybris. Les Dieux lui envoyaient alors Némésis, la déesse de la juste colère divine, pour le faire revenir à l'intérieur des limites qu'il avait franchies.

Regarde les animaux qui sont d'une taille exceptionnelle : le ciel les foudroie et ne les laisse pas jouir de leur supériorité ; mais les petits n'excitent point sa jalousie. Regarde les maisons les plus hautes, et les arbres aussi : sur eux descend la foudre, car le ciel rabaisse toujours ce qui dépasse la mesure.

Vladimir Poutine doit sans doute méditer ces lignes d'Hérodote. Non pas que le président russe ait fait preuve d'une quelconque démesure au cours de sa carrière géopolitique ; il a au contraire toujours su calculer subtilement, pondérer, ne pas pousser trop loin son avantage. Mais 2016 lui a apporté trop de fortune, presque à son corps défendant : élection de Trump, victoires en Syrie, Brexit, détricotage du système impérial, ralliement turc, accélération de l'intégration eurasienne... Hybris, involontaire certes, mais hybris quand même.

Facétieux, les Dieux ont frappé là où l'on s'attendait le moins : une querelle peut-être assez sérieuse vient de surgir entre la Biélorussie (la Russie blanche comme on l'appelait encore au début du XXème siècle) et la Mère Russie.

Toujours prête à se raccrocher aux dernières branches qui lui restent, la presse impériale a un instant eu le fol espoir que Minsk quitte l'Union économique eurasienne (UEEA) et l'Organisation du Traité de Sécurité Collective (OTSC) regroupant une partie des républiques de l'ex-URSS. En fait, la source de ces "révélations" est pour le moins controversée et le président biélorusse les a lui-même qualifiées de "hoax", rejetant clairement toute idée de départ.

Il n'est reste pas moins que la dispute, elle, est bien réelle, le moustachu Loukachenko montrant sa mauvaise humeur, retirant par exemple ses fonctionnaires de l'administration douanière de l'UEEA. Il a aussi semblé désavouer l'établissement d'une base aérienne russe à Babruysk.

Arrêtons-nous un instant sur ce point qui touche au Grand jeu américano-russe. La constitution du bouclier anti-missile US en Pologne et en Roumanie - officiellement pour contrer la "menace iranienne" (défense de rire) - est vue avec raison à Moscou comme une tentative de containment visant à rompre l'équilibre stratégique.

Ce bouclier accompagne le rideau de fer de bases établi par l'OTAN sur le front occidental de la Russie au cours de ces quinze dernières années.

Moscou a réagi en développant des missiles balistiques théoriquement inarrêtables par n'importe quel système de défense :

Ca se toise dur entre Russes et Américains, et aucun ne va baisser les yeux. A peine les remarques incendiaires d'Ash Carter connues, Moscou a répondu du tac au tac.

Le lendemain, Poutine a gentiment fait remarquer qu'en réponse au déploiement du bouclier anti-missile US en Europe de l'est, soit-disant destiné à contrer les "menaces" iraniennes ou nord-coréennes, la Russie avait fabriqué et testé avec succès des armes capables de percer tout système de défense anti-missile. De fait, cela fait déjà quelques années que la Russie est à l'oeuvre : Boulava, Topol, Sarmat, Rubezh... les nouvelles terreurs balistiques à trajectoire ondulante et autres systèmes de brouillage qui donnent des frissons dans le dos des stratèges militaires du Pentagone.

L'administration Bush voulait prendre le prétexte du trouble du début des années 2000 et de la formidable autorité morale américaine après le 11 septembre pour déséquilibrer le rapport de force avec le seul concurrent stratégique des Etats-Unis : la Russie. Raté, Georgie, play again...

Mais revenons à notre brumeux mois de novembre. Deux jours après le rappel appuyé de Poutine, un épisode amusant dans sa forme, sans équivoque dans le fond, a eu lieu. Lors d'une réunion entre Vladimirovitch et des haut-gradés russes, un document secret a été, par inadvertance bien sûr, capté par les caméras d'une télévision russe et montre le projet d'une torpille atomique capable de percer n'importe quel bouclier anti-missile américain. L'événement a été commenté par RT qui, par le plus grand des hasards, s'est penché avec forces détails sur le pouvoir dévastateur du projectile.

A moins de croire que les Marx Brothers ont envahi l'état-major russe, il s'agit évidemment d'un avertissement sans frais de Moscou à Washington : on peut vous atteindre n'importe quand, n'importe où. Le fait que les Russes aient volontairement gardé un certain flou - en projet, bientôt finalisé ou déjà existant ? - va pousser le Pentagone à dépenser, dans le doute, des tonnes de dollars pour trouver une parade. La guerre psychologique dans toute sa splendeur...

Les Russes ont également installé des Iskander dans leur enclave de Kaliningrad, court-circuitant le premier rideau otanien :

Parmi les autres réponses du Kremlin se trouve notre fameuse base de Babruysk, au plus près du "front". Les discussions ont commencé en 2013 et, sans surprise, les stratèges américains se sont cabrés. Quelques (petites) protestations ont eu lieu en 2015, sans doute liées aux habituelles et suspectes "ONG" américaines comme le National Endowment for Democracy (présence non négligeable en Biélorussie) ou l'Open Society de Soros, dont le but est de harceler les adversaires de l'empire et placer des régimes "US-compatibles". Ces manifestations, quoique franchement congrues, ont été rapportées avec lyrisme par les officines médiatiques liées aux ONG en question.

Ironie du sort : alors que l'élection de Trump met en veilleuse les menées de ces congrégations impériales, c'est Loukachenko qui, pour des raisons complètement différentes, reprend le flambeau. Et nous en revenons à la querelle entre Minsk et Moscou. Que s'est-il donc passé ?

Il y a trois niveaux d'explication. Le premier est la décision du gouvernement biélorusse de supprimer le régime de visa pour les ressortissants de 80 pays. Or il n'y a plus de frontière entre les deux Etats depuis 1997 et le traité d'Union de la Biélorussie et de la Russie, renforcé au fil des ans et notamment en mars 2015 :

La Biélorussie et la Russie respecteront dorénavant les visas décernés mutuellement par les deux pays aux citoyens de pays tiers, tout comme les interdictions d’entrée des étrangers et de sortie de leurs citoyens respectifs.

La décision unilatérale de Minsk d'accorder un régime préférentiel de visa a dû étonner à Moscou, qui a logiquement réagi en établissant des zones frontalières avec son voisin. Le Kremlin n'a certainement pas envie de voir entrer librement sur son territoire agents américains et autres sbires ukrainiens. Ne craignant visiblement pas le paradoxe ni le ridicule, Loukachenko a fulminé contre l'arbitraire de la décision russe. Comment dit-on L'hôpital se fout de la charité dans sa langue ? Que cache donc l'incohérence du président biélorusse ?

En réalité, un conflit bassement matériel sur le prix du gaz et du pétrole. Les Russes demandent que Minsk règle une partie de sa dette gazière, ce que refuse le sémillant moustachu qui souhaite porter l'affaire devant la justice. Ukraine II, le retour... Je m'étonne que la MSN n'en ait pas encore profité pour "prouver" le danger de la dépendance au gaz russe, mais ça ne saurait tarder.

Toutefois, il y a peut-être un troisième niveau d'analyse derrière les coups de menton du Biélorusse. Dans un article intitulé Comment le Kremlin est en train d'annexer inexorablement la Biélorussie, au ton forcément un peu biaisé mais généralement bien informé, le Temps donne quelques clés :

Dans les médias, l’économie, l’énergie et la sphère militaire, Moscou avance ses pions avec assurance. Malgré ses protestations véhémentes, l’autoritaire président Loukachenko a déjà échoué à protéger la souveraineté de son pays

Pour son premier voyage en Europe depuis la levée des sanctions imposées contre son régime jugé répressif, le président biélorusse Alexandre Loukachenko s’est rendu samedi dernier à Rome auprès du pape François. Histoire de distraire un pays dont toutes les routes semblent mener à Moscou.

Mais dans les rues de la très propre et ordonnée capitale Minsk, les gens ne sont pas dupes. Beaucoup préfèrent désormais le président russe Vladimir Poutine à leur indéboulonnable leader, au pouvoir depuis vingt-deux ans. «Loukachenko n’a pas d’influence. Il n’est même pas capable de redresser l’économie», maugrée Vadim, ingénieur au chômage, réduit à être chauffeur de taxi. «Poutine, c’est autre chose. Il est le seul capable de résister à l’hégémonie des Etats-Unis.» Olga, une jeune employée des télécoms, dit également préférer le chef du Kremlin. «Le népotisme de notre président bloque le développement du pays. Je pense que nous vivrions mieux si nous ne faisions qu’un avec la Russie.»

La progression du sentiment prorusse est facilitée par «la nullité de la télévision biélorusse. Du coup, les Biélorusses regardent les chaînes russes», peste un professionnel des médias, qui tient à rester anonyme. «Leur propagande est une énorme menace pour notre sécurité nationale et même pour l’identité biélorusse. Poutine empêche Loukachenko de bloquer les chaînes russes en le menaçant de sanctions. C’est pourquoi de nombreux Biélorusses se sentent mentalement russes et admirent son dirigeant.»

[...] «La Russie contrôle déjà totalement notre secteur gazier. Avec Astravets, Moscou contrôlera le marché de l’électricité et pourra régler à sa guise la balance entre gaz et nucléaire. Son objectif numéro un est de conserver une influence énergétique en Europe de l’Est.»

Face à une domination aussi évidente, Alexandre Loukachenko tente de se rattraper sur les apparences. Il joue au patron de kolkhoze, rabrouant vertement ses ministres en public, envoyant des piques aux dirigeants russes. «La Biélorussie n’est pas le garçon de courses de la Russie», a-t-il encore vociféré le 22 avril dernier lors de son allocution annuelle devant le parlement. N’empêche qu’il prend grand soin à ce que n’émerge pas de force politique davantage pro-russe que lui. «Le président comprend qu’en cas de tension imprévue, de telles forces pourraient être plus utiles que lui au Kremlin», analyse le politologue Artiom Schreibman.

[...] La Russie a déjà truffé son petit voisin occidental de ses systèmes antiaériens et ne compte pas en rester là. «Moscou veut une base chez nous pour y déployer des bombardiers dont la tâche sera de détruire le bouclier antimissile que Washington installe en Roumanie et en Pologne», explique l’expert militaire Alexandre Alesin. Selon lui, le président biélorusse y est hostile, car il craint de voir son petit pays entraîné dans un conflit avec l’Occident, «mais il sera bientôt contraint de céder aux pressions russes». L’annexion de la Crimée, où se trouve la base navale russe de Sébastopol, a déjà montré que le Kremlin passe à l’offensive lorsqu’il perçoit le risque de basculement d’une zone militairement stratégique.

L’idée qu’Alexandre Loukachenko n’a plus de marge de manœuvre face à Moscou est largement partagée. Certains vont plus loin. «A terme, la Biélorussie sera avalée, prédit Irina Krylovitch. Les Russes avancent doucement mais sûrement, répétant le travail de sape observé en Ukraine. Cela prendra peut-être cinq ou dix ans et ce sera lié au cycle électoral russe. Loukachenko sera le premier et le dernier président biélorusse.»

Il n'est pas dit que cette dernière prédiction se réalise - la Russie ayant plutôt intérêt à conserver un Etat tampon sur sa frange occidentale - mais la tendance générale est évidente. C'est sans doute dans ce contexte qu'il faut replacer les sauts de cabri en forme de chant du cygne de Loukachenko.

Voir les commentaires

[Vidéo] Vladimir Poutine commente les attaques contre Donald Trump

Publié le par Felli Bernard

Parce que c’est encore mieux en vidéo…

Source : Youtube, 18-01-2017

Extrait de la conférence de presse tenue par Vladimir Poutine et Igor Dodon (président de la Moldavie) le 17 janvier 2017.

Source : Youtube, 18-01-2017

Merci à Thalie…

5 réponses à [Vidéo] Vladimir Poutine commente les attaques contre Donald Trump

  1. Antarès Le 23 janvier 2017 à 02h11
    Afficher/Masquer

    Faut lire les gros titres des journaux français qui n’ont retenus de ses déclarations que sa phrase sur les prostituées, à savoir qu’elles sont les meilleurs du monde.

    Ce qui est pas mal aussi c’est l’article du Hufftington post dont on ignore s’ils font en fait la promotion de Sacha Baron Cohen ou s’ils font bel et bien une news sur les déclarations de Poutine.

    Ou libération qui retient aussi : “Car une autre occasion que Poutine ne rate jamais, c’est celle de critiquer la décadence de l’Occident : […]”

    Mais le meilleur c’est encore de comparer les titres et articles français à ceux internationaux…
    Et c’est là qu’on se dit qu’il y a un problème.

  2. Michel Donceel Le 23 janvier 2017 à 03h07
    Afficher/Masquer

    À voir absolument… Pas tellement pour ce qu’il dit ( encore que ce sont surtout les détails qui importent, aucun politicard occidental n’oserait parler ainsi des prostituées, à la fois avec gentillesse, compassion et humour ), mais surtout pour la manière dont il le dit. L’humour a décidément déserté l’Occident, où désormais seules la haine et la méchanceté ( les vraies, pas celles qu’on attribue à l’Autre quand il n’est pas politiquement correct ) en tiennent lieu.

  3. Fritz Le 23 janvier 2017 à 07h27
    Afficher/Masquer

    C’est curieux, ce matin sur Europe 1, “le vrai-faux de l’info” n’était pas consacré à la teneur exacte des propos de Vladimir Poutine, mais aux mensonges de Donald Trump.
    http://www.europe1.fr/emissions/le-vrai-faux-de-l-info2/combien-de-personnes-etaient-presentes-pour-linvestiture-de-de-donald-trump-2958073

  4. Duracuir Le 23 janvier 2017 à 09h58
    Afficher/Masquer

    Il est vrai que ça a un effet euphorisant de voir le président des USA traité comme un Chavez ou un Poutine.
    Sidérant.
    Ils doivent être devenus très cons pour oser à ce point.

  5. Dominique Le 23 janvier 2017 à 11h26
    Afficher/Masquer

    Bonjour. Un journaliste russe peut-il poser dans une conférence de presse à un Président étasunien une double question de plus d’une minute sans être interrompu ni même recevoir le moindre signe d’impatience ?

Voir les commentaires

Tensions Chine-Etats-Unis : «L'année 2017 pourrait être décrite comme à très grand risque politique»

Publié le par Felli Bernard

Tensions Chine-Etats-Unis : «L'année 2017 pourrait être décrite comme à très grand risque politique»

Tensions Chine-Etats-Unis : «L'année 2017 pourrait être décrite comme à très grand risque politique»© Edgar Su / Mike Segar
Xi-Jinping et Donald Trump.

Les menaces de Donald Trump contre Pékin pourraient aboutir à un conflit économique pour l'expert en géopolitique David Gosset. Selon lui, il se fourvoie en voulant imposer une politique unipolaire et anti-Route de la Soie dans un monde multipolaire.

 

RT France : Depuis plusieurs semaines, Donald Trump menace de rétablir les droits de douane sur les produits chinois mais parle aussi de revenir sur le principe de la Chine unique. La peur d'une guerre commerciale plane chez de nombreux spécialistes et dans les médias chinois. Ce risque est-il réellement envisageable ?

David Gosset (D. G.) : Malheureusement, Donald Trump a une attitude très dure à l'égard de la Chine. Cela dépasse les paroles et la rhétorique : il y a aussi les personnalités qui l'entourent. Peter Navarro est un anti-chinois. Son conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn a écrit le livre The Field of fight dans lequel il décrit la Chine comme un ennemi des Etats-Unis. Son secrétaire d'Etat parle de refuser tout accès à la Chine en mer de Chine méridionale... Cela va bien plus loin qu'une rhétorique anti-chinoise. En ce sens, le risque est grand qu'on rentre dans une guerre commerciale entre les deux pays. C'est très malheureux car un tel conflit ne pourra pas faire de gagnants. Il n'y aura que des perdants des deux côtés.

Ce que Donald Trump ne veut pas voir, c'est que nous sommes rentrés dans un monde véritablement multipolaire. Dans le cas de tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, les entreprises américaines seront durement touchées car la plupart des entreprises technologiques du pays produisent beaucoup en Chine. Il ne faut pas oublier non plus que Pékin a d'autres grandes régions du monde avec qui échanger. L'ASEAN fête ses 50 ans cette année. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard que Xi-Jinping ait choisi la Suisse, l'Europe et le forum de Davos pour son premier voyage de 2017.

Enfin, la force de la Chine a été, reste et restera l'immensité de son marché intérieur. Je pense, et j'espère, que la Chine va rester patiente, elle l'a été jusque là. Il va falloir maintenant observer les prochaines semaines. Voir comment la situation évolue avec la prise de pouvoir réelle de l'administration Trump. Malheureusement, on risque de rentrer dans une période de tensions sino-américaines. Il faut espérer que la rationalité va l'emporter mais cela prendra du temps. Il y a un vrai changement d'attitude américaine vis-a-vis de la Chine qui se traduit par un véritable durcissement. Donald Trump le sait. Quand il prend le téléphone pour parler directement à Tsai Ing-wen la responsable de Taiwan - une première depuis 1979 - il sait très bien que c'est une provocation majeure. Il a continué après dans les médias comme la FOX ou le Wall Street Journal à déclarer que le principe de reconnaissance de la Chine unique était négociable. Sauf que pour les Chinois, ce n'est absolument pas le cas. C’est une position nouvelle et très dure. Cela ne peut pas ne pas provoquer des tensions. Jusqu'à présent la Chine a fait preuve de, ce que j'appelle, patience stratégique. La réponse à toutes ces provocations a été le discours de Xi-Jinping à Davos.

Donald Trump me donne l'impression qu'il veut agir comme si nous vivions toujours dans un monde unipolaire organisé autour de la puissance américaine

Donald Trump est en train de développer de nouvelles formes d'unilatéralisme. Une ambition qui a mon sens est fantaisiste dans un monde multipolaire. La Chine, quant à elle, est dans une attitude internationaliste et soucieuse de l'universel. Avec les Nations unies, elle réfléchit à améliorer la gouvernance mondiale, ce qui n'intéresse pas Donald Trump qui ne pense qu'aux Etats-Unis. Au regard des échanges commerciaux, l'unilatéralisme ne peut pas être envisagé comme le président américain le désire. Les Etats-Unis font partie de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et ne peuvent pas aller contre ses règles. Selon les accords qu'ils ont signés avec l'OMC, les Etats-Unis ne peuvent pas imposer des taxes et instaurer des barrières douanières. Donald Trump me donne l'impression qu'il veut agir comme si nous vivions toujours dans un monde unipolaire organisé autour de la puissance américaine alors que la réalité est à la multipolarité. Nous vivons un moment important, peut-être même historique. Soit la Chine et les Etats-Unis arriveront à s'entendre et pourront alors régler tous les grands problèmes du monde d'aujourd'hui. Soit ils rentreront dans une sorte de bipolarité et d'opposition qui ressemblera à une nouvelle guerre froide. Dans ce cas, le monde entier en souffrira. Il est un peu tôt pour se prononcer sur la tournure que prendront ces relations mais on est en droit d'être inquiet.

Le cauchemar d'une partie des stratèges américains serait la réussite du projet de la nouvelle Route de la Soie

RT France : Dans ce bras de fer qui s'annonce entre les deux puissances, quelle place pourra avoir l'Europe, elle qui est un partenaire privilégié de la Chine et des Etats-Unis ?

D. G. : C'est un point important. Une guerre commerciale entre les deux pays affecterait évidemment aussi l'Europe. Je pense que s'il devait y avoir une dégradation des rapports sino-américains, la Chine cherchera à intensifier ses relations économiques et politiques avec l'Europe. Dans un premier temps, l'Europe ne souffrira pas de la détérioration des liens entre Pékin et Washington. Mais si ce conflit était amené à durer, nous serions tous perdants. 

Je suis convaincu que Donald Trump n'aime pas vraiment l'idée d'une Union européenne. J'ai l'impression que lui et ses conseillers sont en train d'essayer de diviser l'Eurasie, ou du moins les groupements qui fonctionnent au sein de l'Eurasie. Le cauchemar d'une partie des stratèges américains serait la réussite du projet de la nouvelle Route de la Soie. Ce projet signifierait une coopération plus grande entre l'Europe et la Chine en incluant l'Afrique. Si ce projet d'axe Afrique-Eurasie devait véritablement marcher, les Etats-Unis se retrouveraient de facto marginalisés. On en revient à la théorie de Brzezinski et du grand échiquier. Or, qu'est-ce que Donald Trump est en train de faire ? Il essaie de créer des problèmes en Extrême-Orient. Il a soutenu des gens comme Nigel Farage en faveur du Brexit. La désunion au cœur de l'Europe ne peut que servir aux Etats-Unis pour garder un poids en Europe. Donald Trump est l'anti-nouvelle Route de la Soie : pas de coopération internationale, tout doit tourner autour des intérêts américains et surtout pas de cohésion au sein du grand continent eurasiatique.

L'idée que Donald Trump va réussir à utiliser Poutine pour qu'il contienne Xi-Jinping ne peut pas être suivie d'effets. La Chine est devenue absolument vitale pour la Russie

RT France : Le rapprochement que veut mettre en place Donald Trump avec Moscou pourrait-il remettre en cause le partenariat entre la Russie et la Chine ?

D. G. : Je ne crois pas que son rapprochement avec la Russie contredise cette idée d'un Donald Trump «anti nouvelle Route de la Soie». Le président américain sait que la Russie est plus faible économiquement que ce que Vladimir Poutine veut le montrer. Certains analystes pensent que Donald Trump veut utiliser la Russie pour contenir la Chine, comme Kissinger a utilisé Pékin pour contenir l'URSS au moment de la guerre froide. Mais là aussi, c'est irréaliste ! La grande différence c'est que l'Union soviétique et la Chine au moment de la guerre froide n'avaient pas d'interdépendances économiques. Ils échangeaient très peu. Or aujourd'hui, le premier partenaire commercial de la Russie, c'est la Chine. L'idée que Donald Trump va réussir à utiliser Poutine pour qu'il contienne Xi-Jinping ne peut pas être suivie d'effets. La Chine est devenue absolument vitale pour la Russie. Donald Trump va essayer mais il n'y arrivera pas.

Je pense que son projet un peu fou d'anti-nouvelle Route de la Soie, va se traduire par l'imposition par la Chine de son modèle de sagesse d'une route de coopération, de développement et de paix. Un modèle, je pense, que nous Européens, Russes et Africains devons co-construire. Idéalement, cette Route de la Soie est ouverte aux Américains. Mais l'Amérique de Donald Trump ne semble pas vouloir la co-construire. Ce qui m'étonne, c'est que la presse francophone ne semble pas prendre la mesure de la gravité de ce sujet et des conséquences de la détérioration des relations sino-américaines. L'année 2017 pourrait être décrite comme une année à très grand risque politique du fait de ce durcissement. C'est une situation assez unique depuis la fin de la guerre du Vietnam. La grande question de ces prochaines semaines sera de voir si Donald Trump sera finalement prêt à revenir à la raison et à travailler avec la Chine pour un monde plus inclusif et juste.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>